assalamou alaikoum,


Quelle portée donner aux dispositions concernant les relations entre étrangers lorsqu'il s'agit par exemple d'une femme relativement jeune avec des messieurs affaiblis, définitivement, par l'âge, le handicap, la démence ou la maladie (cancer avancé par ex)? Des hommes qui ne sont pas, ou plus, en situation de se marier ? Je pense ici aux rencontres ordinaires : collègue, vieil ami des parents, voisin de palier, voisin de couloir dans un hôpital ou un centre social, etc. Et je pense à des actes simples de cordialité entraînant un contact physique léger = soutenir pour marcher, arranger un appareillage, porter quelques courses, etc. Rien ne relevant de compétences spécialisées ni d'un cadre de soins.
Que savez-vous sur le sujet ? Jusqu'où peut-on aller dans ces interactions banales?