Résultats de 1 à 3 sur 3

Sujet : Règles et comportements dans le traitement des Ahadith sur les troubles et la fin des

  1. #1

    Règles et comportements dans le traitement des Ahadith sur les troubles et la fin des


    Règles et comportements dans le traitement des Ahadith sur les troubles et la fin des temps



    Ce post a pour but de mettre en évidence les conditions et les comportements que les gens de la Sunnah ont établie afin de traiter d’un ou plusieurs Ahadith sur la fin des temps pour ensuite l’appliquer a une époque donné ou une personne précise.

    Avant de commencer le propos il est important de mentionné que: « La base dans l’application des Ahadith des troubles dans un contexte donné est une personne donné est le rejet ».

    Et cella en raison dans la règle de « Sad Lidh dhari’ah ».

    Al Qurtubi dit : « Ad dhari’ah est une chose qui n’est pas interdite en tant que tel mais dont on craint par celle ci de tomber dans l’interdit » Ahkam Al Quran a l’explication du verset 104 de sourate Al Baqarat.

    Et cella pour plusieurs raison :

    1- Le fait d’attribuer à tort le sens des textes de la révélation sans science.
    2- La faciliter chez les gens à s’attacher aux superstitions, ainsi que l’élévation de certaines personnes aux rangs qu’il ne mérite pas. Et l’on connait tous comme chaytane a amené les générations d’avant et jusqu'à nos jours au shirk par cette porte la.

    Néanmoins cela ne veux pas dire que cette règle est à prendre dans l’absolue et que nous ne pouvons rien interpréter, et la preuve de cella est que les compagnons croyaient qu’Ibn Siyad était le dajjal est même certains ont juré que c’était lui comme Omar Ibn Al Khatab et Jabir Ibn Abd Allah –Qu’Allah soit satisfait d’eux-. Mais il sagit juste d’usé des règles que nous allons citer dans ces quelques lignes.


    Première règle : Que les textes traiter soit uniquement pris des deux révélations (Le Qu’ran et la Sunnah) et de s’assurer de leurs authenticités.

    Et cela car les événements de la fin des temps font partie des choses de l’invisible qui ne peuvent être perçue que par la révélation et non par la raison.

    Et l’on peut voir à notre époque qu’un grand nombre de personne ne font pas preuve de précaution dans l’acceptation et la propagation d’un hadith prophétique, au point ou l’on peut même voir une personne qui construit une grande partie de sa croyance et de ces actes sur des Ahadith faibles voir forgé.

    Pourtant les salafs faisaient preuve de la plus grande précaution dans l’acceptation d’un hadith, que dire donc de sa propagation au sein de la Ummah sans en vérifier la source ?

    Mujahid rapporte et dit : Bashir Al ‘Adawi est venue un jour vers Ibn ‘Abass et voila qu’il lui rapporte (le hadith) et dit, « Le prophete a dit … ; Le a dit… », Mais Ibn ‘Abass ne prête pas attention a sa narration et ne regarde pas ce quelle contient. Puis il (Bashir) dit : « Oh Ibn ‘Abass ! Qu’a tu a ne pas prêtez attention a ce que je te rapporte !? Je te rapporte du messager d’Allah et tu n’écoute pas !? » Puis a Ibn ‘Abass de répondre : « Il fut un temps ou lorsque nous entendions un homme dire : « Le messager d’Allah a dit.. », nous nous empressâmes d’ouvrir grand nos oreilles et d’être attentif a celui-ci, mais lorsque les choses sont devenue confuse et que les gens firent preuve de laxisme ou de dureté, nous ne prenions que de ceux que nous connaissons ». (Mouqadimatou Sahih Muslim)[1].

    Abu Houreyrah rapporte que le Prophète a dit : « Il y auras a la fin des temps des gens qui vous rapporterons ce que ni vous ni vos parents ont entendue, faites donc attention, faite donc attention ! » (Mouqadimatou Sahih Muslim/ Musnad Al Imam Ahmad 7919).

    Précision : Le hadith Mawqouf (c'est-à-dire qui s’arrête au Sahabi sans remonté directement au Prophète est accepter dans les questions ou l’effort d’interprétation (ijtihad) ne peut être fait, comme c’est le cas dans les choses de l’invisible.

    Pourquoi ?

    Car les Sahabas sont tous fiables (‘oudoul) -et cela par le Qu’ran la Sunnah et l’Ijma’- et que si un Sahabi rapporte une chose de l’invisible il l’a forcement entendue du Prophète .

    Ibn Hajar dit : « Et la vérité au sujet de la règle de l’explication d’un Sahabi ou l’ijtihad ne peut être fait, ni être relevé de la langue des arabes, il prend le jugement du raf’ (c'est-à-dire qu’il prend le jugement d’un hadith Marfou’, et le hadit Marfou’ est un hadith qui remonte directement au Prophete ), comme les informations au sujet des choses passé comme le début de la création ou les histoires des prophètes, ou les choses du futur comme les Malahim, les troubles, la résurrection, la description du paradis et de l’enfer, et les information de ceux que rapporte un actes comme récompenses particulière ou châtiment. Tout ceci ne laisse pas de place a l’effort d’interprétation (ijtihad) et prendra donc le jugement du Raf’. » (An Noukat ‘Ala Kitab Ibn Salah).

