Résultats de 1 à 7 sur 7

Sujet : Tariq Ramadan en pleine tourmente : bonne nouvelle pour tout le monde

  1. #1
    Membre habitué Avatar de Pseudonym
    Inscrit
    January 2011
    Messages
    469

    Tariq Ramadan en pleine tourmente : bonne nouvelle pour tout le monde

    es-selèmou 3aleykoum

    Alors qu'une troisième plaignante accuse Tariq Ramadan d'abus sexuel, on peut se poser la question de la véracité des accusations à son égard. Chose très difficile à croire, presque impossible à s'imaginer au départ : il est bien coupable, archi-coupable même. C'est un détraqué sexuel qui a fait un nombre incalculable de victimes parmi les musulmanes d'abord écoutées en face-à-face, puis draguées par internet et téléphone, reçues dans sa chambre d'hôtel, entraînées dans des rapports consentis ou non consentis, quelquefois même séquestrées. On développera ce sujet plus loin. En se basant sur l'excellent livre de Lucia Canovi « Tariq Ramadan le jour, Tariq Ramadan la nuit », que vous devez acheter et lire, on écrira ici qu'il est coupable des faits reprochés, agent semi-contraint de la sécularisation de l'Islam, hypocrite à peine masqué, sataniste simulant l'Islam tout en promouvant l'athéisme à demi-mot et l'apostasie presque ouvertement. Son numéro d'acrobatie idéologique était effectivement très difficile à exécuter ; mais c'était un homme suffisamment intelligent, suffisamment doué en langue française - plus doué dans ce domaine que n'importe lequel d'entre vous - pour y arriver dans la limite du réalisable. Il a très bien joué son rôle. Ramadan maîtrise l'utilisation de techniques rhétoriques pour écrire un propos d'apostasie et le camoufler en même temps. Ce point est très bien démontré par Lucia Canovi, convertie à notre religion, elle-même belle plume, fin esprit et récipiendaire de pas moins de six prix littéraires. On parle de Tariq Ramadan au passé, car il ne se relèvera pas de cette campagne de décrédibilisation. À l'issue de cette campagne médiatique, il sera grillé aussi bien auprès des non-musulmans que des musulmans. Les premiers lui reprochent déjà et à juste titre ses agressions sexuelles ; les seconds, devant les témoignages qui vont sûrement s'accumuler, finiront par se rendre à l'évidence et le boycotter à la fois pour ses crimes et son hypocrisie religieuse.

    Réponse aux arguments défensifs déjà utilisés et ceux prévisibles en faveur de Tariq Ramadan.
    1) Henda Ayari, la première plaignante, est proche des sionistes.
    Il est évident qu'elle est au minimum récupérée par des forces peu amicales envers l'Islam ; que son revirement religieux est trop spectaculaire pour ne pas éveiller de soupçons (de salafiste en jilbèb à militante féministe et laïque portant mini-jupe et collants à mi-cuisses, comme le montrent les photos parues d'elle) ; que sa plainte est tardive par rapports aux faits dénoncés ; que celle-ci tombe exactement pendant une campagne bien hypocrite contre les agressions sexuelles à la suite des révélations autour des méfaits d'Harvey Wenstein dans le milieu du cinéma américain. Pour autant, Henda Ayari ne fait que confirmer d'autres témoignages de la même teneur, tous montrant un Ramadan prédateur sexuel usant de son aura religieuse pour s'approcher de femmes en détresse, les draguer, leur donner rendez-vous, ect. D'autre part, il faut arrêter de tout réduire à Israël, d'attendre de connaître son avis pour se positionner en opposition à lui et ses soutiens. En géopolitique notamment, le reductio ad Israëlum commence à nous gonfler.

    2) Même si ce dont on accuse Ramadan est vrai, le linge sale doit être lavé en famille.
    D'abord, ce n'est pas parce qu'il serait musulman qu'il aurait automatiquement le droit à une défense inconditionnelle de notre part. Pas de tribalisme en Islam. Ensuite, Ramadan n'est pas musulman, n'est pas de notre famille, n'a donc pas à laver son linge dans notre blanchisserie. Il est un corps étranger qui s'est greffé à l'Islam pour le pervertir de l'intérieur, s'enrichir, accéder à la gloire et à la célébrité, et accessoirement se constituer un public d'admiratrices parmi lequel il chasse ses proies. C'est donc une aubaine que l'on puisse enfin se débarrasser de lui. Toute son œuvre plaide pour un « Islam des Lumières » dont il ne reste de l'Islam que le nom, un Islam modernisé dans le sens idéologique du terme. Jugez plutôt : droit à l'apostasie, relativisme moral et religieux (doctrine du « chacun sa vérité »), abolition du halal en décrétant le caractère licite de toute viande issue de l'agriculture biologique, abolition implicite de la prédication (prêchez l'Islam non pas par votre attitude ni vos paroles mais par votre « silence »), culte de soi comme conséquence logique et voulue du doute dogmatique provoqué par son idéologie relativiste, moratoire sur les peines corporelles comme moyen d'abolir la Loi en prétendant ne vouloir que la suspendre, promotion écrite noir sur blanc de la doctrine hautement satanique du transhumanisme (l'homme augmenté dans ses qualités physiques et intellectuelles par des appareils implantés en lui). Ramadan ponctue ses écrits d'accusations voilées envers Allah, qualifié au détour d'une phrase de « coupable ». Il dénigre Mohammed (paix et salut à lui) présenté par lui comme potentiellement « possédé », comme « singulier » et porteur de défauts. Longue comme un jour sans pain, parfaitement en accord avec les « Lumières », la liste de ses hérésies ne fait pas de lui un simple hérétique, mais bel et bien un Hypocrite simulant l'Islam pour le subvertir. À ce niveau d'opposition à l'Islam, il est au-delà de l'hétérodoxie : il est dans le sabotage délibéré. Quand les figures majeures du mou3tazalisme, doctrine clairement hérétique, faisaient la prière comme preuve de leur adhésion aux articles de la Foi, Tariq Ramadan, selon le témoignage de ses partenaires musulmanes, ne prie pas. Et, contrairement à ce que son nom de famille indique, Tariq Ramadan ne fait pas le Ramadan vu qu'il chasse et fornique pendant le mois sacré, toujours selon le témoignage de ses partenaires musulmanes. Ces partenaires plus ou moins consentantes sont musulmanes ; elles ne sont "que" coupables d'un délit de libertinage, voire d'adultère en fonction de leur situation maritale, mais restent musulmanes.

