Résultats de 1 à 30 sur 30

Sujet : La science de l'héritage

  1. #1
    Membre actif
    Inscrit
    December 2011
    Messages
    225

    La science de l'héritage

    Assalâm alaykoum,

    Dans la continuité des révisions de sujets religieux, afin d'élargir notre culture générale et religieuse, je posterai ici, quelques questions liées à l'héritage, pour en profiter moi même dans un premier temps, en tant que révision, et partager, dans un second temps avec mes frères en Islam. En invitant chacun, à enrichir le sujet, par leurs contributions in chaâ Allah. Il est important, pour tout à chacun d’œuvrer à son échelle, afin de simplifier les sciences Islamiques. Et ce, pour motiver les débutants à se lancer dans l'apprentissage et encourager les plus avancés à partager leur savoir.

    En sachant que les raisons, poussant à écrire ou composer sont, comme le rapporte Al Balawî - Hafidhahou Allah - dans son livre de grammaire " Arrisâlatou Al'Alâ'iyyati fil-'ilali Anahwiyya - الرسالة العلائية في العلل النحوية - selon l'imâm Al Mouqri', dans son ouvrage " Azhârou Arriyâdh " :

    J'ai vu, par écrit que certains grands- savants - ont dit : " Il y a 7 formes de composition :

    1. Une oeuvre exclusive à l'auteur aussi bien dans le sujet, le contenu, que la présentation.

    2. Un sujet composé et écrit dans un premier temps, mais qui est incomplet. C'est alors qu'un autre écrivain, la reprend pour la compléter.

    3. Un sujet traité de manière erronée, et qui est repris afin d'être corrigé.

    4. Un sujet et une œuvre composée de manière problématique, et qui a besoin d'explication. Elle est alors reprise par un autre écrivain, afin de mettre la lumière sur les zones d'ombres et clarifier le sujet.

    5. Un sujet traité de manière détaillée, et qui est repris pour être résumé.

    6. Un sujet éparpillé, dans diverses ouvrages, qui est repris dans une seule et même oeuvre.

    7. Une œuvre composée de manière désordonné, et qui est reprise en vue d'être classifiée et ordonnée.

    Al Balawî - qu'Allah le Préserve - dit en commentaire :

    Dans l'espoir, que cet épitre entre dans l'une de ces catégories, et Seul Allah est en mesure de nous Accorder le succès dans nos projets.
    J'espère donc, que ces travaux ( celui-ci ainsi que les autres) entreront dans l'une des ces catégories et Seul Allah est en mesure de nous Accorder le succès de nos projets.




    Je commence cette œuvre recherchant la Bénédiction et l'aide auprès de Tous Les Noms d'Allah, Arrahmane qui fit don à l’ensemble de Ses créatures d’une Miséricorde générale, les disposant à vivre, exister, se déplacer, se nourrir et s’abreuver. Arrahim qui élu certains de Ses serviteurs en leur octroyant une Miséricorde spécifique, les guidant ainsi sur les voies de la certitude, du bonheur et de la connaissance du chemin menant à leur Seigneur.


    . Q: En quoi consiste la science de l'héritage ? Que serais-je en mesure de faire, après avoir appris cette science ?

    . R : Elle consiste à savoir comment partager l'héritage.


    . Q : Comment appelle-t-on cette science en arabe ?

    . R : On la nomme : " 'Ilmou Al farâ'id " عِلمُ الفَرائض.


    . Q : Qu'est ce l'héritage ?

    . R : L'héritage désigne toutes formes de bien laissés par le défunt après sa mort.


    . Q : Comment qualifie-t-on ces biens en arabe ? Est-ce que ces biens porte un nom particulier ? Et possèdent-ils une terminologie religieuse qui leur est propre ?

    . R : Oui, ces biens portent le nom religieux et légal de " Tarika " التركة .


    . Q : Si je comprend bien, lorsque nous sommes dans un contexte religieux et que j'entends le mot " Tarika ", il s'agira de l'héritage ?

    . R : Effectivement.



    ---------------------------------------------------------------------

    Ps :La référence générale sera l'ouvrage " Taysîrou Masâ'il Al Fiqh ", présenté ici :

    http://www.ummah.fr/showthread.php/8...%C3%A8s-utiles

    Dernière édition par Muslim; 13/09/2014 à 23h23 Raison: Ajout d'une citation
    هُم إخوةٌ سَكنُوا الفُؤادَ و بَلْسمٌ يَشْفي الحَزينَ
    Des frères qui habitèrent nos coeurs et les guérirent d'une profonde tristesse...http://www.youtube.com/watch?v=dhf9mv3ra1g

  2. #2

    بسم الله الرحمن الرحيم

    السلام عليكم ورحمة الله


    - La science de l'héritage a toujours été une science importante en Islam, de par sa complexité, ce qui fait d'elle une science des plus, si ce n'est la plus complexe dans le fiqh, et de par sa relation avec l'argent et la mort, ce qui la rend délicate par rapport à cette relation entre le défunt et sa famille vis-à-vis de son bien.

    - Il est primordial que les musulmans qui ne vivent pas dans une terre d'islam (dar alislam) sachent comment répartir l'héritage à qui de droit, sinon c'est la loi des mécréants qui le fera, la loi du Taghout, qu'Allah nous en préserve.

    En effet, si le Taghout donne a des gens une part de l'héritage qui ne lui revient pas dans la charia, alors cette personne doit la remettre aux héritiers que la charia a spécifié.


    Si un musulman demande, je dis bien demande, au Taghout de juger pour la répartition de l'héritage, alors il est devenu mécréant apostat.

    Et celui qui n'a pas demandé, mais le Taghout lui donne ce qui ne lui revient pas sans qu'il l'ai demandé et sans qu'il l'approuve et le garde sans le remettre à qui de droit et en déclarant que cela est haram, alors il fait un péché tout en restant musulman.

    Celui qui reçoit du Taghout sans demander ce qui ne lui revient pas et le redonne à qui de droit, alors il a fait le bien et il est récompensé.
    Il est impératif que les musulmans ne se retourne pas au Taghout pour juger dans l'héritage et dans tout autre domaine, ils doivent entre eux répartir l'héritage selon la charia, pour cela il doit y avoir un nombre suffisant de musulmans auxquels les autres musulmans peuvent retourner auprès d'eux afin de répartir l'héritage suivant la charia, la loi d'Allah immuable.

    - Il est possible que dans le forum ce sujet, se référer au Taghout, a déjà été traité, il conviendra donc aux gens d'y retourner, sinon, ceux qui veulent en parler, il sera judicieux de le développer en ouvrant un autre sujet spécifique pour ce sujet des plus importants, surtout pour ceux qui sont confrontés à ce problème: vivre dans un pays qui ne juge pas par la loi d'Allah, la charia, et Allah sait l'innombrable à notre époque des musulmans vivant dans ce genre de pays, même ceux que l'on dit pays musulmans. Là aussi, nous remarquons l'importance de vivre sous la charia et donc de faire la hijrah.

    Donc, afin de ne pas dévier ce sujet, la science de l'héritage, merci d'ouvrir un autre sujet, barakallahoufikoum.


    - Il a été dit que ''ilm alfara'id''علم الفرائض est la science de l'héritage, cela est vrai, on veut par ''ilm alfara'id cette science, mais ce n'est pas sa traduction, car alfara'id est le pluriel de faridah فَرِيضَة, qui veut dire: une part prescrite.

    Donc, la traduction exacte de ''ilm alfara'aid'' est: la science des parts prescrites. Maintenant, dans le fiqh, tout le monde sait que la science des parts prescrites est la science de l'héritage.

    Pourquoi avoir nommé la science de l'héritage par: la science des parts prescrites? Tout simplement, parce que le cœur même de cette science et qui est le plus difficile, sont ces parts prescrites par Allah, comme la moitié de l'héritage pour l'époux si la défunte n'a laissé aucun descendant.
    Et nous allons étudier, in cha Allah, la sciences des ces parts prescrites ainsi que le reste de la science de l'héritage.


    La science de l'héritage s'appelle aussi par: ilm almirathe
    عِلْمُ الْمِيرَاثِ du verbe waratha وَرَثَ qui est ni plus ni moins que le verbe: hériter, et son ''masdar'' si l'on peut dire, est irthe إِرْث, et wiratha وِرَاثَة et autres, et dans le sens de irth en gardant toujours la racine de trois lettres, alwa الواو, arra الراء, aththa الثاء il y a: mirathe مِيرَاث. Et celui qui hérite est l'héritier: warith وَارِث, etc. Donc la traduction exact du mot héritage est bien mirathe et non pas fara'id, bien que par ce mot on veut l'héritage, et Allah est plus savant.




    Commençons cette science:

    الْمِيْرَاثُ شَرْعًا: حَقٌّ قَابِلٌ لِلتَّجْزِئَةِ ثَابِتٌ لِمُسْتَحَقِّهِ بَعْدَ مَوْتِ مَنْ كَانَ لَهُ

    - L'héritage dans la législation:
    est un droit (un dû) qui accepte d'être partagé, établie pour l'ayant droit après la mort à qui il appartenait.

    -
    Explication: '' est un droit qui accepte d'être partagé '': on veut par ceci, enlever ce qui ne peut être partagé comme l'honneur, le fait d'être diplômé, d'être médecin etc. Donc, tout ce qui peux être partagé englobe des choses physiques tel que l'or, l'argent, les terres, maisons, voitures, percevoir un loyer etc, tout ce qui peut être divisible.


    Si vous avez des questions, merci de les poser sur ce qui a été traité, par sur ce qui viendra par la suite, barakallahoufikoum.

    Je reviendrais in cha Allah pour poursuivre cette science, et bien sur, nous arriverons in cha Allah au cœur même de la science de l'héritage qui est: les parts, alfara'id
    الفرائض.



    الحمد لله وصلى الله على نبينا محمد وعلى آله وسلم
    والسلام عليكم ورحمة الله

  3. #3
    Membre habitué
    Inscrit
    July 2011
    Messages
    322
    وعليكم السلام ورحمة الله وبركاته

    Bâraka Allâhu fîka akhî.

    Je vais suivre ce fil inchâ-a Allâh...

    Citation Envoyé par Muslim Voir le message
    ...

    . Q : Qu'est ce l'héritage ?

    . R : L'héritage désigne toutes formes de bien laissés par le défunt après sa mort.


    . Q : Comment qualifie-t-on ces biens en arabe ? Est-ce que ces biens porte un nom particulier ? Et possèdent-ils une terminologie religieuse qui leur est propre ?

    . R : Oui, ces biens portent le nom religieux et légal de " Tarika " التركة .


    . Q : Si je comprend bien, lorsque nous sommes dans un contexte religieux et que j'entends le mot " Tarika ", il s'agira de l'héritage ?

    . R : Effectivement.
    Pour تركة j'ai vu qu'on pouvait aussi le prononcer "tirkah" (تِرْكة) apparemment...

    C'est intéressant de voir le lien entre le sens linguistique (qui est apparemment "ce qui est laissé/chose laissée") et le sens technique (ce qui est laissé par le défunt après sa mort ---> héritage).

    Ceci dit j'ai vu que certains dictionnaires ne se contentent pas de donner le sens linguistique mais ils donnent aussi le sens de "héritage" même si ils ne sont pas spécialisés dans le fiqh...

    Wa Allâhu a'lam.

  4. #4
    بسم الله الرحمن الرحيم

    السلام عليكم ورحمة الله

    - LA SUITE DU COURS:

    - أَرْكَانُ الإِرْثِ ثَلاثَةٌ: 1- الْمُوَرِّثُ: الْمَيْتُ، 2- الْوَارِثُ وَمِنْهُ الْجَنِينُ إِذَا وُلِدَ حَيًّا، 3- التَّرِكَةُ
    - Les piliers de l'héritage sont trois: 1- celui qui laisse l'héritage (الْمُوَرِّثُ almouwarrith, qui est le défunt), 2- l'héritier (الْوَارِثُ, alwarith), fait parti de lui le fœtus à condition qui naisse vivant, 3- l'héritage (التَّرِكَةُ, attarikah, les biens laissés en héritage).

    - Explication:
    Il a été dit: وَمِنْهُ الْجَنِينُ إِذَا وُلِدَ حَيًّا fait parti de lui le fœtus à condition qui naisse vivant. Si au moment de la mort du défunt, il y a un enfant se trouvant dans une femme en enceinte, alors soit on attend qu'il naisse pour savoir s'il va naître vivant, ne serait-ce qu'un instant comme un cri puis il meurt, cet enfant hérite du défunt, et s'il meurt, alors on héritera de lui aussi.
    - Afin de ne pas léser les autres héritiers vivants, car l'enfant peut naître après de long mois et l'attente peut préjudiciable pour les héritiers, on fait comme ceci:
    On calcul la part de l'enfant en tant que garçon, puis on répartie l'héritage, ensuite, si l'enfant nait mort ou fille, alors on donnera le surplus aux autres héritiers.
    On fait cela afin de ne pas demander aux héritiers de redonner le surplus qu'ils ont eu, car certains pourront ne pas vouloir par avarice ou auront dilapider leurs argents ou autre.

    Alhamdoulillah, la charia est juste, elle émane du Créateur de l'univers et de toute chose, l'Omniscient, le Tout Miséricordieux.


    _ SUITE DU COURS:

    - الْحُقُوقُ الْمُتَعَلِّقَةُ بِالتَّرِكَةِ خَمْسَةٌ تَّرْتِيبًا:
    1-: الدُّيُونُ الْمُتَعَلِّقَةُ بِأَعْيَانِ التَّرِكَةِ كَالأَعْيَانِ الْمَرْهُونَةِ،
    2-: تَجْهِيزُ الْمَيْتِ،
    3-: قَضَاءُ الدُّيُونِ الْمُتَعَلِّقَةِ بِذِمَّةِ الْمَيْتِ لِلَّهِ فَلِلْعِبَادِ،
    4-: تَنْفِيذُ الْوَصِيَّةِ دُوْنَ تَجَاوُزِ الثُّلُثِ،
    5-: تَوْزِيعُ الْبَاقِي بَيْنَ الْوَرَثَةِ.

    - Les biens qui sont comprit dans l'héritage sont cinq, dans l'ordre:
    1- Les dettes qui sont attachées à des choses précises de l'héritage, comme les choses précises qui sont misent en gage.
    2- Préparer le défunt.
    3- Rembourser les dettes qui sont attachées à la responsabilité du défunt vis-à-vis d'Allah, ensuite vis-à-vis des gens.
    4- Appliquer le testament sans que celui-ci dépasse le tiers.
    5- Répartir ce qui reste entre les héritiers.

    - Explication:

    - "Dans l'ordre", cela veut dire que l'on prend des biens laissés par le défunt pour régler les cinq points cités, si il reste des biens après le premier, alors on passe au deuxième et ainsi de suite.
    - 2 "Préparer le défunt": comme: payer le linceul, payer quelqu'un pour le laver, pour creuser la tombe, pour le transporter etc. Cela est prit de ce qu'a laisser le défunt.
    - 3 " Rembourser les dettes qui sont attachées à la responsabilité du défunt vis-à-vis d'Allah, ensuite vis-à-vis des gens ", on commence par rembourser les dettes vis-à-vis d'Allah, comme le fait que le défunt était en retard pour sa zakat, ensuite s'il reste des biens au défunt, on rembourse ses dettes vis-à-vis des gens, cela est l'avis de l'école chafiite et ils se basent sur ce hadith du prophète صلى الله عليه وسلم: فَاللهُ أَحَقُّ بِالْوَفَاءِ، رَوَاهُ الْبُخَارِيُّ"Car Allah a plus de droit de l'acquittement". Alors que dans l'école malékite on commence par les dettes vis-à-vis des gens, puis s'il reste des biens, alors on rembourse les dettes vis-à-vis d'Allah, ils se basent sur le fait que les dettes des gens sont basées sur la contestation, alors que les dettes d'Allah sont basées sur le pardon. Dans l'école hanafite, les dettes vis-à-vis d'Allah ne sont pas remboursées car ils disent que cela ne peut être fait que par l'intention (nyah) et le défunt ne peut mettre d'intention, cela est faible car de son vivant, si la personne ne veut pas donner la zakat, alors le gouverneur musulman la prend de force et cela sans l'intention de celui qui doit donner la zakat, et Allah est le plus savant.
    - 4 " Appliquer le testament sans que celui-ci dépasse le tiers ", les règles du testament ne font pas parties des règles de l'héritage dans le fiqh, mais ont les cites à la suite dans les chapitres des livres de fiqh pour leurs liens.
    Parmi les règles du testament, le défunt ne peut pas léguer à un de ses héritiers. L'avis le plus juste, in cha Allah, est que si le testament dépasse le tiers ou que si le défunt lègue à un de ses héritiers, alors cela est possible si les héritiers acceptent car ils ont le droit de se désister de leur droit, cela sera une bonne action comme de faire un cadeau.
    Si une partie d'eux accepte, alors cela sera déduit de leurs parts comme si les autres avaient accepter sans rien prendre à ceux qui ont refuser, et Allah est le plus savant.
    - 5 " Répartir ce qui reste entre les héritiers ", après que les quatre étapes précédentes sont finies, le reste (tarikah, تَرِكَةٌ, petit clin d'œil à notre frère Ibn Nacer qui a fait une recherche linguistique sur ce mot et son lien avec le sens voulu, barakallahoufih) est répartie entre les héritiers suivants les règles que nous étudieront in cha Allah.


    PS: Le hadith en entier pour l'avis des chafiites pour l'acquittement d'Allah en premier (il est assez explicite): عَنِ ابْنِ عَبَّاسٍ: "أَنَّ امْرَأَةً مِنْ جُهَيْنَةَ جَاءَتْ إِلَى النَّبِيِّ صَلَّى اللهُ عَلَيهِ وَسَلَّمَ فَقَالَتْ إِنَّ أُمِّي نَذَرَتْ أَنْ تَحُجَّ فَلَمْ تَحُجَّ حَتَّى مَاتَتْ أَفَأَحُجُّ عَنْهَا؟ قَالَ نَعَمْ حُجِّي عَنْهَا، أَرَأَيْتِ لَوْ كَانَ عَلَى أُمِّكِ دَيْنٌ أَكُنْتِ قَاضِيَةً؟ اقْضُوا اللهَ فَاللهُ أَحَقُّ بِالْوَفَاءِ" رَوَاهُ الْبُخَارِيُّ


    الحمد لله وصلى الله على نبينا محمد وعلى آله وسلم

    والسلام عليكم ورحمة الله وبركاته

  5. #5
    Membre habitué
    Inscrit
    July 2011
    Messages
    322
    وعليكم السلام ورحمة الله وبركاته

    Bâraka Allâhu fîka akhî.

  6. #6
    بسم الله الرحمن الرحيم

    السلام عليكم ورحمة الله

    - Suite du cours:

    أَسْبَابُ الإِرْثِ ثَلاثَةٌ
    1- الزَّوَاجُ الصَّحِيحُ وَلَوْ بِغَيرِ وَطْءٍ وَلا خَلْوَةٍ، وَيَشْمَلُ أَيْضًا: الطَّلاقَ الرَّجْعِيَّ، وَالْمَرِيضَ في مَرَضِ الْمَوْتِ إِذَا طَلَّقَهَا دُونَ طَلَبٍ مِنْهَا وَلَوْ مَاتَ بَعْدَ انْتِهَاءِ عِدَّتِهَا مَا لَمْ تَتَزَوَّجْ،
    2- النَّسَبُ وَيَشْمَلُ أَصْحَابَ الْفُرُوضِ وَالْعَصَبَاتِ وَذَوِي الأَرْحَامِ،

    3- وَلاءُ الْعَتَاقَةِ فَالْمُعْتِقُ يَرِثُ عَتِيقَهُ دُوْنَ الْعَكْسِ.

    - Les cause de l'héritage sont trois:
    1- Le mariage valide et même s'il n'y a pas eu de coït ni de khalwah (que les deux époux se retrouvent seuls dans un lieu ou personne ne peut savoir ce qu'il font comme enfermer dans une pièce), ceci englobe aussi le divorce raj'i (la période ou le mari peut reprendre sa femme sans refaire de mariage), ainsi que le malade dans la maladie de la mort si il l'a divorcé sans demande de la part de l'épouse et même s'il meurt après la fin de sa 'iddah (période dans laquelle la femme ne peut pas se marier avec un autre), tant qu'elle ne s'est pas mariée (ceci est l'avis des hanbalites).
    2- Le lignage (les liens du sang).
    3- L'alliance de l'affranchissement, donc celui qui affranchie un esclave hérite de lui sans le contraire.


    - Suite du cours:

    - مَوَانِعُ الإِرْثِ أَرْبَعَةٌ:
    1- الْقَتْلُ بِغَيرِ حَقٍّ عَمْدًا وَشِبْهَ عَمْدٍ وَخَطَأً،
    2- اخْتِلافُ الدِّيْنِ: قَالَ النَّبِيُّ صَلَّى اللهُ عَلَيهِ وَسَلَّمَ: "لا يَرِثُ الْمُسْلِمُ الْكَافِرَ وَلا الْكَافِرُ الْمُسْلِمَ" مُتَّفَقٌ عَلَيْهِ،
    3- الرِّدَّةُ،
    4- الرِّقُّ.

    - Les empêchements de l'héritage sont quatre:
    1- Tuer sans droit volontairement, semi-volontairement, ou par erreur.
    2- La différence de religion, le prophète صلى الله عليه وسلم a dit: "Le musulman n'hérite pas du mécréant et ni le mécréant du musulman", rapport par Al-Boukhari et Mouslim.

    3- L'apostasie.
    4- L'esclavage.

    - Explication:
    - "1- Tuer sans droit", donc celui qui tue par droit hérite, comme celui qui a tué pour se défendre, celui qui a tuer en appliquant une sentence comme la condamnation à mort de celui qui a fait l'acte sexuelle après avoir été marié et l'avoir consommé. Il y a plusieurs avis pour cet empêchement de l'héritage, l'imam Achchafii dit que tout acte de tuer, même pour se défendre ou appliquer une sentence, et il y a d'autres avis. Celui que j'ai cité est celui de 'Oumar le deuxième calife ainsi que de 'Ali le troisième calife et des deux madzhabs hanafi et hanbali, sauf que les hanafi disent que celui qui a tuer par effet de cause comme celui qui a creusé un puits et que meurt en tombant dedans, et celui qui tue alors qu'il n'est pas pubère, celui qui tue alors qui est endormi, celui qui tue alors qu'il est fou, ceux-là héritent, alors que les hanabilah disent que ceux-là aussi n'héritent pas, et l'avis le plus juste in cha Allah est celui des hanafiah et Allah est plus savant. L'avis des malikite est que celui qui tue par erreur hérite.
    - "3- L'apostasie": il n'hérite pas et on n'hérite pas de lui, car il revient au deuxième empêchement: la différence de religion, il n'est pas musulman, il est kafir, mécréant, qu'Allah nous fasse mourir en musulmans.
    - "4- L'esclavage": l'esclave n'hérite pas et on n'hérite pas de lui, car il ne possède rien ni même sa propre personne, car il est lui-même une possession de son maitre, il est comme un cheval, un bien que possède son maitre.



    - Suite du cours:


    - الْوَرَثَةُ ثَلاثَةٌ: 1- أَصْحَابُ الْفُرُوضِ، 2- الْعَصَبَةُ، 3- ذَوُو الأَرْحَامِ. ثُمَّ بَيْتُ الْمَالِ.

    - Les héritiers sont trois:

    1- les gens des quotes-parts,
    2- les 'assabah,
    3- les gens des utérus.

    - Explication:
    - "1- les gens des quotes-parts": on va les étudier dés le prochain cour in cha Allah et comme je vous l'avais dit, c'est le cœur même de l'héritage.
    - "2- les 'assabah": ce sont ceux qui hérite après que es gens des quotes-parts héritent s'il reste quelque chose de l'héritage, et ils peuvent eux-mêmes faire parti des gens de la quote-part, les 'assabah seront étudiés en détail après l'étude des gens des quotes-parts in cha Allah.
    - "3- les gens des utérus", j'ai traduit exactement comme on comprend en arabe, donc ceux qui se sentent offusqué par ce terme, qu'il n'étudient pas le fiqh ou qu'ils joue les offusqués s'ils ont un problème de frustration. Arhame est le pluriel de rahim (أرحام رَحِمٌ), attention! Pas rahiim, mais rahim sans ya, et rahim est l'utérus qui est l'organe de la gestation chez la femme et les femelles des mammifères. Pourquoi les a t'on appelé les gens des utérus? Parce qu'ils ont une relation vis-à-vis du défunt par la mère seule, sans le père. Ils n'héritent que si les 'assabah n'héritent pas et il y a divergence: est ce qu'ils héritent ou pas. On n'étudiera cela en détail après les 'assabah in cha Allah.

    الحمد لله وصلى الله على نبينا محمد وعلى آله وسلم
    والسلام عليكم ورحمة الله وبركاته

  7. #7
    Membre récent
    Inscrit
    August 2015
    Messages
    6
    Citation Envoyé par Musulman Voir le message

    - 4 " Appliquer le testament sans que celui-ci dépasse le tiers ", les règles du testament ne font pas parties des règles de l'héritage dans le fiqh, mais ont les cites à la suite dans les chapitres des livres de fiqh pour leurs liens.
    Parmi les règles du testament, le défunt ne peut pas léguer à un de ses héritiers. L'avis le plus juste, in cha Allah, est que si le testament dépasse le tiers ou que si le défunt lègue à un de ses héritiers, alors cela est possible si les héritiers acceptent car ils ont le droit de se désister de leur droit, cela sera une bonne action comme de faire un cadeau.
    Si une partie d'eux accepte, alors cela sera déduit de leurs parts comme si les autres avaient accepter sans rien prendre à ceux qui ont refuser, et Allah est le plus savant.

    salam alaykum,

    je n'ai pas compris quand on parle du tiers, qu'est ce que le tiers du testament?

    barakaAllah fik

    wa salam alaykum

  8. #8
    بسم الله الرحمن الرحيم

    السلام عليكم ورحمة الله

    - Pour la question de "une sœur", qu'Allah lui fasse miséricorde: "je n'ai pas compris quand on parle du tiers, qu'est ce que le tiers du testament?"
    La réponse:
    - Ce n'est pas le tiers du testament, mais le tiers de l'héritage. Il fallait comprendre: que le testament ne dépasse pas le tiers de l'héritage, le tiers de ce qui doit être distribué aux héritiers.
    - Si le défunt à fait un testament, c'est-à-dire qu'après sa mort il veut que tel et tel choses soient donner à untel et untel, il faut que ce qu'il a donner dans son testament ne dépasse pas le tiers de ce qu'il a laissé après sa mort: de ce qui reste après avoir réglé ses dettes etc. Le testament ne dois pas dépasser le tiers de ce qui doit être distribué aux héritiers, donc, il doit rester au minimum deux tiers de l'héritage à distribués aux héritiers après avoir prélever un tiers au maximum pour le testament, ces deux tiers seront l'héritage à distribué aux héritiers.

    - Merci d'avoir posé une question concernant les cours vus, barakallahoufiki, cela permet d'éclaircir pour vous et d'autres aussi, in cha Allah, ce qui peut porter à confusion.
    Ce genre de question est très important, cela permet de rendre le cours plus compréhensible et de ne pas apprendre de travers la science.


    - Rajout pour le cours précédent:

    J'ai écris cela:
    - Les héritiers sont trois: 1- les gens des quotes-parts, 2- les 'assabah, 3- les gens des utérus.

    Et il faut rajouter: - La maison de l'argent (trésor public).

    Comme cela:
    - Les héritiers sont trois: 1- les gens des quotes-parts, 2- les 'assabah, 3- les gens des utérus. - La maison de l'argent (trésor public).

    Et il faut rajouter cela à la fin de l'explication:
    - "- La maison de l'argent (trésor public)": si il n'y a pas d'héritier (sans considérer les deux époux comme l'on étudiera in cha Allah), alors l'héritage va ou trésor public des musulmans; il sera utilisé pour l'intérêt public de la communauté, comme pour les pauvres, le jihad, la construction de mosquées, de ponts, etc. On peut presque considérer que le trésor public des musulmans est une quatrième catégorie des héritiers.



    - Suite du cours (maintenant on rentre de le cœur de la science de l'héritage, maintenant viennent les complications et les calculs… Qu'Allah vous vienne en aide et vous ouvre la compréhension):

    أَصْحَابُ الْفُرُوضِ: هُمْ عَشَرَةُ أَصْنَافٍ: الزَّوْجُ، الزَّوْجَةُ، الأَبُ، الأُمُّ، الْجَدُّ، الْجَدَّةُ، الْبَنَاتُ، بَنَاتُ الابْنِ، الأَخَوَاتُ مِنْ كُلِّ جِهَةٍ، الإِخْوَةُ مِنَ الأُمِّ.
    خَمْسَةٌ لا يَسْقُطُونَ بِحَالٍ: الزَّوْجَانِ، الأَبَوَانِ، وَلَدُ الصُّلْبِ. الْوَلَدُ لُغَةً وَشَرْعًا: كُلُّ مَا وُلِدَ ذَكَرًا كَانَ أَمْ أُنْثَى

    - Les gens des quotes-parts: Ils sont de dix sortes: l'époux, l'épouse, le père, la mère, le grand-père, la grand-mère, les filles, les filles du fils, les sœurs de chaque direction, les frères utérins.
    - Cinq ne sont jamais déchus: les deux époux, les deux parents (le père et la mère), l'enfant des vertèbres (direct).
    - L'enfant linguistiquement et dans la législation (musulmane) est celui qui est né masculin ou féminin.

    - Explication:

    - "les filles du fils": et ceux qui descendent, comme les filles du fils du fils, etc. Exemple: une fille qui son père est le fils du défunt. Il ne faut pas qu'entre la fille et le défunt il y est de fille, sinon elle ne sera pas des gens de quotes-parts mais des gens de l'utérus (des utérins, regardez dans le dictionnaire français le mot: utérin).

    - "les sœurs de chaque directions": on veut par les directions, trois directions: que le lien soit par le père et la mère, par le père seul, par la mère seule: la sœur (ou les sœurs) du défunt qui ont les même père et mère en commun, la sœur du défunt qui ont le même père et une mère différente, la sœur du défunt qui ont la même mère et un père différent.

    - "les frères utérins": les frères (ou le frère) du défunt qui ont seulement la même mère en commun avec un père différent.

    - "l'enfant des vertèbres": l'enfant qui descend directement du défunt, pas l'enfant d'un de ses enfants.

    - "L'enfant linguistiquement et dans la législation (musulmane) est qui est né masculin ou féminin": dans les dialectes arabes (qui sont une abomination pour la langue arabe, car elles détériorent la langue arabe et éloignent les arabes de leur langue originelle et donc de comprendre le Coran et les textes religieux), donc dans ces dialectes, le mot وَلَدٌ walad, enfant, désigne seulement le garçon, alors que dans la langue ARABE, c'est comme dans la langue française, le mot walad, enfant désigne aussi bien le garçon que la fille.
    Donc, attention quand vous lisez des textes en ARABE et notamment la science de l'héritage, le mot walad, enfant, englobe le fils et la fille.


    - Suite du cours:

    الزَّوْجُ: لَهُ حَالانِ: 1-: لَيْسَ لَهُ (أَيْ لِلْمَيْتِ وَهُنَا هُوَ الزَّوْجَةُ) فَرْعٌ وَارِثٌ فَلَهُ النِّصْفُ، 2-: لَهُ فَرْعٌ وَارِثٌ فَلَهُ الرُّبْعُ. الْفَرْعُ الْوَارِثُ: الابْنُ وَالْبِنْتُ أَوِ ابْنُ الابْنِ وَبِنْتُ الابْنِ وَإِنْ نَزَلا وَلَمْ يُحْجَبَا، وَالأَصْلُ الْوَارِثُ كَذَلِكَ مِنَ الأَبِ وَالأُمِّ

    - L'é
    poux: il a deux états:
    1- il (le défunt et ici c'est l'épouse) n'a pas de descendance qui hérite, il (l'époux) a alors la moitié (de l'héritage).
    2- Il (le défunt et ici c'est l'épouse) a une descendance qui hérite, il (l'époux) a alors le quart (de l'héritage).
    - La descendance qui hérite est: le fils, la fille, ou le fils du fils, la fille du fils et même s'il descendent plus bas, mais ne sont pas déchus. Et de même pour l'ascendance qui provient du père et de la mère.


    - Explication:

    - On veut par l'époux: l'époux du défunt qui est ici une défunte. Si l'époux de la défunte ne se retrouve avec aucun des descendant de la défunte qui ont droit à l'héritage, alors l'époux de la défunte prend la moitié de l'héritage, l'autre moitié sera distribuée à qui de droit comme on l'étudiera in cha Allah. Si la défunte a laissé un descendant qui hérite, comme un fils ou plus, ou une fille ou plus, ou une fille ou un fils de son fils par exemple, alors l'époux de la défunte prend le quart de l'héritage.

    - Rappel: si entre un petit fils ou une petite fille et le défunt il y a une fille, alors ce petit fils ou cette petite fille est dit "utérin" et est donc occulté par sa mère (qui est la fille du défunt), il ne fait pas parti des gens des quotes-parts, mais des gens de l'utérus (des utérins) que l'on étudiera plus tard in cha Allah.

    - Exemple:
    La défunte laisse son époux et aucun enfant (même éloigné comme: fils d'un fils, donc aucune descendance), qui hérite? L'époux hérite de la moitié, car la défunte n'a pas laissé de descendance qui hérite.

    - Exemple:
    La défunte laisse son époux et un fils et un fils de son fils, alors qui hérite? L'époux hérite et prend le quart, car la défunte a laissé une descendance qui hérite: le fils hérite, quant au fils du fils (le petit fils), il n'hérite pas car il est occulté par la présence du fils. En effet, comme on l'étudiera plus tard, celui qui fait la liaison entre le défunt et un autre membre qui doit hériter, occulte ce dernier (il y a une exception que l'on étudiera in cha Allah).

    - Exemple:
    La défunte laisse son époux et une fille de son fils, qui hérite? L'époux hérite et prend le quart, car la défunte a laissé une descendance qui hérite, car la fille du fils hérite.

    - Exemple:
    La défunte laisse son époux et une fille de sa fille, qui hérite? L'époux hérite de la moitié, car la défunte n'a pas laissé de descendance qui hérite. En effet, la fille de sa fille est utérine et n'hérite donc pas (il y a une fille entre la fille de la fille et la défunte) bien qu'elle soit une descendance, mais qui n'hérite pas.

    - Exemple:
    La défunte laisse son époux et un fils de sa fille, qui hérite? L'époux hérite de la moitié, car la défunte n'a pas laissé de descendance qui hérite. En effet, le fils de sa fille est utérin et n'hérite donc pas (il y a une fille entre le fils de la fille et la défunte).



    - Suite du cours:

    الزَّوْجَةُ: فَأَكْثَرُ مُشْتَرِكَاتٌ في النَّصِيبِ. لَهَا حالانِ: 1-: لَهَا الرُّبْعُ عِنْدَ عَدَمِ الْفَرْعِ الْوَارِثِ، 2-: لَهَا الثُّمُنُ عِنْدَ وُجُودِ الْفَرْعِ الْوَارِثِ.

    - L'épouse: ou plus (pas plus de quatre), elles sont associées dans la part. Elle a deux états:
    1- Ella a le quart lorsqu'il n'y a pas de descendance qui hérite.
    2- Elle a le huitième lors de présence d'une descendance qui hérite.

    - Explication:
    - Pas plus de quatre, ben oui, jusqu'au jours de la résurrection l'homme peut se marier avec quatre femmes, pas plus, il peut avoir autant de femmes esclaves qui veut (mais elles n'héritent jamais), mais pas plus de quatre épouses.
    Celui qui dit qu'à notre époque l'homme ne peut pas se marier avec plus qu'une femme est sortie de l'islam, il est mécréant apostat car il a renié ce qui est dans le Coran , la Sounnah et l'unanimité des savants. De même pour celui qui renie que le musulman et la musulmane peuvent acquérir un esclave; cela est halal dans le Coran, la Sounnah et l'unanimité des savants.
    Entre parenthèse: rien dans l'ancien testament et le nouveau interdit l'esclavage, ce sont les juifs et les chrétiens qui au fil des siècles ont falsifié la religion d'Allah, et Allah a décrété que parmi la communauté de Mohammad صلى الله عليه وسلم certains suivront les juifs et chrétiens dans leur comportement envers la religion, qu'Allah nous préserve de la mécréance après avoir eu la foi.

    - Exemple:
    Le défunt laisse une épouse et aucun enfant (même éloigné comme: fils d'un fils, donc aucune descendance), qui hérite? L'épouse hérite du quart de l'héritage car il n'y a pas de descendance qui hérite.

    - Exemple:
    Le défunt laisse une épouse et un fils, qui hérite? L'épouse prend le huitième, car le fils est une descendance qui hérite.

    - Exemple:
    Le défunt laisse trois épouses et un fils d'une fille, qui hérite? Les trois épouses prennent le quart qu'elles se partageront en trois, car le défunt n'a laissé aucune descendance qui hérite. En effet, le fils de sa fille est utérin donc n'hérite pas (il est occulté par sa mère qui est la fille du défunt), bien qu'il soit une descendance, mais qui n'hérite pas.

    - Exemple:
    Le défunt laisse une épouse, un fils, une fille, et un fils du fils, qui hérite? L'épouse prend le huitième, car le défunt a laissé une descendance qui hérite: le fils ainsi que la fille héritent, quant au fils du fils, il n'hérite pas car il est occulté par son père qui est le fils du défunt. En effet, comme on l'étudiera plus tard, celui qui fait la liaison entre le défunt et un autre membre qui doit hériter, celui qui fait la liaison occulte ce dernier (il y a une exception que l'on étudiera in cha Allah).

    - Exemple:
    Le défunt laisse deux épouses, deux fils d'un fils et trois filles, qui hérite? Les trois épouses prennent le huitième qu'elles se partageront à part égales, les deux fils du fils du défunts héritent ainsi que ses trois filles.
    Vous me direz: mais ou est passé le fils? Car il est cité: les deux fils d'un fils??? La réponse: ce fils n'hérite pas tout simplement, car il y a un empêchement de l'héritage, comme le faite qu'il soit décédé, qu'il soit mécréant, qu'il est tué son père ou qu'il soit esclave, révisez "les empêchements de l'héritage".



    -Annexe:

    - La méthodologie de donner des exemples est très profitable, car elle permet de bien mettre en évidence les "définitions" et de mettre en pratique ce qui est étudié.

    - Concentrez- vous a bien apprendre et retenir le but du cours: les états des deux époux, pas les fils, les filles, les fils des fils, les filles des fils, les fils des filles….. Leur cas seront étudiés en détails en temps voulu et cela pour tous les cours à venir. Ne vous pressez pas, apprenez progressivement, sinon vous allez vous surcharger et patauger pour finalement à la fin de tous les cours ne rien avoir retenu.

    - Le mieux est d'avoir un tableau ou je puisse écrire et faire des schémas, cela met bien en évidence les rapports entre les héritiers.

    - N'hésitez pas à lire et relire le cours afin qu'il rentre bien dans vos têtes, cela peut être même être indispensable et cela pour tous les cours à venir.

    - Conseil: prenez la science de l'héritage comme un jeux intellectuel comme le scrabble, les chiffres et les lettres, les jeux d'échecs etc. Cela vous fera aimer cette science, et quand on aime une science, on l'apprend mieux. Mieux: essayer de trouver d'autres personnes qui apprennent l'héritage (ou inviter des gens à cette science) et faites vous des révisions en "parties" d'héritage, comme on fait des parties de scrabble ou autre, cela est tout à fait halal et on apprend une science de la religion d'Allah.

    - Je vous prévient, l'époux et l'épouse sont les gens des quotes-parts les plus faciles a étudier, qu'Allah vous vienne en aide.

    - Bon, je pense que cela suffit pour aujourd'hui, faites bien marcher vos méninges et surtout invoquez Allah pour vous aider, c'est lui qui donne et qui reprend, que la chose qui donne ou reprend soit matérielle ou abstraite. Qu'Allah nous ouvre la compréhension de la science de l'héritage et surtout qu'il nous fasse rentrer dans son paradis sans passer par l'enfer ni le châtiment de la tombe, c'est cela la réussite, pas d'être fort dans telle ou telle science, à quoi sert d'être fort dans telle ou telle science si c'est pour se retrouver châtié? À ce faire voir des autres sur terre?
    Qu'Allah nous accorde la sincérité et nous fasse rentrer dans son paradis sans châtiment de la tombe ni de l'enfer, c'est cette science-là qu'il faut avant tout acquérir.

    الحمد لله وصلى الله على نبينا محمد وعلى آله وسلم
    والسلام عليكم ورحمة الله وبركاته

  9. #9
    بسم الله الرحمن الرحيم

    السلام عليكم ورحمة الله

    - Suite du cours:

    الأَبُ وَالْجَدُّ: لَهُمَا ثَلاثُ حَالاتٍ: 1-: لَهُمَا السُّدُسُ عِنْدَ وُجُودِ فَرْعٍ مُذَكَّرٍ وَارِثٍ، 2-: لَهُمَا السُّدُسُ فَرْضًا وَالْبَاقِي تَعْصِيبًا عِنْدَ وُجُودِ فَرْعٍ مُؤَنَّثٍ وَارِثٍ، 3-: لَهُمَا الْبَاقِي تَعْصِيبًا عِنْدَ عَدَمِ وُجُودِ فَرْعٍ وَارِثٍ

    الْجَدُّ يَحْجُبُ الإِخْوَةَ وَالأَخَوَاتِ مِنْ أَيِّ جِهَةٍ كَانُوا كَمَا يُسْقِطُهُمُ الأَبُ فَيَحُلُّ مَحَلَّ الأَبِ، هُوَ قَوْلُ أَبِي بَكْرٍ وَعُمَرَ وَأَبِي حَنِيفَةَ وَرِوَايَةٌ عَنْ أَحْمَدَ. الْجَدُّ هُنَا: الْعَصَبِيُّ اّلَّذِي لَيْسَ بَينَهُ وَبَينَ الْمَيْتِ أُنْثَى وَيَحْجُبُهُ الأَبُ

    - 3: Le père et le grand-père: ils ont trois états:
    1- Ils ont le sixième lors de la présence d'une descendance masculine qui hérite, (qu'il y est une descendance féminine qui hérite avec ou non).
    2- Ils ont le sixième en quote-part et le reste en ta'ssib lors de la présence d'une descendance féminine qui hérite (et qu'il n'y est pas de descendance masculine qui hérite avec).
    3- Ils ont le reste en ta'ssib quand il n'y a aucune descendance qui hérite.

    - Le grand-père occulte les frères et les sœurs de toute direction, comme le père les occulte aussi. Ceci est la parole d'Abou Bakr, 'Oumar et Abou Hanifah et c'est une version d'Ahmad.
    - Le grand-père ici est celui qui est 'assabi, celui qui n'a pas de femme entre lui et le défunt.

    - Le père occulte le grand-père.


    - Explication:

    - Quand on cite "frère", "sœur", "père", "fille" etc, dans la science de l'héritage, on veut par cela: vis-à-vis du défunt: le frère du défunt, la sœur du défunt, père du défunt etc.
    - Quand on dit "le reste", on veut le reste de l'héritage, après que tous les gens des quotes-parts ont prit leurs parts.
    - "les frères et les sœurs de toute direction": directions: les frères et sœurs du même père et même mère, frères et sœurs du même père et de mère différente, les frères et sœurs de même mère et de père différent.
    - "Le père occulte le grand-père": si le père est présent et hérite, alors aucun grand-père ne peut hériter. De même, un grand-père plus proche du défunt, occulte un grand-père plus éloigné.
    Les arrières grands-pères rentrent dans la catégorie des grands-pères.


    - Exemple: La défunte laisse un grand père (paternel: père du père), un fils et deux filles, qui hérite? Le grand-père a le sixième et le fils avec les filles héritent.

    - Exemple: - Le défunt laisse un père et deux fils, qui hérite? Le père à le sixième et les deux fils hérite.

    - Exemple: - Le défunt laisse un père, une femme et deux filles et un fils, qui hérite? Le père a le sixième, la femme a le huitième et les filles et le fils héritent.

    - Exemple: - Le défunt laisse un grand-père maternel (père de la mère du défunt), une femme, qui hérite? Le grand-père maternel n'hérite pas, car il y a une femme entre lui et le défunt: la mère du défunt. La femme hérite du quart.

    - Exemple: - La défunte laisse un père, un mari et une fille, qui hérite? Le père a le sixième et le reste, le mari a le quart et la fille hérite.


    - Question: - La défunte laisse un mari, un grand-père maternel (père de la mère), un arrière grand-père 'assabi (père du père du père) et un fils d'une fille, qui hérite?

    Merci de participer en répondant, barakallahoufikoum.

    الحمد لله وصلى الله على نبينا محمد وعلى آله وسلم
    والسلام عليكم ورحمة الله وبركاته

  10. #10
    Membre récent
    Inscrit
    August 2015
    Messages
    6
    salamalaykum

    baraka Allah fik,
    j'ai compris pour le tiers de l'héritage et je suis en train d'essayer de comprendre la suite (le temps d'assimiler toutes les notions)

    est ce que vous pourriez traduire en arabe
    - La maison de l'argent (trésor public).
    ?

    rabi djazeek bi kheir

  11. #11
    بسم الله الرحمن الرحيم

    السلام عليكم ورحمة الله

    Merci de suivre le cours, barakallahoufiki.

    La maison de l'argent:
    بَيتُ الْمَالِ bayt almal

    On dit aussi:
    la maison de l'argent des musulmans:
    بَيتُ مَالِ الْمُسْلِمِينَ bayt mal almouslimine

    - Le mot مال (mal), je l'ai traduit par: argent, mais ce mot englobe plus que l'argent (les monnaies), il englobe tout ce que l'on peut posséder comme or, terre, animaux etc.

    - Cette "maison", est l'argent qui appartient à l'ensemble des musulmans, pas à une personne précise.

    - Dans un état islamique, c'est le gouvernement qui en a la charge, le gouverneur ne peut pas en prendre pour ce qu'il veut, mais doit en prendre pour répondre aux besoins des musulmans, comme la fabrication de ponts, d'infrastructures, pour les pauvres, pour le jihad, etc.
    Quand le gouverneur récolte la zakat, il met la zakat récoltée dans la maison de l'argent pour ensuite, la distribuer à qui de droit parmi 8 catégories cités dans le Qoran et dans les livres de fiqh.

    - Je pense que le terme technique français qui correspond le plus au terme technique arabe est: le trésor public, et Allah est plus savant.


    Allez, je remet une question:

    - Question:
    Le défunt laisse deux femmes, un fils d'une de ces deux femmes, mais qui n'est pas son fils (fils qu'a eu cette femme d'un autre homme par un autre mariage), un fils d'un fils d'un fils (arrière petit fils), un fils d'une fille, un grand père paternel, qui hérite?

    الحمد لله وصلى الله على نبينا محمد وعلى آله وسلم
    والسلام عليكم ورحمة الله وبركاته

  12. #12
    بسم الله الرحمن الرحيم

    السلام عليكم ورحمة الله

    Question: En quelle année sommes-nous? Ééééééééééééé….
    Ben, en mille quatre cent trente sept depuis bientôt trois mois, quelle question!!!!!!

    Bon, trêve de plaisanteries, on continue:

    - Réponses aux deux questions dont personnes n'a répondu (c'est dommage, c'est un peu triste, un peu froid, des fois j'ai l'impression d'être sur un forum fantôme):

    - Question:
    - La défunte laisse un mari, un grand-père maternel (père de la mère), un arrière grand-père 'assabi (père du père du père) et un fils d'une fille, qui hérite?
    - Réponse:
    le mari a la moitié, le grand-père maternel n'a rien car il y a une femme entre lui et la défunte, l'arrière grand-père a le reste (il n'est pas occulté par le grand-père car il n'hérite pas), le fils de la fille n'a rien car il y a une femme entre lui et la défunte. Et Allah est plus savant.

    - Question:
    Le défunt laisse deux femmes, un fils d'une de ces deux femmes, mais qui n'est pas son fils (fils qu'a eu cette femme d'un autre homme par un autre mariage), un fils d'un fils d'un fils (arrière petit fils), un fils d'une fille, un grand père paternel, qui hérite?
    - Réponse:
    les deux femmes ont le huitièmes qu'elles se partagent équitablement, le fils d'une de ses femmes n'a rien car il n'a pas de lien généalogique avec le défunt, le fils d'un fils d'un fils a le reste car il n'est pas occulté par le fils d'une fille qui n'hérite pas: il y a une femme entre lui et le défunt, le grand-père paternel a le sixième. Et Allah est plus savant.


    - Suite du cours:

    الأُمُّ: لَهَا حَالانِ: 1-: لَهَا السُّدُسُ عِنْدَ وُجُودِ فَرْعٍ وَارِثٍ أَوِ اثْنَينِ فَأَكْثَرَ مِنَ الإِخْوَةِ وَالأَخَوَاتِ أَشِقَّاءَ أَوْ لأَبٍ أَوْ لأُمٍّ ذُكُورًا كَانُوا أَوْ إِنَاثًا وَارِثِينَ أَوْ مَحْجُوبِينَ عِنْدَ الْمَذَاهِبِ الأَرْبَعَةِ، 2-: لَهَا الثُّلُثُ عِنْدَ عَدَمِ فَرْعٍ وَارِثٍ أَوِ اثْنَيْنَ مِنَ الإِخْوَةِ وَالأَخَوَاتِ كَمَا سَبَقَ فَأَكْثَرَ

    لَهَا حَالٌ ثَالِثَةٌ مَرْجُوحَةٌ الْمَسْأَلَةُ الْعُمَرِيَّةُ: لَهَا ثُلُثُ الْبَاقِي عِنْدَ وُجُودِ الأَبِ مَعَهَا (لا الْجَدِّ) مَعَ أَحَدِ الزَّوْجَينِ فَقَطْ فَلِلأَبِ ثُلُثَي الْبَاقِي، وَهُوَ قَوْلُ عُمَرَ وَجُمْهُورِ الصَّحَابَةِ وَالأَئِمَّةِ الأَرْبَعَةِ، وَخَالَفَهُمُ ابْنُ عَبَّاسٍ وَشُرَيحٌ وَأَبُو يُوْسُفَ صَاحِبُ أَبِي حَنِيفَةَ وَدَاوُدُ الظَّاهِرِيُّ وَابْنُ حَزْمٍ وَغَيْرُهُمْ وَرُوِيَ عَنْ أَحْمَدَ، لأَنَّهُ لَمْ يَرِدْ في الْقُرْآنِ وَلا في السُّنَّةِ ثُلُثُ الْبَاقِي وَقَالَ ابْنُ عَبَّاسٍ: "لَهَاالثُّلُثُ كَامِلاً لِظَاهِرِ الآيَةِ" صَحَّحَهُ الأَلْبَانِيُّ

    الْمَسْأَلَةُ الْمُشْتَرَكَةُ قَوْلُ عُمَرَ وَزَيْدٍ ومَالِكٍ وَالشَّافِعِيِّ وَالرَّاجِحُ عَدَمُ اعْتِبَارِهَا وَهُوَ قَولُ عَلِيٍّ وَأَبِي حَنِيفَةَ وَأَحْمَدَ

    مَسْأَلَةُ وَلَدِ اللِّعَانِ وَالزِّنَى: نَسَبُهُ مِنْ أُمِّهِ وَلا يَثْبُتُ مِنَ الْمُلاعِنِ وَلا مِنَ الزَّانِي، وَلِذَلِكَ لا يَرِثُ مِنْ أَبِيهِ وَأَبُوهُ لا يَرِثُ مِنْهُ عَلَى كُلِّ حَالٍ، وَيَرِثُ مِنْ أُمِّهِ كَمَا تَرِثُ مِنْهُ

    - La mère: elle a deux états:
    1- Elle a le sixième lorsqu'il y a une descendance qui hérite ou bien deux (ou plus) de frères et sœurs de même père et mère ou de même père avec une mère différente ou de même mère avec un père différent, qu'ils soient masculins ou féminins, qu'ils héritent ou qu'ils soient occultés, ceci est l'avis des quatre écoles (hanafi, maliki, chafi'i, hanbali).
    2- Elle a le tiers lorsqu'il n'y a pas de descendance qui hérite, ni deux ou plus, de frères et sœurs comme expliqué précédemment.

    - Elle a un troisième état qui est rétorqué (je le donne quand même, car la grande majorité le prend bien qu'il soit faible et Allah est plus savant), c'est le problème 'oumariste:
    Elle a le tiers du reste lors de la présence du père avec elle (pas le grand-père) et avec un des deux époux seulement, alors le père a les deux tiers du reste.
    Ceci est la parole de 'Oumar, de la majorité des sahabah et des quatre imam (Abou Hanifah, Malik, Ach-Chafi'i, Ahmad). Ils sont contredis par Ibn 'Abbas, Chourayh (un tabi'i qui était savant du hadith, faqih et juge de Koufah durant soixante années, 'Ali a dit de lui qu'il était le plus grand juge des arabes), Abou Youssouf le compagnon d'Abou Hanifah, Dawoud azzahiri, Ibn Hazm et autres et on dit que c'est une version de l'imam Ahmad. Cela, parce que le tiers du reste n'est ni dans le Qoran ni dans la sounnah et Ibn 'Abbas a dit: "Elle a le tiers (de l'héritage) entièrement par l'évidence du verset", Al-Albani l'a authentifié.

    - Le problème "collectif" (autre problème que le précédent) est la parole de 'Oumar, Zaid, Malik et Ach-Chafi'i, et le juste est que l'on ne le prend pas en considération comme c'est la parole de 'Ali, Abou Hanifah et Ahmad.

    - Le problème de l'enfant de zina (l'enfant hors mariage et hors esclave halal) et de l'enfant de l'auto-malédiction (l'enfant dont le mari de la femme l'accuse de l'avoir conçu avec un autre, retournez dans un livre de fiqh pour toutes les précisions):
    son lignage (comme porter le nom) est de sa mère et rien n'est établi du mari maudisseur ni du zani (celui qui a fait zina). Pour cela, l'enfant n'hérite pas de son père (biologique) et son père (biologique) n'hérite pas de lui en tout état de cause. Il hérite de sa mère comme elle hérite de lui.


    - Explication:
    - Ceux qui veulent savoir comment résoudre le problème oumariste, qu'ils aillent dans un livre de fiqh des écoles malikite et chafi'ite ou qu'il me le demande, je leur donnerais. J'ai donné la résolution du "tiers du reste" alors que je vois qu'il est faux, mais cet avis est pris d'une très grande majorité et est simple à résoudre. Les frères et sœurs qui comme moi ne prennent pas cet avis: ne vous surchargez pas en apprenant cet avis, apprenez les deux cas de la mère seulement, ensuite, une fois l'étude de la science de l'héritage fini, révisez-la, puis si vous voulez, apprenez ce cas pour l'expliquer aux autres.

    - Une des devises dans mon cours: je ne veux pas surcharger les frères et sœurs en apprenant plusieurs avis.

    - Attention! Pour l'instant c'est encore assez facile, il y aura des héritiers qui auront six états, là, faudra bien suivre et bien réviser et ceux qui se seront surchargés… Il y a un diction dans la science islamique: qui veut apprendre la science tout d'un coup, la perd d'un coup. Donc, on y va progressivement, mais surement in cha Allah.


    - Question: Le défunt laisse une mère, une sœur de même mère et un frère de même père, une femme, une esclave avec qui il a eu un fils qui est décédé, un père et un grand-père, qui hérite?

    - Question: La défunte laisse un mari, une mère, deux fils d'un frère de même père et de même mère, une fille d'une fille, qui hérite?


    Qu'Allah nous accorde la réussite dans la science suivi de l'ACTE et la sincérité du cœur.

    الحمد لله وصلى الله على نبينا محمد وعلى آله وسلم
    والسلام عليكم ورحمة الله وبركاته

  13. #13
    بسم الله الرحمن الرحيم

    السلام عليكم ورحمة الله

    Les réponses:

    - Question:
    Le défunt laisse une mère, une sœur de même mère et un frère de même père, une femme, une esclave avec qui il a eu un fils qui est décédé, un père et un grand-père, qui hérite?
    - Réponse:
    La mère a le sixième, on verra plus tard comment héritent la sœur et le frère, sa femme a le quart, la femme esclave n'hérite pas mais devient libre au moment de sa mort car elle a eu un enfant de son maitre, le fils est décédé avant le décès du défunt, donc il ne provoque rien dans l'héritage, le père a le reste, le grand-père n'a rien car il est occulté par le père.

    - Question:
    La défunte laisse un mari, une mère, deux fils d'un frère de même père et de même mère, une fille d'une fille, qui hérite?


    Le mari a la moitié car la fille de la fille n'hérite pas, la mère a le tiers, les deux fils de même père et de mère seront étudiés plus tard in cha Allah.

    - Suite du cours:

    الْجَدَّةُ الصَّحِيحَةُ: الَّتِي لا يَدْخُلُ في نِسْبَتِهَا إلى الْمَيْتِ جَدٌّ رَحِمِيٌّ مِثْلُ أُمِّ الأُمِّ، وَأُمِّ الأَبِ. وَرِثَتِ السُّدُسَ الْجَدَّاتُ الصَّحِيحَاتُ إِذَا كُنَّ في دَرَجَةٍ وَاحِدَةٍ. لَهَا ثَلاثُ حَالاتٍ:1-: الأُمُّ تَحْجُبُ الْجَدَّاتِ مِنْ جَمِيعِ الْجِهَاتِ إِجْمَاعًا، 2-: يَحْجُبُ الأَبُ وَالْجَدُّ الْجَدَّاتِ مِنْ جِهَتِهِمَا، 3-: لَهَا السُّدُسُ.
    - مَسْأَلَةٌ: مَاتَ عَنْ أَبٍ وَأُمِّ أَبٍ وَأُمِّ أُمِّ أُمٍّ: لِلأَبِ الْبَاقِي وَالسُّدُسُ لأُمِّ أُمِّ الأُمِّ وَلا شَيْءَ لأُمِّ الأَبِ لأَنَّ الأَبَ حَجَبَهَا

    - 5 La grand-mère valide (pour hériter): est celle dont ne rentre pas dans sa lignée entre elle et la personne défunte de grand-père utérin, comme: la mère de la mère, la mère du père. Les grands-mères valides héritent du sixième si elles sont au même degré.
    Elle a trois états:
    1- La mère occulte les grands-mères de touts les directions par unanimité.
    2- Le père te le grand-père occultent les grands-mères de leurs directions respectives.
    3- Elle a le sixième.

    - Exemple:
    Le défunt laisse un père, une mère du père (grand-mère paternelle) et la mère de la mère de la mère (arrière grand-mère), qui hérite?
    - Réponse:
    le père a le reste, la mère du père n'a rien car elle est occultée par le père et l'arrière grand-mère a le sixième.

    - Explication:
    - Ici, quand on dit la grand-mère, on veut aussi toutes les arrières grands-mères, même si elles sont éloignées.
    - Le grand-père utérin est un grand-père qui a une femme entre lui et la mère ou le père, comme le père de la mère de la mère et le père de la mère du père.
    - " Les grands-mères valides héritent du sixième si elles sont au même degré ": le même degré: comme la mère du père et la mère de la mère, les deux héritent et se partagent équitablement le sixième.
    - On veut par la direction, la lignée.

    - Question:
    Le défunt laisse une femme, une fille, un grand-père paternel et la mère de la mère de la mère, qui hérite?

    - Question:
    La défunte laisse la mère du père, un fils du fils, le père de la mère et le père de la mère du père, qui hérite?

    الحمد لله وصلى الله على نبينا محمد وعلى آله وسلم
    والسلام عليكم ورحمة الله وبركاته

  14. #14
    بسم الله الرحمن الرحيم

    السلام عليكم ورحمة الله

    - Rectification:

    J'ai dit: "- Le grand-père utérin est un grand-père qui a une femme entre lui et la mère ou le père, comme le père de la mère de la mère et le père de la mère du père."

    Alors que c'est cela qu'il faut dire:
    "- Le grand-père utérin est un grand-père qui a une femme avant lui, comme le père de la mère et le père de la mère de la mère et le père de la mère du père. Donc la mère du père de la mère, n'hérite pas. "

    الحمد لله وصلى الله على نبينا محمد وعلى آله وسلم
    والسلام عليكم ورحمة الله وبركاته

  15. #15
    Membre habitué
    Inscrit
    July 2011
    Messages
    322
    وعليكم السلام ورحمة الله وبركاته

    Bâraka Allâhu fîka akhî.

    Ça va nous faire un bon petit cours pratique inchâ-a Allâh...

  16. #16
    بسم الله الرحمن الرحيم

    السلام عليكم ورحمة الله

    - Les réponses in cha Allah:

    - Question:
    Le défunt laisse une femme, une fille, un grand-père paternel et la mère de la mère de la mère, qui hérite?
    - Réponse:
    La femme a le huitième, la fille sera étudié au prochain cours, le grand-père paternel (le père du père) a le sixième et le reste, la mère de la mère de la mère a le sixième.

    - Question:
    La défunte laisse la mère du père, un fils du fils, le père de la mère et le père de la mère du père, qui hérite?
    - Réponses:
    - La mère du père a le sixième, le fils du fils sera étudié plus tard, le père de la mère n'hérite pas car il est utérin, le père de la mère du père n'hérite pas car il est utérin.


    - Suite du cours:

    الْبِنْتُ: لَهَا ثَلاثُ حَالاتٍ: 1-: لَهَا النِّصْفُ إِذَا كَانَتْ وَاحِدَةً وَلَمْ يَكُنْ مَعَهَا ابْنٌ فَأَكْثَرُ وَلا يُعْتَبَرُ ابْنُ الابْنِ، 2-: الثُّلُثَانِ إِذَا وُجِدَتِ اثْنَتَانِ فَأَكْثَرُ عِنْدَ مِثْلِ الْحَالِ السَّابِقِ، 3-: أَنْ يَكُونَ مَعَهَا أَوْ مَعَهُنَّ ابْنٌ وَلا مَنْ نَزَلَ أَوْ أَكْثَرُ فَيَأْخُذُ الذَّكَرُ ضِعْفَ نَصِيبِ أُخْتِهِ مِنَ الْبَاقِي

    – La fille: elle a trois états:
    1- Elle a la moitié si elle est seule et qu'il n'y a pas de fils ou plus avec elle et l'on ne prend pas en compte le fils du fils.
    2- Elles ont les deux tiers si elles sont deux ou plus dans le même cas précédent.
    3- Il y a avec elle ou avec elles un fils ou plus, mais pas ce qui est en dessous (fils du fils etc.), alors le fils prend le double de la part de sa sœur du reste.

    - Exemples:
    - Le défunt laisse une épouse, une fille, un fils d'un fils et un père: l'épouse a le huitième, la fille a le tiers car le fils du fils n'est pas prit en considération bien qu'il hérite, le père a le sixième.

    - La défunte laisse un mari, quatre filles, une mère et un père: le mari a le quart, les quatre filles ont les deux tiers qu'elles se partageront, la mère a le sixième et le père a le sixième et le reste (s'il reste quelque chose).

    - Le défunt laisse deux femmes, deux fils, une fille, un père: les deux femmes ont le huitième qu'elles se partageront, les deux fils et la fille prennent le reste et l'on donne à chaque fils le double de ce qu'a une fille: ici chaque fils aura deux-cinquième (2/5) du reste et la fille un-cinquième (1/5) du reste (deux-cinquième plus deux cinquième plus un-cinquième font bien cinq-cinquième 5/5), le père a le sixième.


    - Question:
    Le défunt laisse trois femmes, trois fille, une mère et le grand-père paternel (le père du père), qui hérite?

    - Question:
    La défunte laisse un mari, un fils, une fille et la grand-mère maternelle (la mère de la mère), qui hérite?

    - Question:
    Le défunt laisse une femme, le grand-père maternel (le père de la mère), un arrière grand père (le père du père du père), un fils et deux filles , qui héritent?


    Excusez-moi, j'aimerais bien que vous participiez. Répondez aux questions, n'aillez pas peur de répondre faux, au début, quand on apprend à faire du vélo, on tombe.
    الحمد لله وصلى الله على نبينا محمد وعلى آله وسلم
    والسلام عليكم ورحمة الله وبركاته

  17. #17
    Membre récent
    Inscrit
    August 2015
    Messages
    6
    Salam alaykum,

    baraka Allah fik

    en essayant de répondre à vos questions, je me suis emmêlée les pinceaux, donc je me suis rendu compte qu'il fallait faire un petit schéma qui synthétisait toutes ces notions

    une chose que je voudrais éclaircir:
    les enfants utérins signifie les enfants ( filles et garçons?) de la mère, est ce que ça veut dire que son époux n'est pas leur père? je n'ai pas bien compris ce terme en regardant dans le dictionnaire on dit de la branche maternelle (ça veut dire les parents et gands parents, frères et soeurs, neveux et n!èces.....de la mère?)...?

    une deuxième question:
    j'ai pas très bien saisi dans les gens des quotes parts on parle des fille mais on ne parle pas des fils? et des filles du fils mais pas des fils du fils?

    - Les gens des quotes-parts: Ils sont de dix sortes: l'époux, l'épouse, le père, la mère, le grand-père, la grand-mère, les filles, les filles du fils, les sœurs de chaque direction, les frères utérins.
    wasalam alaykum

  18. #18
    Membre récent
    Inscrit
    August 2015
    Messages
    6
    un petit essai

    - Question:
    Le défunt laisse trois femmes, trois fille, une mère et le grand-père paternel (le père du père), qui hérite?
    - les trois femmes se partagent le 1/4 si j'ai bien compris parce qu'il n'ya pas de descendance
    - la mère je crois ce sera le 1/3 car pas de desendance
    - le grandpère le 1/6, je suis pas très sur

    - Question:
    La défunte laisse un mari, un fils, une fille et la grand-mère maternelle (la mère de la mère), qui hérite?

    - le mari a le 1/4car il ya une descendance
    -le fils a le double de sa soeur mais jene connais pas la proportion
    - la fille a la 1/2 de son frère mais idem je ne connais pas la proportion
    la grnadmère maternelle elle a le 1/6 puis que il ny'a ni père et ni grand- père

    - Question:
    Le défunt laisse une femme, le grand-père maternel (le père de la mère), un arrière grand père (le père du père du père), un fils et deux filles , qui héritent?

    - une épouse :1/8
    - un grand père maternel: le 1/6 ou rien dutout j'hésite parce qu'il estde labranche maternelle?
    - un arrière grand père paternel: le 1/6
    - un fils a le double de ses soeurs
    -2 filles se partegent la 1/2 de leur frère

    wa allahu alam



  19. #19
    بسم الله الرحمن الرحيم


    السلام عليكم ورحمة الله

    Barakallahoufiki pour la participation.

    - Vous avez dit:
    une chose que je voudrais éclaircir:
    les enfants utérins signifie les enfants ( filles et garçons?) de la mère, est ce que ça veut dire que son époux n'est pas leur père? je n'ai pas bien compris ce terme en regardant dans le dictionnaire on dit de la branche maternelle (ça veut dire les parents et grands parents, frères et sœurs, neveux et nièces.....de la mère?)...?

    - La réponse:
    - Quand on emploi le mot enfant, cela englobe les garçons et les filles. Utérin veut dire que cette personne est liée au défunt par une femme entre lui et le défunt (de l'utérus qui est propre à la femme). Attention! Si le défunt est une femme et qu'elle laisse un fils et une fille, ces deux enfants ne sont pas utérins: car il n'y a pas de femme entre eux deux et leur mère, bien qu'il descende d'une femme, mais le défunt n'est pas prit en considération pour la désignation "utérin".
    - Regardez le dictionnaire français peut amener à une mauvaise compréhension, le terme utérin dans la loi islamique peut être différant de la définition du mot utérin dans le droit français. Ceci est un des problèmes de la traduction, donc je prend un mot que j'estime le plus proche du sens en arabe et ensuite je redéfinie ce mot en concordance avec la charia, même si cela doit amener à rajouter un autre sens au mot.
    - La mère de la défunte n'est pas utérine, bien que la défunte est une femme et que la mère est une femme.


    - Vous avez dit:
    une deuxième question:
    j'ai pas très bien saisi dans les gens des quotes-parts on parle des fille mais on ne parle pas des fils? et des filles du fils mais pas des fils du fils?
    - Les gens des quotes-parts: Ils sont de dix sortes: l'époux, l'épouse, le père, la mère, le grand-père, la grand-mère, les filles, les filles du fils, les sœurs de chaque direction, les frères utérins.

    - La réponse:
    - Les fils ne font pas parti des quotes-parts! Bizarre me direz-vous, mais: le fils prend le reste, et quand il y a un fils, il y a toujours un reste, donc, pas besoin de lui donné une quote-part obligatoire, Allah a vraiment très bien fait la science de l'héritage. Le fils fait parti des 'asabah, ceux qui prennent le reste après que tous les gens des quotes-parts on prit leur part, tout simplement.
    - Exemple: le défunt laisse qu'un seul fils, qui hérite? Le fils, et il prend le reste après que tous les gens des quotes-parts ont prit leur part, ici il n'y a pas de gens de quotes-parts, donc le fils prend le reste: tout l'héritage.
    - Exemple: Le défunt laisse un père, une mère et un fils, qui hérite? Le père prend le sixième car il y a une descendance masculine qui hérite, la mère prend le sixième car il y a une descendance qui hérite, le fils prend le reste: les quatre sixièmes restants (1/6 pour le père, 1/6 pour la mère et 4/6 pour le fils, l'ensemble fait bien 6/6, le compte est bon).


    - Analyse de vos réponses:

    - Question:
    Le défunt laisse trois femmes, trois filles, une mère et le grand-père paternel (le père du père), qui hérite?
    - les trois femmes se partagent le 1/4 si j'ai bien compris parce qu'il n'y a pas de descendance
    - la mère je crois ce sera le 1/3 car pas de descendance

    - le grand père le 1/6, je suis pas très sur


    - Comment ça il n'y a pas de descendance? Il y a une descendance: les filles. Attention, quand on dit "descendance" cela englobe les hommes et les femmes, quand on dit descendance masculine ou descendance féminine, là on précise, nuance. Le mot descendance englobe les fils, les filles, les fils des fils, les filles des fils etc. Et une descendance qui hérite est le contraire d'une descendance qui n'hérite pas: la fille de la fille est bien une descendance, mais elle n'hérite pas, donc elle n'a pas d'influence.
    - Donc, à cause de la descendance qui hérite et qui est la fille, les trois femmes se partagent le 1/8, la mère le 1/6, les trois filles on les deux tiers et le grand père à le 1/6 et le reste car la descendance n'est pas masculine (s'il reste quelque chose).

    - Question:
    La défunte laisse un mari, un fils, une fille et la grand-mère maternelle (la mère de la mère), qui hérite?
    - le mari a le 1/4 car il ya une descendance
    - le fils a le double de sa sœur mais je ne connais pas la proportion
    - la fille a la 1/2 de son frère mais idem je ne connais pas la proportion
    - la grand-mère maternelle elle a le 1/6 puis que il n'y a ni père et ni grand- père

    - La grand-mère maternelle a bien le 1/6, mais parce qu'il n'y a pas de mère seulement. Ni le père, ni le grand-père n'a d'influence sur elle, relisez les états de la grand-mère valide.
    - La répartition est bonne, sauf l'explication de la grand-mère.
    - Le fils et la fille se partagent le reste en sachant que le fils a le double de la fille: une fois que les gens des quotes-parts ont prit leurs parts, ici le mari et la grand-mère, le reste est partagé entre le fils et la fille, le fils prend le double de ce que prend la fille, donc le fils prend 2/3 du reste et le fille prend 1/3 du reste (1/3 plus 2/3 fait 3/3, le compte est bon).

    - Question:
    Le défunt laisse une femme, le grand-père maternel (le père de la mère), un arrière grand père (le père du père du père), un fils et deux filles , qui héritent?
    - une épouse :1/8
    - un grand père maternel: le 1/6 ou rien du tout j'hésite parce qu'il est de la branche maternelle?
    - un arrière grand père paternel: le 1/6
    - un fils a le double de ses sœurs
    -2 filles se partagent la 1/2 de leur frère

    - Le grand père maternel n'hérite pas car il est utérin: il y a une femme entre lui et le défunt: la mère du défunt.
    - Je me répète (pour bien être comprit et bien ancrer cela): le fils et les deux filles prennent le reste, le reste est ce qui reste après que les gens des quotes-parts ont prit leur parts, et le fils prend le double d'une fille, donc le fils prend 2/4 du reste (c'est-à-dire la moitié, 1/2) et chaque fille prend 1/4 du reste (2/4 plus 1/4 plus 1/4 fait bien 4/4 du reste. Le compte est bon).

    - Vous avez bien répondu dans l'ensemble, ma cha Allah, cela fait plaisir.

    - Je ne fait pas encore l'analyse du partage, ceci est un cours spécial qui viendra in cha Allah, je ne veux pas surcharger, chaque chose en son temps. En d'autres termes, l'étude de l'héritage sur un point de vue purement mathématique viendra in cha Allah: comment partager le 1/8, le 1/6 de l'héritage et le 2/4 du reste et deux fois le 1/4 du reste? Patientez, cela viendra, ceux qui sont bons en math et surtout en: dénominateur commun, vont vite comprendre in cha Allah, les autres: retournez sur les bancs de l'école ou faire des efforts.

    Qu'Allah nous facilite.


    - Suite du cours (Attention! ça se complique!):


    بِنْتُ الاِبْنِ
    : (وَإِنْ نَزَلَتْ وَلَيْسَ بَينَهَا وَالْمَيتِ أُنْثَى) لَهَا سِتُّ حَالاتٍ: 1-: تُحْجَبُ بِأَيِّ ذَكَرٍ وَارِثٍ أَعْلَى مِنْهَا دَرَجَةً، 2-: لَهَا النِّصْفُ إِذَا انْفَرَدَتْ عَنْ بِنْتِ ابْنٍ وَأَيِّ ابْنِ ابْنٍ وَارِثٍ في دَرَجَتِهَا عِنْدَ عَدَمِ الْبِنْتِ، 3-: الثُّلُثَانِ إِذَا كُنَّ أَكْثَرَ مِنْ وَاحِدَةٍ سَوَاءٌ كَانَتَا أُخْتَينِ أَمْ لا، عِنْدَ عَدَمِ الْبِنْتِ وَانْفَرَدْنَ عَمَّنْ سَبَقَ، 4-: إِذَا تَعَصَّبَتْ مَعَ ابْنِ الابْنِ في دَرَجَتِهَا عِنْدَ عَدَمِ الْبِنْتِ فَلِلذَّكَرِ مِثْلُ حَظِّ الأُنْثَيَيْنِ، 5-: لَهَا أَوْ لَهُنَّ السُّدُسُ تَكْمِلَةَ الثُّلُثَيْنِ إِذَا وُجِدَتْ مَعَ بِنْتِ الابْنِ فَأَكْثَرَ بِنْتٌ وَاحِدَةٌ (وَلِلْبِنتِ النِّصْفُ) إِلاَّ أَنْ يَكُونَ مَعَهَا ابْنُ ابْنٍ في دَرَجَتِهَا فَيَعْصِبَهَا كَالسَّابِقِ، 6-: تُحْجَبُ بِنْتُ الابْنِ إِذَا كَانَ مَعَهَا أَكْثَرُ مِنْ بِنْتٍ إِلاَّ إِذَا كَانَ مَعَهَا أَوْ أَسْفَلَ مِنْهَا ذَكَرٌ فَتَرِثُ مَعَهُ تَعْصِيبًا لِلذَّكَرِ مِثْلُ حَظِّ الأُنْثَيَيْنِ


    7- La fille du fils (et aussi celle qui est plus basse en degré mais qu'il n'y a pas entre elle et le défunt de femme, comme la fille du fils du fils, contrairement à la fille du fils d'une fille) a six états:
    - 1: Elle est occultée par tout homme qui hérite plus haut qu'elle en degré (comme la fille du fils est occulté par le fils. Comme la fille du fils du fils est occulté par le fils ou par le fils du fils).
    - 2: Elle a la moitié s'il n'y a pas d'autre fille du fils et tout fils de fils qui hérite dans son degré lorsqu'il n'y a pas de fille.
    - 3: Elles ont les deux tiers si elles sont deux ou plus, qu'elles soient sœurs ou non ( comme la fille d'un fils et la fille d'un autre fils), lorsqu'il n'y a pas de fille ni de fils de fils qui hérite dans son degré.
    - 4: Si elle devient 'assabah avec le fils du fils dans son degré lorsqu'il n'y a aucune fille, alors l'homme a le double de la femme du reste (il a l'équivalent de deux femmes).
    - 5: Elle a ou elles ont le sixième en complément des deux tiers s'il y a avec la fille du fils (ou plus) une seule fille (et la fille a bien sûr la moitié), sauf s'il y a avec elle (la fille du fils) un fils du fils dans son degré, alors ils sont des 'assabah comme précédemment (Ils prennent le reste et l'homme a le double d'une femme).
    -6: La fille du fils est occultée s'il y a avec elle plus d'une fille, sauf s'il y a avec elle dans son degré ou plus bas qu'elle en degré un homme qui hérite, alors ils sont des 'assabah, ils prennent le reste: l'homme a le double de la femme.

    - Explication:
    - Attention! La fille du fils peut être 'assabah avec un fils d'un fils d'un fils (donc plus bas qu'elle en degré) seulement dans le sixième cas. Dans tout autre cas, elle est 'assabah qu'avec un homme de son degré.
    - Quand j'emploie le mot "homme" et "femme", je ne vise pas l'âge mais seulement le sexe, donc un enfant de 2 semaines est un homme ou une femme dans notre langage, ici.
    - Le degré n'est pas le degré de température, non, mais le degré dans la généalogie: le fils du fils est au même degré que la fille de la fille, alors que le fils du fils est dans un degré inférieur de la fille.
    - Le fils de la fille est utérin, il n'est pas 'assabah, il n'a donc aucune influence, il n'hérite pas. Tout comme la fille de la fille.

    - Veillez à bien relire plusieurs fois les 6 cas de la fille du fils pour bien les assimiler ainsi que les explications, de même quand vous allez résoudre les questions, n'hésitez pas à relire entièrement les 6 cas et les explications, il y a beaucoup de choses à retenir. On oublie parfois un détail, que j'ai pourtant bien écrit, pour que l'on se trompe dans la résolution des questions.


    - Question:
    - Le défunt laisse une fille d'un fils, un fils (qui est autre que le père de la fille du fils), une femme, un père et une mère, qui hérite?

    - Question:
    - La défunte laisse un fils d'une fille, une fille d'un fils, un grand père paternel (père du père), une grand-mère maternelle (mère de la mère), qui hérite?

    - Question:
    - La défunte laisse deux filles d'un fils, un fils d'un fils d'un fils, un mari et une mère, qui hérite?

    - Question:
    - Le défunt laisse une épouse, trois filles d'un fils, deux fils d'un fils, un arrière grand père (un père du père du père) et une arrière grand-mère (une mère d'une mère d'un père), qui hérite?

    - Question:
    - Le défunt laisse une épouse, deux filles d'un fils, une fille, un père et une grand-mère paternelle (la mère du père), qui hérite?

    - Question:
    - La défunte laisse une fille d'un fils, une fille, deux fils d'un fils, un père, qui hérite?

    - Question:
    - Le défunt laisse une épouse, une mère, une grand-mère maternelle (la mère de la mère), trois filles d'un fils, deux filles, qui hérite?

    - Question:

    - La défunte laisse un mari, un père, trois filles, trois filles d'un fils et cinq fils d'un fils, qui hérite?

    - Question:
    - La défunte laisse un mari, un mère, deux filles, trois filles d'un fils et deux fils d'un fils d'un fils, qui hérite?


    - Le cas de la fille du fils est le plus compliqué avec le cas de la sœur du même père et de la même mère (d'ailleurs, on l'étudiera in cha Allah au prochain cours! Ouaaiiiiii, on aime, on en redemande…), ensuite il restera le cas de la sœur du même père et de mère différente qui est comme une révision du cas de la sœur du même père et de la même mère avec un rajout, puis le cas de la sœur et du frère de la même mère avec un père différent qui a seulement que trois états.
    - Ensuite on étudiera les règles des 'assabah, les règles de l'occultation, les utérins et comment résoudre l'héritage mathématiquement (dénominateur commun. Attention! savoir calculer le dénominateur commun ne suffit parfois pas, car il y a des règles spécifiques suivant tel ou tel héritier!).

    الحمد لله وصلى الله على نبينا محمد وعلى آله وسلم
    والسلام عليكم ورحمة الله وبركاته


  20. #20
    بسم الله الرحمن الرحيم

    السلام عليكم ورحمة الله


    - Les réponses:


    - Question:
    - Le défunt laisse une fille d'un fils, un fils (qui est autre que le père de la fille du fils), une femme, un père et une mère, qui hérite?
    - Réponse:
    - La fille d'un fils n'a rien car il y a un fils plus haut qu'elle (que le fils soit le père de cette fille d'un fils ou pas), le fils a le reste, la femme a le huitième, le père a le sixième et la mère a le sixième aussi.

    - Question:
    - La défunte laisse un fils d'une fille, une fille d'un fils, un grand père paternel (père du père), une grand-mère maternelle (mère de la mère), qui hérite?
    - Réponse:
    - Le fils d'une fille n'a rien car il est utérin, la fille d'un fils a la moitié, le grand-père a le sixième et le reste, la grand-mère a le sixième.

    - Question:
    - La défunte laisse deux filles d'un fils, un fils d'un fils d'un fils, un mari et une mère, qui hérite?

    - Réponse:
    - Les deux filles d'un fils ont les deux tiers (alors chacune a le tiers), le fils d'un fils d'un fils prend le reste, le mari a le quart et le mère a le sixième.

    - Question:
    - Le défunt laisse une épouse, trois filles d'un fils, deux fils d'un fils, un arrière grand père (un père du père du père) et une arrière grand-mère (une mère d'une mère d'un père), qui hérite?

    - Réponse:
    - L'épouse a le huitième, les trois filles d'un fils et les deux fils d'un fils prennent le reste, l'homme prend le double de la femme (chaque fille a 1/7 du reste, et chaque fils a 2/7 du reste), l'arrière grand-père a le sixième et l'arrière grand-mère a le sixième aussi.

    - Question:
    - Le défunt laisse une épouse, deux filles d'un fils, une fille, un père et une grand-mère paternelle (la mère du père), qui hérite?

    - Réponse:
    - L'épouse a le huitième, les deux filles d'un fils prennent le sixième (qu'elles se partagent), la fille prend le tiers, le père prend le sixième et le reste et la grand-mère prend le sixième.

    - Question:
    - La défunte laisse une fille d'un fils, une fille, deux fils d'un fils, un père, qui hérite?
    - Réponse:
    - La fille d'un fils et les deux fils d'un fils prennent le reste, l'homme prend le double de la femme (la fille d'un fils a 1/5 du reste, et chaque fils d'un fils a 2/5 du reste), le fille a le tiers, le père a le sixième.

    - Question:
    - Le défunt laisse une épouse, une mère, une grand-mère maternelle (la mère de la mère), trois filles d'un fils, deux filles, qui hérite?

    - Réponse:
    - L'épouse a le huitième, la mère a le sixième, la grand-mère a rien, les trois filles d'un fils n'ont rien, et les deux filles ont les deux-tiers.

    - Question:

    - La défunte laisse un mari, un père, trois filles, trois filles d'un fils et cinq fils d'un fils, qui hérite?

    - Réponse:
    - Le mari a le quart, le père a le sixième, les trois filles ont les deux-tiers (qu'elles se partagent), les trois filles d'un fils avec les cinq fils d'un fils prennent le reste, l'homme a le double d'une femme (chaque fille d'un fils a 1/13 du reste, et chaque fils d'un fils a 2/13 du reste).

    - Question:
    - La défunte laisse un mari, une mère, deux filles, trois filles d'un fils et deux fils d'un fils d'un fils, qui hérite?
    - Réponse:
    - Le mari a le quart, la mère a le sixième, les deux filles ont les deux-tiers, les trois filles d'un fils avec les deux fils d'un fils d'un fils prennent le reste, l'homme prend le double de la femme (chaque fille d'un fils prend 1/7 du reste, chaque fils d'un fils d'un fils prend 2/7 du reste).

    - Suite du cours:

    الأُخْتُ الشَّقِيقَةُ: لَهَا خَمْسُ حَالاتٍ: 1-: لَهَا النِّصْفُ إِذَا انْفَرَدَتْ وَلَمْ يُوْجَدْ أَخٌ شَقِيقٌ أَوْ فَرْعٌ وَارِثٌ أَوْ أَصْلٌ وَارِثٌ مُذَكَّرٌ، 2-: الثُّلُثَانِ لِلاِثْنَتَينِ فَأَكْثَرَ عِنْدَ مِثْلِ الْحَالِ السَّابِقِ، 3-: مَعَ الأُخْتِ الشَّقِيقَةِ فَأَكْثَرَ أَخٌ شَقِيقٌ فَأَكْثَرُ وَلَمْ يُوْجَدْ فَرْعٌ وَارِثٌ مُذَكَّرٌ أَوْ أَصْلٌ وَارِثٌ مُذَكَّرٌ فَيُعَصِّبُهَا وَيَأْخُذُ الْجَمِيعُ مَا بَقِيَ مِنَ التَّرِكَةِ لِلذَّكَرِ مِثْلُ حَظِّ الأُنْثَيَيْنِ، 4-: مَعَ الشَّقِيقَةِ فَأَكْثَرَ بِنْتٌ فَأَكْثَرُ أَوْ بِنْتُ الابْنِ وَلَمْ يُوْجَدْ أَصْلٌ وَارِثٌ مُذَكَّرٌ أَوْ فَرْعٌ وَارِثٌ مُذَكَّرٌ أَوْ أَخٌ شَقِيقٌ فَتُصْبِحُ الشَّقِيقَةُ عَصَبَةً وَتَأْخُذُ الْبَاقِيَ، 5-: تُحْجَبُ بِالْفَرْعِ الْوَارِثِ الْمُذَكَّرِ وَبِالأَصْلِ الْوَارِثِ الْمُذَكَّرِ

    8 -: La sœur de même père et mère: elle a cinq états:
    -1: Elle a la moitié si elle est seule (pas d'autre sœur de même père et mère) et qu'il n'y a pas de frère de même père et mère ou de descendance (masculine ou féminine) qui hérite ou d'ascendance masculine qui hérite.
    -2: Les deux tiers pour deux sœurs ou plus, lors du même état précédent.
    -3: Avec la sœur du même père et même mère ou plus, il y a un frère du même père et mère ou plus sans qu'il n'y ai de descendance masculine qui hérite ou d'ascendance masculine qui hérite, alors il (ou les frères de même père et mère) la rend 'assabah et l'ensemble (des frères et sœurs de même père et mère) prennent le reste, le frère prend le double d'une sœur.
    -4: Avec la sœur de même père et mère ou plus il y a une fille ou plus ou une fille d'un fils (ou plus) et il n'y a pas d'ascendance masculine qui hérite ni de descendance masculine qui hérite ou de frère de même père et mère, alors la sœur devient 'assabah et prend le reste.
    -5: Elle est occultée par la descendance masculine qui hérite et par l'ascendance masculine qui hérite (Comme nous avons vu précédemment, nous prenons l'avis des deux premiers califes, d'Abou Hanifah et d'Ibn Taymayah, que le grand-père est comme le père s'il n'est pas présent, tandis que l'école malikite n'est pas d'accord et dit que le grand-père n'occulte pas les frères).


    - Question:
    - Le défunt laisse une sœur de même père et mère, un fils et une mère, qui hérite?

    - Question:
    - La défunte laisse un mari, une sœur de même père et mère, un grand-père paternel, qui hérite?

    - Question:

    - La défunte laisse un mari, une sœur de même père et mère, qui hérite?

    - Question:
    - Le défunt laisse une épouse, deux sœurs de même père et mère, une mère, qui hérite?

    - Question:
    - La défunte laisse trois sœurs de même père et mère, deux frères de même père et mère, une fille et une mère, qui hérite?

    - Question:
    - La défunte laisse un mari, une mère, trois filles et deux sœurs de même père et mère, qui hérite?

    - Question:
    - Le défunt laisse une épouse, un grand-père utérin (le père de la mère), une fille et une sœur de même père et mère, qui hérite?

    الحمد لله وصلى الله على نبينا محمد وعلى آله وسلم
    والسلام عليكم ورحمة الله وبركاته

  21. #21
    بسم الله الرحمن الرحيم

    السلام عليكم ورحمة الله


    Je laissais toujours une semaine entre chaque cours, cette fois-ci j'ai laissé deux semaines vu que le cas était difficile, maintenant je reviens à une semaine in cha Allah. Le cours d'aujourd'hui est quasiment le même que le précédent avec un cas en plus. Ensuite il nous restera qu'un seul cas a étudier et nous aurons fini les gens des quotes-parts in cha Allah, puis nous continuerons dans le reste des règles de l'héritage in cha Allah.

    - Les réponses:

    - Question:
    - Le défunt laisse une sœur de même père et mère, un fils et une mère, qui hérite?
    - Réponse:
    - Le fils a le reste et la mère a le sixième et la sœur n'a rien car il y a un descendant masculin qui hérite.

    - Question:
    - La défunte laisse un mari, une sœur de même père et mère, un grand-père paternel, qui hérite?
    - Réponse:
    - Le mari a la moitié et le grand père a le reste et la sœur n'a rien car il y a un ascendant masculin qui hérite.

    - Question:

    - La défunte laisse un mari, une sœur de même père et mère, qui hérite?
    - Réponse:
    - