Résultats de 1 à 3 sur 3

Sujet : Le chemin vers le Paradis et l'importance de la science

  1. #1
    Membre actif
    Inscrit
    December 2011
    Messages
    225

    Le chemin vers le Paradis et l'importance de la science

    Assalâm alaykoum,

    Le Paradis, qui de nous ne souhaite pas y accéder ?! Mais chaque chose à un prix, que dire de la plus grande et la plus belle des demeures. Une demeure ou le serviteur rencontrera Son Seigneur et Ses Messagers ?! Une demeure ou il rencontrera les croyants qui lui sont chers, et qui sont loin de lui aujourd'hui : " Demain je rencontrerais les bien aimés : Mohammad et ses compagnons "(1) comme le disaient 'Ammâr ibn Yâsir et Bilâl .

    Mais pour cela il est nécessaire de réaliser deux choses : la science et la pratique.

    Dans cette optique, je réunirai sur ce post, quelques procédés argumentatifs et notions importantes. Certaines d'entre elles se trouvent dans des interventions précédentes, je les mettrais en évidence ici, afin qu'il soit bien retenus in chaâ Allah et les compléterai par la même occasion.


    Place au premier sujet :

    Sur le post suivant :http://www.ummah.fr/showthread.php/8...=9011#post9011

    On y retrouve :

    6. La qualification de ces actes, d’actes de « koufr » est donc relative et non absolue. Ces savants visent un sens bien précis et une catégorie bien particulière et non l’ensemble des actes de « koufr » et ce même s’ils emploient un terme général.


    
Ce procédé étant bien connu chez les gens de science. C’est ce qu’on appelle « Al’Ahdou Addhinî ».


    En rapport avec ce sujet, voici une autre intervention, qui ne traite pas directement du sujet, mais dans laquelle on retrouve certains principes importants, qui nous aideront à comprendre le procédé argumentatif dans la citation, in chaâ Allah.

    Et comme vous le constaterez, " la science est une lumière "comme il est rapporté de Wakî' (1) et avant tout comme le dit Mo'adh ibn Jabal en réponse à la question : " Mais comment pourrions-nous savoir si le mécréant dit la vérité ?!" : " La vérité est entourée de lumière ". (2)

    Et cette lumière Akhi al karîm, tu la reconnaitras par la structure entre les Ousouls et les Fourou', et la clarté des fondements et le respect de leurs implications nécessaires. Et la distinction entre les choses différentes et la similitude entre celles qui sont similaires. Cette coordination entre les bases et leurs implications. Telle est la science et telle sera cette lumière qui te permettra de distinguer le vrai du faux, et savoir que " le mécréant " dit la vérité, que dire du croyant !

    Et toute personne s'étant consacré un temps sois peu à la recherche, verra ô combien de fois, les sujets s'entremellent les uns les autres, et que les mêmes fondements et principes saints se retrouvent dans des sujets compléments opposés en apparence.

    Et voici une discussion, que je pense être utile, in chaâ Allah :


    Le frère - qu'Allah le Récompense - :

    J'ai souvent entendue par beaucoup et aussi ... qu'une habitude peut devenir une adoration avec l'intention
    Et aussi j'ai entendue un Cheykh dire que les 'Ibada etant donné quelle sont tawqifiyat ne peuvent pas devenir une adoration mais son auteur est récompensé pour son intention.
    Il me semble que c'était ... qui disait a dans Tadhkiratou As Sami' mais je souvient plus trop.


    العلم صيد و الكتابة قيده *** قيد صيودك بالجبال الواثقة
    فمن الحماقة أن تصيد غزالة *** و تتركها بين الخلائق طالقة



    Wa Allahou Al Mousta'ane


    Votre frère -qu'Allah lui Pardonne- :

    Le sujet mérite quelques réflexions afin de comprendre le sens voulu par chacune de ces " règles ".

    Chacune d'elles possèdent, selon une première observation, une " Jiha / considération" qui lui est propre, il n'y a donc pas de contradictions entre les deux.


    Exemples illustratifs de ce procédé :


    Le premier :

    Ce sujet peut être comparé a ce que Al Qarâfi a dit dans " Al Fourouq " au sujet de la validité ou non du Talâq lorsque la Niya est ou non présente.(3)

    Il montra qu'une seule et même expression, affirmé tantôt et rejeter a d'autres reprises, peut tout a fait être juste, car la Jiha du Ithbât est différente de la Jiha du Nafyi. C'est-à-dire que l'angle par lequel nous avons observé les choses lors de l'affirmation est différent de l'angle d'oservation lors de la négation.

    Et c'est une chose très coutumière dans les écrits de gens science et les questions juridiques et même dogmatique.


    Deuxième exemple :

    Ainsi on peut voir que lorsque l'imâm Ahmad disait des Moutawaqqifa qu'ils faisaient partie des pires innovateurs, certains d'eux étaient des gens intègres tel que Ishâq ibn Abi Isrâ'il, qui ne s'abstenaient pas car doutant de la création ou non du Qor'an, mais par simple suivi des anciens qui ne sont pas prononcés sur le sujet.

    il dit- Rahimahou Allah- après un débat avec Mos'ab ibn Azoubeir : " Je ne m'abstient pas car j'ai un doute, mais je me tait comme ceux qui me précédèrent se sont tus. "

    L'imâm Dhahabi- Rahimahou Allah- dit en commentaire : " Et l'équité vis à vis de personne comme lui, est qu'il garderont leur 'Adâla/ leur intégrité ne pourra être remise en cause. "

    Ceci alors que l'imâm Ahmad- Rahimahou Allah- le qualifiait de " Waqifiyoune Mach'oum " Puis il dit " Mais c'est une personne intelligente et qui a une grande connaissance du Hadith ".

    Cette catégorie de Waqifiya s'abstenaient seulement d'employer des termes que les anciens n'ont pas employés par précaution, sans adhérer aux croyances erronés que pourraient indiquer leur abstention.

    Mais étant donné, que ce genre d'avis amener certains à d'autres conclusions néfastes et à se rapprocher des Jahmiya, l'imâm Ahmad et ses semblables qualifièrent leur dire de Bid'a et les gens y adhérant de Moubtadi'a .

    Car comme le dit Ibn Al Wazir- Rahimahou Allah, expliquant la raison pour laquelle l'imâm Ahmad interdisait de qualifier notre lecture nous autre du Qor'an de Makhlouq/ crée, bien que ceci était une réalité et une vérité que seul une personne inconsciente et dépourvu de raison oserait nier ( comme le dit Al Ghazzâlî et approuvé par Adhahabi, qui malgré son interdiction de s'adonner a la science de la spéculation / Ilm Al Kalâm n'a pu qu'approuver avec vigueur ces propos ) :

    " Ils craignaient que ces expressions ne trompent la masse musulmane, et qu'elles se rejoignent dans la forme avec les expressions employées par les gens de l'innovation. Et qu'elles soient cause de polémique et confusion."

    Al 'Awâsim 3-122.


    Troisième exemple :

    Et dans cette même catégorie, nous avons l'interdiction d'aimer la Dounia ou de s'y attacher.

    La Mahabba/ l'amour dont il est question est une Mahabba bien particulière : celle qui te mène a l'interdit ou te détourne de l'obéissance à Allah .

    Ainsi l'amour de la Dounia peut :

    a. être permis
    b. Etre interdit

    l'interdit est " d'aimer ce qui est interdit en cette Dounia et qui te détourne du Din. Et c'est ce genre de personne qu'Allah a Blâmé dans le Qor'an.

    Et toutes les fois ou la Dounia sera blâmé de manière générale, sans précision, ou inconditionné sans restrictions, il s'agira de cette forme d'amour. La preuve étant la Parole d'Allah " Verset 200 a 202 de Sourate Al Baqara " Et " Sourate Assaf 13 " Et la parole de Issa 'alayhi Assalâm " Sourate Al Ma'ida 113 ".

    Ces Versets nous expliquent par la spécificité et les restrictions que l'on y retrouve les autres Versets Généraux.

    Et que les seules personnes blâmables sont ceux qui disent : " Oh Notre Seigneur accordent nous ( des bienfaits ) en cette vie. Alors que dans l'au delà ils n'ont aucune récompense ".

    Et il peut arriver que l'amour de la Dounia atteigne le degrés de " recommandé " et " préférable ", lorsqu'il est accompagné d'une bonne intention, comme le fait de ne pas avoir besoin des gens , et subvenir aux besoins de sa famille, ses proches est es frères, aider les faibles et nourrir les pauvres ".

    Al 'Awâsim 5-8

    Dans ce qui a précédé on voit l'importance de connaitre la " Haqiqa/ réalité " des " termes " dans les diverses expressions.


    Puis le Cheikh Rahimahou Allah traite de notre question dans la ligne suivante :

    " Et voici quelques Hadith qui prouvent que le permis peut devenir recommandé en compagnie d'une certaine intention, et lorsqu'il nous aide a délaisser le Haram :

    " La valeur des actes dépend de leur intention "

    Et dans le même sens le Hadith authentique rapporté par Abou Dhar - le Prophète dit - : " Et les rapports que l'un de vous a avec sa femme sont une Sadaqa "... (jusque la fin du Hadith)

    Jusqu'a ce qu'il dise :

    " Et la majorité de ceux qui aiment la Dounia ne l'aiment de la " manière / Al Wajh " recommandée.

    Mais la plupart ne l'aiment que par nature humaine et poussé par leurs passions, et cette forme de Mahabba est seulement un degrés de manquement de leur part, et n'entrent pas dans le prohibé, tant qu'ils respectent les limites de la Shari'a, délaissent l'interdit et accomplis les obligations. "

    Il dit ensuite - Rahimahou Allah-:

    Si quelque me rétorque :

    " En général les savants poussent à délaisser cette Dounia, or tes propos sont en totale contradiction ? "

    je répondrais : " Il n'en est rien, car chaque chose doit être placé dans son contexte/ Li Koulli Maqâmin Maqâl.

    Ainsi les savants ont poussés a délaisser la Dounia, par crainte de la désobéissance à Allah Ta'ala en tombant dans le Haram, et de peur que ce qui est Halâl de cette Dounia ne pousse a délaisser l'obéissance d'Allah Ta'âla.

    Quand à moi, j'expose le permis et l'interdit par crainte de la désobéissance à Allah en jugeant des gens qui n'ont fait que s'adonner a ce qui est permis d'être dans le péché, en délaissant les Hadith qu'ils rapportent (5), et en dénigrant son honneur.

    Aussi, chacune des deux parties visent à apporter le Khayr aux musulmans et les mettre en garde contre la désobéissance au Seigneur des mondes.

    En sachant que certains savants dirent que chercher une subsistance licite est une obligation, mais qu'ils ne poussèrent pas les gens a le faire, car l'homme de nature est poussé à le faire, ils s'en contentèrent donc.

    En rappelant que les ascètes et les gens qui se consacrèrent à faire des rappels en vue d'attendrir les coeurs n'ont cessés de blâmer l'amour de la Dounia, jusqu'au point ou ceux qui n'ont aucune compréhension correct de la Religion se trompèrent, et crurent que les gens de science qui profitèrent de certains bienfaits de cette vie, désacralisèrent leur honneur et leur intégrité, et qu'il est permis de parler en mal d'eux.(6)

    Al Ghazzâli dans son livre " Al Ihyâ' " a cité ce qui convenaient à son ouvrage(7) comme méfaits et bienfaits de la fréquentation ( des gens,ndt). Son ouvrage est plein de d'exhortations et de sages rappels.

    Quand à moi, en raison du contexte actuelle ( la défense de l'honneur de gens injustement critiqué tel que l'imâm Zouhri en raison de sa fréquentation des Califes Omeyades,ndt), je me suis contenté d'expser les limites que notre Shari'a a établit, et l'explicite vérité sur cette question.

    Et toutes personnes clairvoyantes et censés saura qu'il n'y a aucune contradiction entre les deux ".

    Al 'Awâsim 5-10

    Et retiens bien Akhi al habib ce passage " Il n'y a aucune contradiction entre les deux " .

    Et ce bien que le terme Dounia soit présent dans les deux contextes.

    Et le même procédé d'argumentation est valable pour " la fréquentation des gouverneurs injustes " qui en plus des propos des savants est blâmé dans des Hadith.

    Et cela n'a pas empêché les savants a détailler les différentes catégories de " Moukhâlala / fréquentation " et de Doukhoûl / entré chez les sultans.

    Et d'expliquer que l'entrée chez les sultans cités dans certains Hadith est une " entrée spécifique " qui est accompagné de d'autres éléments qui la rendent interdite, qu'on pourrait qualifiait de Doukhoûl Moutlaq.

    Et que la simple entrée chez les sultans pour des intérêts religieux ou une chose permise même n'est pas visée par ces exhortations chez la grande majorité des savants d'Ahl Assunna.

    Et on pourrait appelé cette forme d'entrée de Moutlaq Adoukhoûl.

    Et ce en joignant les différents texte sur une même question.

    Ainsi l'imâm Ahmad rapporte selon Ka'b ibn 'Oujra le Prophète Salla Allahou 'alayhi wa Sallam dit en qualifiant les imâms injustes qui viendront après lui :

    " Celui donc qui leur donne raison dans leur mensonge, les aident dans leur injustice, ceux là ne sont pas des miens et je ne suis pas des leurs.

    Quand à celui qui ne leur donne pas raison dans leur mensonge et ne les aident pas dans leur injustice, ceux là sont des miens et je suis des leurs. Et ils me rejoindront auprès du Lac ". ( Rapporté par Ahmad avec une chaine de transmission qui est " Qawwi " comme le dit Cho'eib Al Arna'out ).

    Puis Ibn Al Wazir après avoir mentionné ce Hadith dit :

    " Et parmi ces arguments nous avons le Hadith rapporté par Abou Dâoud dans ses Sounan, le Prophète Salla Allahou 'alayhi wa Sallam interdit de demander aux gens quoique ce soit, sauf une personne demande à un sultan ".

    Il dit en commentaire ; " Ce texte est général et englobe aussi bien les sultans justes et injustes. Or il est impossible de demander sans une forme quelque qu'elle soit de fréquentation ".

    Al 'Awâsim 5-14.

    En Fâ'ida tu peux remarquer que le Cheikh Rahimahou Allah utilise dans son argumentation ce qu'on appelle Allâzim Addarourî/ l'implication nécessaire à une chose pour l'inclure dans le statut légal.



    A suivre in chaâ Allah..
    __________________________________________________ __

    (1) Rapporté par Attabarânî dans " Al Jâmi' Al Awsat " 6-301 et Al Haythamî dans " Al Majma' "9-298. Il dit : " Il fut rapporté par Attabarânî et sa chaine de tranmission est " Hasan/ bonne ". De même qu'il fut rapporté selon Bilâl. Et enfin Ibn Abbâs dit à Aicha - Radi Allahou 'anha -: " Il ne te reste plus qu'une étape pour rencontrer les bien aimés, que ton âme quitte ton corps". Rapporté par Ahmad 1-220.

    Ce Takhrîj est tiré du magnifique livre " le récit du voyage éternel / قصة رحلة الخلود " du Cheikh Abdassalâm Mouqbil Al Majîdî- Hafidhahou Allah-.

    (2) Le plus juste est que ce récit ne remonte pas à Wakî' car ce dernier ne rencontra pas Chafi'i.


    (3)Voici les propos d'Al qarâfi - Rahimahou Allah- :

    http://library.islamweb.net/newlibra...d=37&Hashiya=3


    (4) Rapporté par Abou Dâoud.

    (5) Il fait allusion a l'imâm Zouhri, qu'il défend dans ce passage du livre contre l'un des imams Zaydites qui cherchent à le discréditer,ndt.

    (6) On voit ici le danger de l'ignorance et que l'ignorant nuit bien plus qu'il ne profite, même s'il est bien intentionné, qu'Allah nous Préserve de l'ignorance et nous Accorde une science utile et une pratique pieuse, ndt.

    (7) Consacré en priorité au Adab. Nous ne arreterons pas sur la valeur de ce livre et les bonnes et mauvaises choses qui s'y trouvent.

    Voici une étude très intéressante sur l'ouvrage et son auteur : http://www.ahlalhdeeth.com/vb/showthread.php?t=78741 .Ndt
    Dernière édition par Muslim; 01/03/2015 à 10h49
    هُم إخوةٌ سَكنُوا الفُؤادَ و بَلْسمٌ يَشْفي الحَزينَ
    Des frères qui habitèrent nos coeurs et les guérirent d'une profonde tristesse...http://www.youtube.com/watch?v=dhf9mv3ra1g

  2. #2
    Wa Alaykoum As Salam Wa RahmatouLlahi wa Barakatouh,

    Jazak Allahou kheyran akhi!

  3. #3
    Membre actif
    Inscrit
    December 2011
    Messages
    225
    Assalâm alaykoum,

    Wa anta Jazâka Allahou khayrane Akhi al karîm !


    Au plaisir de te lire in chaâ Allah : )
    هُم إخوةٌ سَكنُوا الفُؤادَ و بَلْسمٌ يَشْفي الحَزينَ
    Des frères qui habitèrent nos coeurs et les guérirent d'une profonde tristesse...http://www.youtube.com/watch?v=dhf9mv3ra1g

Règles des messages

  • Vous ne pouvez pas créer de sujets
  • Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
  • Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
  • Vous ne pouvez pas éditer vos messages
  •  
  • Les BB codes sont Activés
  • Les Smileys sont Activés
  • Le BB code [IMG] est Activé
  • Le code [VIDEO] est Activé
  • Le code HTML est Désactivé