    3) Cette campagne contre Tariq Ramadan amalgame l'islamologue suisse avec les Musulmans pour nous présenter comme des violeurs hypocrites.
    C'est effectivement et malheureusement le cas. Henda Ayari, par son témoignage, en aurait rajouté une couche en déclarant que Ramadan lui aurait confié que toute femme non voilée doit être violée. Mensonge contre le gourou et mensonge contre l'Islam, puisque Tariq Ramadan viole et séquestre des femmes voilées ! Mais on doit rappeler que cette campagne médiatique visant à nous faire passer pour des agresseurs de non-musulmanes avait commencé bien avant l'affaire Ramadan. Depuis environ deux ans, les médias reprenaient en chœur le mensonge de djihadistes faisant des esclaves sexuelles parmi les captives de guerre. Par dessus cette campagne d'intoxication, on a eu l’événement de la soirée du nouvel an en Allemagne lors de laquelle des réfugiés Syriens auraient violé des Allemandes. On apprenait plus tard qu'en fait de réfugiés Syriens, il s'agissait essentiellement de pickpockets Maghrébins, présents clandestinement sur le territoire allemand, qui s'étaient donnés le mot pour agresser des femmes. On sait très bien que les clandestins n'ont pas commis ces exactions en se basant sur l'Islam, puisque l'Islam n'autorise même pas le serrage de main d'une femme ni même l'isolement avec elle. D'autre part, les sans-papiers Maghrébins s'en fichent plus ou moins des rites musulmans, l'écrasante majorité d'entre eux ne faisant pas même la prière. Ces clandestins sont bien souvent des ratés, des loosers, le rebut de leurs pays d'origine, capables d'escroquerie sentimentale sur une quinquagénaire pour l'épouser et avoir des papiers, vivant de travail au noir et de petits trafic (cigarettes et tickets de métro de contrebande), d'humeur triste à force d'écouter des chansons de raï mélancolique, qui croient pouvoir réussir à l'étranger ce qu'ils n'ont pas su faire dans leur propre pays. Quand tu es un vaurien chez toi à Marrakech ou Oran, tu le seras encore plus à Madrid ou Paris. Merci de ne pas amalgamer notre religion avec le comportement de clandestins en détresse affective, psychologique, sexuelle et professionnelle. Merci également de ne pas venir ici défendre les sans-papiers dans un mauvais réflexe tribaliste et tiers-mondiste gauchisant. On n'est pas sur Al-Kanz mais sur Ummah. Tout ça pour dire qu'avec ou sans Ramadan, il avait été planifié de nous faire passer pour des violeurs et des pervers sexuels de façon à nous rendre haïssables auprès des non-musulmans. Pour dire les choses autrement, la presse a accès à des « dossiers », ou bidonne des informations, qu'elle fait sortir en temps et en heure, selon les nécessités du moment. Certes, la dénonciation médiatique de l'égypto-suisse fait franchir un pallier dans cette campagne médiatique multi-fronts contre l'Islam ; certes, ça nous retombe dessus et nous éclabousse ; mais il était inéluctable que de célèbres figures apparentées à l'Islam tombent pour ce motif de perversion sexuelle, que cette perversion soit avérée ou mensongère. Si ça n'avait pas été contre Ramadan, cela aurait été dirigé contre un autre, l’essentiel étant de faire détester l'Islam et les Musulmans.

    Ceci nous amène au dernier point, le cœur du sujet : la véracité des accusations de viol portées à l'encontre du zindiq qui ne fait pas le Ramadan. Les accusations de viol à son sujet faisaient l'objet de récits et de rumeurs dans le milieu musulman depuis des années. Lucia Canovi, dans son livre, rapporte les témoignages de ces victimes et décrit son mode opératoire, le même que celui actuellement décrit par les plaignantes et les journalistes. À l'issue de ses conférences en milieu musulman, certaines sœurs viennent lui poser des questions, pensant qu'il est sage et érudit. Il repère les plus fragiles, celles en détresse, leur donne un moyen de contact, entre en communication avec elles sur un motif au départ religieux, glisse vers de la discussion sentimentale, puis sexuelle, puis sadique, leur donne rendez-vous dans un hôtel, les fait monter dans sa chambre, a avec elles des rapports consentis ou sous la contrainte, les frappe, les viole, les sod… en refusant le préservatif, le tout avec un goût prononcé pour la saleté et la violence physique. Ses sites internet lui servent également à attirer les musulmanes, en repérer une et entamer des discussions avec elle. Lucia Canovi rapporte le témoignage d'un membre de l'UOIF qui rapporte lui-même le témoignage (anonyme pour nous mais à visage découvert pour lui) d'une des victimes, une certaine M.. Divorcée, tombée dans les filets du prédateur, celui-ci l'a retenu dans un appartement parisien pendant trois jours, lui a fait subir plusieurs viols et l'a séquestrée. Comme d'autres, elle raconte que Tariq Ramadan s'aide pour tenir sexuellement de médicaments et pratique des « rituels ». En guise de médicaments, il s'agit d'aphrodisiaques chimiques et d'amphétamines (ironie du sort, le crypto-athée souffre d'impuissance). Pour ce qui est des rituels, on peut être à peu près certain qu'il s'agit de magie sexuelle. Ceci confirme la mauvaise odeur de satanisme qui émane de certains passages précis de ses livres. Lucia Canovi, dans son étude, porte à notre connaissance le faisceau d'indices littéraires qui l'a poussée à affirmer le satanisme de Tariq. Pour avoir acheté et lu son ouvrage en entier, disons que la démonstration de la sœur Canovi rend l'accusation de satanisme plus que crédible. C'est une certitude que Zindiq est initié aux sciences occultes, ne serait-ce que par l'importance qu'il accorde ouvertement à la numérologie autour du chiffre sept. On vous laisse acheter et lire le livre « Tariq Ramadan le jour, Tariq Ramadan la nuit » pour avoir plus d'éléments concernant les faits de viols avec violence dont s'est rendu coupable le taghout, mais également connaître à partir de la prose ramadanienne le fond de son idéologie, c'est-à-dire aussi bien celle dévoilée subtilement (l'athéisme ou au minimum l'apostasie) que celle encore plus cachée (le satanisme). Pour finir, on dira que son crédo crypto-athée aux relents satanistes est conforme à ses mœurs, son goût pour les rapports violents et débridés avec ses victimes. L'un explique l'autre, et les deux se renforcent mutuellement.
    Dernière édition par Pseudonym; 05/11/2017 à 17h42

  2. #2
    Révélations et témoignages de "La Tribune de Genève": https://www.tdg.ch/geneve/actu-genev...story/25742018
    Dernière édition par Musulman; 07/11/2017 à 10h11

  3. #3
    Membre habitué Avatar de Pseudonym
    Inscrit
    January 2011
    Messages
    469
    es-selèmou 3aleykoum

    Malheureusement, l'article pour lequel tu as mis le lien est réservé aux abonnés et ne peut se lire que pendant quelques secondes. Une rapide recherche sur le net permet d'en connaître les faits décrits (par d'autres articles de presse). Dans les années 80-90, pendant lesquelles il officiait comme professeur de français dans un collège, il a eu des rapports intimes avec au moins trois de ses élèves, toutes non-musulmanes. Cela s'est su dans son collège et a causé son licenciement (ou sa démission selon les versions). L'information a circulé dans la Suisse francophone bien avant qu'il ne choisisse de se reconvertir professionnellement dans l'islamologie. Toujours selon le même article du « Point », c'est parce que Saïd Ramadan, père de, forniquait lui aussi qu'il a fini sa vie seul, séparé de sa famille, et s'était vu couper les financements de son Centre Islamique de Genève par les autorités saoudiennes. La femme et le frère de Tariq, Hani, avaient été mis au courant des turpitudes du professeur. Lucia Canovi confirme dans son livre que Hani était informé des pratiques de Tariq.

    La question qui se pose à ce stade, et qui a été posée par d'autres, est "comment l'affaire Ramadan n'a t-elle pas explosé beaucoup plus tôt alors que ses pratiques étaient connues de ceux qui aujourd'hui affirment tout savoir depuis longtemps, à savoir Caroline Fourest, l'islamologue Gilles Kepel (d'après un journaliste en ligne), un journaliste de Médiapart et d'autres" ? Puisque T. Ramadan est le petit-fils de Hassan al-Banna', puisque son père installé en Suisse était un membre déchu de la confrérie des Frères Musulmans, il est évident que l'espionnage suisse avait à l’œil Ramadan et sa famille ; donc que le Renseignement suisse n'a pas pu ignorer ce que nous apprenons qu'après plusieurs années. L'autre question est "comment faisait-il pour obtenir le silence de ses victimes ?" Ce pervers-narcissique jouait sur leur sentiment de honte, honte d'avouer avoir eu des discussions salaces avec lui, d'être monté dans sa chambre, d'avoir commercé avec lui, de s'être fait sod... de force. Mais il devait sans doute jouer aussi sur la quasi-certitude que jamais personne ne croira que le professeur Tariq Ramadan, qui "nous défend si bien à la télévision", puisse être un pervers sexuel. Témoignages à l'appui, Lucia Canovi nous apprend également que Taghout Ramadan utilisait la menace judiciaire et le chantage au dévoilement de photos intimes.

    On ne peut pas s'empêcher de blâmer les sœurs qui sont allées jusqu'à coucher avec lui. On espère que les sévices qu'il leur a fait subir auront provoqué chez elles un repentir profond. Sans le dédouaner le moins du monde, Zindiq Ramadan a sûrement vu son instinct de chasse décupler à la faveur du spectacle affligeant d'admiratrices pleurant à sa simple vue dans un lieu public. Sur le plan affectif, les femmes ont huit ans d'âge mental toute leur vie. Lubrique Ramadan, les mariages gris de clandestins uniquement contractés pour les papiers, justifient l'obligation faite par le Sage à la femme de ne se marier qu'avec l'accord de son tuteur mâle. C'est une évidence que le Très-Haut a donné aux hommes un supplément de sagesse, un supplément de perspicacité. Je n'ai jamais été admiratif de la psychologie féminine ; à cause de Tariq Ramadan, je le suis encore moins. Bref, en toute chose, on ne transgresse la Loi divine qu'à son propre détriment. Coran : "Ce n'’est donc pas à Moi qu’ils ont fait du tort, mais bien à eux-mêmes".

    En mettant en lien tous les éléments de sa biographie, on comprend tout du parcours de Zindiq Ramadan : son départ de l'enseignement de français, sa formation accélérée en sciences islamiques, son insistance pour décrocher une thèse en philosophie par des moyens détournés, sa soudaine transformation en prédicateur, son rôle, sa médiatisation, ses mœurs cachées, ses convictions cachées, ses méthodes. Son âme, elle, est au fin fond de l'Enfer ; ce qui ne l'émeut pas le moins du monde, puisqu'il ne croit ni en l'Enfer, ni au Paradis, mais seulement au Diable, qu'il sert pieusement en sataniste qu'il est. Mais Ibliss vient de l'abandonner après lui avoir longtemps permis de jouir de la gloire, des femmes, de sa protection et de sa couverture. Ramadan savait très bien qu'un jour ses crimes finiraient par se savoir ; alors il s'est dit que, foutu pour foutu, autant y aller à fond, profiter au maximum tant que le pacte tient. Ce qui lui tombe aujourd'hui dessus, il savait que c'était inéluctable, programmé. Ce qui nous dérange n'est évidemment pas la chute d'un criminel, rebelle à Dieu et hypocrite ; ce qui nous dérange, c'est que l'Islam reçoive à cause de lui une couche supplémentaire de salissures. Même dans sa chute, il nous cause du tort. Jusqu'au bout, il nous aura fait du mal.

    Pour ceux qui restent encore incrédules face aux accusations, on relaie ici la vidéo Youtube, très salace et sadique, déconseillée aux âmes sensibles, dans laquelle on entend l'enregistrement de messages qu'il a laissé sur le répondeur d'une de ses amantes. Vous y reconnaîtrez formellement sa voix et constaterez qu'il aime "étouffer" des femmes, "abuser" d'elles, les asservir au moins autant qu'avoir des rapports charnels avec elles. https://www.youtube.com/watch?v=SniaSkhTvVo

    Dernière édition par Pseudonym; 11/11/2017 à 23h48

  4. #4
    Assalam alaykum,

    C’est triste ...

  5. #5
    Membre habitué Avatar de Pseudonym
    Inscrit
    January 2011
    Messages
    469
    es-selèmou 3aleykoum

    Au premier message publié, j'avais fait les éloges de Lucia Canovi, auteure de "Le double discours : Tariq Ramadan le jour, Tariq Ramadan la nuit". Je réaffirme que ce livre est un pavé bien construit, solide, qui charge Ramadan avec des arguments pertinents. Mais pour ne pas être responsable d'un intérêt pour Lucia Canovi qui aille au-delà de ce seul livre, je dois mettre en garde les lecteurs de ce fil au sujet du reste de l’œuvre de Lucia Canovi, de crainte de mener à une adhésion aux idées farfelues qu'elle prêche par ailleurs.

    Avant d'avoir acheté et lu son ouvrage, j'avais googlé son nom pour essayer de la cerner idéologiquement. Il fallait connaître un minimum l'auteure pour savoir d'où elle parlait, et quelle idéologie elle défendra en s'opposant à Tariq Ramadan. Une charge anti-Ramadan écrite par une bouddhiste ou une raëlienne n'aurait effectivement présenté aucun intérêt d'un point de vue musulman. Après cette première et rapide recherche, son seul point noir, qui s’avérera plus tard être de taille, était son acoquinement idéologique avec les chiites à travers la personne de Metmati Maamar, son éditeur. À ce stade et à juste titre, l'erreur n'était pas perçue comme rédhibitoire. Effectivement, elle n'a affecté ni la crédibilité ni la pertinence de l'ouvrage en question. Après tout, le discours de fraternité avec les chiites est tenu par des gens très respectables, qui changeraient d'avis si les dogmes islamophobes des duodécimains leur étaient montrés. Bénéfice du doute et excuse de l'ignorance, donc. Mais en faisant une connaissance plus approfondie de l’œuvre de Lucia Canovi, notamment de ses nombreuses vidéos sur Youtube, on se trouve dans l'obligation de la taxer d'hérésie et d'avertir les lecteurs de ce fil au sujet du caractère frappadingue de sa pensée. De son propre témoignage, elle était féministe et pratiquait des cultes dits "Nouvel-Âge" avant sa conversion à l'Islam. Malheureusement, elle en a gardé des restes. Ceux-ci se manifestent par sa théorie complètement hallucinante selon laquelle Jeanne d'Arc était une envoyée de Dieu ! Encore aurait-il fallu que Jeanne d'Arc, figure du catholicisme français sous le nom de sainte Jeanne d'Arc, eût été musulmane et... euh... un homme. Désolé, Lucia, mais il n'y a jamais eu de prophétesses ni d'envoyées, encore moins parmi les non-musulmans. Désolé encore, Lucia, de vous confirmer qu'une femme n'a pas non plus vocation à diriger un pays, contrairement à une autre de vos prétentions. Explication rapide sur le sujet : un chef d’État ou un prophète doit, si besoin, diriger des armées et, idéalement, être en première ligne sur le champ de bataille ; une cheffe d’État ou une prophétesse mobiliserait plusieurs soldats pour la protéger ; soldats qui auraient été plus utiles pour faire face à l'ennemi. Militairement, madame la présidente est une charge plutôt qu'un renfort. Voila, c'est dit. Sur le plan profane, Lucia Canovi prêche la terre plate et immobile ainsi que l'inexistence du détroit de Béring séparant l'Asie de l'Amérique du Nord ! Sur le plan religieux, ses accointances chiites se confirment. Dans sa présentation d'elle-même rédigée en introduction de son pamphlet anti-Ramadan, elle se présente comme "ni chiite ni sunnite" ; ce qui allume une alerte orange chez tous ceux qui savent que les chiites aiment se cacher derrière cette posture de neutralité. Elle milite pour un rapprochement avec nos "frères" chiites tout en dénonçant le sunnisme. Une des ses vidéos s'appelle "pour entrer en plein dans l'Islam, sortez du sunnisme". Un rafidhite n'aurait pas dit mieux ! Sa critique, très immodeste, du travail d'authentification des savants du hadith la rapproche encore plus des chiites, à un point où l'on se retrouve à la suspecter d'en être. Sur la forme, on déplore sa façon de se filmer impudiquement en gros plan, d'afficher son visage dans tous les sens et sous tous les angles. Un audio sans image ou avec une image fixe aurait été plus approprié, puisqu'elle ne fait que parler en plan fixe sans post-production ni insertion d'image d'illustration.

    Évidemment, cette mise en garde a été écrite sans avoir écouté l'intégrale de ses vidéos. D'abord, parce que c'est très désagréable d'écouter jusqu'au bout quelqu'un que vous avez identifié comme hétérodoxe. Ensuite, parce qu'elle a trop de vidéos publiées pour toutes les écouter. Enfin, sur des bases aussi malsaines, une écoute de la totalité de son œuvre youtubesque n'aurait fait que révéler encore plus d'idées farfelues. On en savait assez pour ne pas chercher à en savoir plus. De l’œuvre de Lucia Canovi, seul son livre contre Tariq Ramadan vous est garanti "halal", le seul bémol étant son "ni sunnite ni chiite" écrit aux premières pages. Pour le reste, vous ne la lirez ou ne l'écouterez qu'à vos risques et périls dogmatiques. Je m'en lave les mains.
    Dernière édition par Pseudonym; 06/01/2018 à 22h47

  6. #6
    Membre habitué Avatar de Pseudonym
    Inscrit
    January 2011
    Messages
    469
    es-selèmou 3aleykoum

    Après une garde-à-vue, Tariq Ramadan vient d'être mis en examen et placé en détention provisoire pour viols présumés, l'un commis sur Christelle, une femme handicapée. Aussi surprenant soit le cas Ramadan, ce n'est pas la première fois qu'un prédicateur aime les femmes d'un peu trop près, usant de sa notoriété pour les séduire. Environ un mois avant Tariq Ramadan, c'était le célébrissime prédicateur Nouman Ali Khan qui était accusé de draguer des musulmanes, preuves à l'appui. Dans un registre bien moins grave qu'un Tariq Ramadan absolument hors-concours, et sans qu'on ne puisse l'accuser formellement de fornication, on retrouvait chez le prêcheur américano-pakistanais les mêmes méthodes que celles de Ramadan : conversations par messagerie instantanée et textos, séduction verbale, envoi de photos, menaces. Bien avant eux, c'était Harun Yahya qui avouait à la police turque avoir eu des rapports avec plusieurs femmes de sa secte ; ce qui n'est qu'une demi-surprise quand on voit les bimbos, maquillées comme des voitures volées et fort mal vêtues, qui l'entourent et le couvrent de mots d'amour dans ses vidéos. À ces trois-là, on doit ajouter ces exorcistes ou guides pour pèlerins, beaucoup moins célèbres mais beaucoup plus nombreux, qui profitent du prestige de la robe blanche et de la barbe pour devenir très entreprenants avec les musulmanes.

    En plus du problème moral qui se pose entre eux et Allah, ces figures de la communauté musulmane devraient savoir qu'ils sont sous étroite surveillance ; que tout moyen de télécommunication laisse des enregistrements susceptibles d'être portés sur la place publique, comme dans le cas de cet imam du sud de la France qui a vu paraître des photos de lui en charmante compagnie ; que toute affaire de mœurs pourrait retomber sur l'Islam et les musulmans. Mais qui blâmer dans ces affaires ? D'abord une certaine tendance née récemment à la faveur de la vidéo : celle des prédicateurs pour femmes, jeunes, beaux et/ou télégéniques, maniérés, aux discours sirupeux, à la voix mielleuse, aux mimiques séductrices, à l'Islam tellement sentimentaliste et sucré que les écouter rend diabétique. On pense à ce bellâtre à la fine barbe brune qui passe sur Iqra, absolument imbuvable par ses manières de garçon fragile. On pense à ce célèbre chanteur de cantiques ("anachid" en arabe) à la gestuelle et à la voix digne des boys-bands des années 90. Quand un homme voit ces prédicateurs à la télévision, il ne peut qu'être dégoûté par leur manières sensuelles, par leur Islam rose-bonbon, par cette désagréable impression d'assister à une parade nuptiale à destination du public féminin. Qui blâmer encore ? Les hommes. Où sont les pères et les frères ? Pour le plus grand bonheur des Harun Yahya et Tariq Ramadan, Allah a fait disparaître la jalousie du cœur des hommes. Tariq Ramadan n'a pas seulement uriné sur Christelle, selon les propos de son actuelle plaignante ; il a aussi uriné sur les hommes qui lui ont permis, par leur passivité, d'uriner sur Christelle. Pourquoi les hommes restent-ils de marbre quand ils voient leurs sœurs regarder Tariq Ramadan avec des étoiles plein les yeux, des rêves de mariage (ou de chambre d'hôtel, on ne sait plus exactement) plein la tête, hypnotisées par sa préciosité et ses paroles pourtant koufriques ?

    Chez les musulmans, il y a clairement un problème de rapport à l'image, à l'anonymat, au vedettariat. Est-ce que les grands noms de l'Islam auraient permis qu'on les photographie, les filme, leur fasse signer des autographes ? Les Anciens auraient-ils souri devant l'objectif et laissé diffuser leur portrait ? S'il avait vécu à notre époque, il est inconcevable que l'imam Ahmed, par exemple, accepte d'être pris en égoportrait* avec un téléphone portable. Il aurait fui ce vedettariat que recherchent ceux qu'Aïssam Ait-Yahya appelle à raison les prédic-acteurs. Il se serait effacé physiquement pour mieux mettre en avant sa voix et ses écrits. Ne l'auraient vu que ceux qui l'auraient vu "en vrai". L'évidence est qu'il ne faut pas chercher à devenir une vedette ; et, si quelqu'un le devient, que cela se fasse malgré lui, uniquement grâce à la vasteté de son savoir, à la pertinence de ses idées, et non par des chemises roses ni par une gestuelle de mannequin. L'imam ech-Chafi3i a dit : "j'aurai aimé que mon savoir soit transmis sans que mon nom ne soit jamais cité". Alors que c'était inadmissible et jamais fait dans les forums musulmans du temps de leur âge d'or**, on voit aujourd'hui des youtubeurs et facebookeurs musulmans, musulmanes, intervenir avec leur propre portrait en guise d'avatar. Pour parler d'Islam, des sœurs se filment sous tous les angles, voile aux couleurs de l'arc-en-ciel, fond de teint sur les joues et rouge-à-lèvres sur la bouche. Le dayouthisme des uns fait l'exhibtionnisme des autres.

    Quelques illustrations pour bien faire comprendre le problème.
    - Chanteur de cantiques aux couvertures clairement destinées à un public féminin
    . https://i1.sndcdn.com/artworks-00003...i-t500x500.jpg
    . http://i1.wp.com/ytimg.googleusercon.../mqdefault.jpg

    - L'Islam à l'eau de rose par le pro-Sissi Amrou Khaled
    . http://i.ytimg.com/vi/nZcK9FU5TH4/0.jpg
    . https://i.ytimg.com/vi/xnnKZ8KosIE/maxresdefault.jpg

    - Amour, gloire et ostentation
    . https://i.ytimg.com/vi/6EcwIV7920g/hqdefault.jpg
    . http://s2.dmcdn.net/BH_dQ/1280x720-qpw.jpg
    . http://fr.assabile.com/media/person/...d-al-masri.jpg

    - Tariq Ramadan, ses postures de mannequin, sa bouche en cul de poule et, dans son répertoire téléphonique, le numéro de Zoubida, Fatima, Sabrina, Rachida, Latifa, ect.
    . https://www.valeursactuelles.com/sit...11/ramadan.png
    . http://img-4.linternaute.com/NtdWXv2EPmM7F4KXtfnotwt6GnU=/1240x/smart/1608b2bd69aa45be969d30d0dcc4b0c4/ccmcms-linternaute/10661206.jpg
    . https://www.islamachat.fr/file/2016/01/Mon-intime-conviction-Poche-%E2%80%93-Tariq-Ramadan.png


    * néologisme inventé par les Québecquois pour éviter l'usage de l'anglais "selfie" et ainsi préserver notre belle langue française. À bas le franglais (et le fran-arabe).
    ** une seule fois, sur mejliss el kalam, en 2006, un forumeur avait mis sa photo en avatar et se l'était vu reprocher.

    Dernière édition par Pseudonym; 03/02/2018 à 23h14

  7. #7
    Assalam alaykum,

    Je suis aussi cette affaire de près.

    Son avocat Maître Emmanuel Marsigny, avocat au barreau de Paris, s'est manifesté hier demandant un "débat équitable" et que "la présomption d'innocence soit respectée" par les médias.


Règles des messages

  • Vous ne pouvez pas créer de sujets
  • Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
  • Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
  • Vous ne pouvez pas éditer vos messages
  •  
  • Les BB codes sont Activés
  • Les Smileys sont Activés
  • Le BB code [IMG] est Activé
  • Le code [VIDEO] est Activé
  • Le code HTML est Désactivé