    Ceci est en ce se qui concerne l’assurance quand a l’authenticité d’un texte.

    S’ajoute à cela l’assurance quand a l’authenticité de la compréhension de ce même texte.

    Nous avons donc deux chose dans ce premier point a prendre en considération.

    1- L’authenticité du texte.
    2- La bonne compréhension de ce texte. Et la base dans l’interprétation d’un texte comme l’ont établie les savants de la Sunnah est de le prendre dans son sens apparent.

    Le cheykh Abd Ar Rahman Ibn Yahya Al Mou'allimî - Rahimahou Allah- dit dans son épitre « Yousr 'Aquida al Islamiya » a la page 16 des éditions « Dar Al Fawa’id » ce qui suit :

    « Et nul doute que les règles de la langue arabe imposent de prendre en compte le sens apparent que l'on comprend des propos, tout en tenant compte des indices dont l'absence de considération de l’interlocuteur amènera à un manquement ».

    Et Ibn Al Qayim dit aussi a ce propos : « Le sens apparent est ce qui se présente a l’esprit comme sens, est l’on ne peut sortir un texte de son sens apparent qu’en présence d’une preuve, si la preuve est inexistante, le sens apparent prévaut, et l’interprétation par autre que son sens apparent est une deviation ».


    Deuxième règle : S’assurer de la nature de l’événement et voir si cela comprend toutes les caractéristiques citées dans les textes.

    Et l’Imam An Nawawi a usé de se procédé lorsqu’il a expliquer le Hadith sur le combat des Turks.

    Abu Hurayrah rapporte que le Méssager d’Allah a dit : « L’heure ne viendra que lorsque vous combattrez les Turks aux petits yeux, aux visages roux et aux nez courts et aplatis, come si leur visages sont semblable aux boucliers de grosse peau, et l’heure ne viendra que lorsque vous combattrez un peuple dont les chaussures sont de poils tressés ».

    L’imam An Nawawi dit : « Cella est un miracle du Prophète dans la mesure ou le combat des ces turks a remplie toute les caractéristique cité par le Prophète , de petits yeux, des visages roux, les nez aplatis, des visages semblable aux boucliers de grosse peau et des chaussures de poil dressés, toutes ces caractéristique furent présentes dans notre temps, et les musulman les ont combattus » (Commentaire du Sahih Muslim de l’imam An Nawawi).


    Troisième règles : L’application d’un hadith de ce type dans un contexte particulier ou sur une personne particulière doit être faite par les savants.

    Et cella car la masse a souvent tendance à se précipiter dans l’application de ces Ahadith et cela sans retenue.

    Or, le Prophète a fait l’éloge de Ashaj ‘Abd Al Qays en disant : « Tu a en toit deux caractéristique qu’Allah aime, la douceur et la retenue » (Muslim / 126).

    Et la retenue est plus que nécessaire, surtout dans une époque comme la notre ou tout un chacun parle au sujet de grand événement que subit la Ummah.

    Abu Nu’aim rapporte dans son livre « Hilyatou Al Awliyat » qu’un jour Hafs Ibn Ghayath a dit a Soufyan ath thawri : « Oh Abou Abd Allah ! Les gens ont certes exagérer sur le Mahdy, que dit tu a son sujet ? Sofiane Ath Thawri a répondu : « Si il passe un jour devant ta porte ne sois pas avec lui sauf si tout le monde se regroupe autour de lui » Vol 7 Page 31 des éditions Dar Al Kitab Al ‘Arbi.

    Et dans la précipitation de l’application des ces Ahadith on peut voir le manque de précaution quand l’opérationnalisation de l’ordre des signes de la fin des temps. Alors que ces sujets ont besoin de rassembler l’ensemble des textes afin de pouvoir y emmètre un jugement convenable.

    Wa Allahou A’lam.

    PS: Je m'excuse si le post n'est pas a sa place je ne savais pas trop ou le mettre.


    [1] : Fa’idat : Les conditions d’acceptation d’un hadith que l’Imam Muslim a placé dans sa muqadimat diffère de celles qu’ils a mise dans son recueils. Néanmoins ce hadith est authentique.

  2. #2
    Membre actif
    Inscrit
    December 2011
    Messages
    225
    Assalâm alaykoum,

    Jazâka Allahou khayrane akhi al karîm et continues à nous faire profiter de tes travaux et contributions !
    هُم إخوةٌ سَكنُوا الفُؤادَ و بَلْسمٌ يَشْفي الحَزينَ
    Des frères qui habitèrent nos coeurs et les guérirent d'une profonde tristesse...http://www.youtube.com/watch?v=dhf9mv3ra1g

  3. #3
    Wa Alaykoum As Salam Wa RahmatouLlah,

    Wa Anta Jazak Allahou kheyran akhi, de meme n'hesite pas, ainsi que les autres membres a enrichir ou corriger des eventuels manquements ou fautes.

Règles des messages

  • Vous ne pouvez pas créer de sujets
  • Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
  • Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
  • Vous ne pouvez pas éditer vos messages
  •  
  • Les BB codes sont Activés
  • Les Smileys sont Activés
  • Le BB code [IMG] est Activé
  • Le code [VIDEO] est Activé
  • Le code HTML est Désactivé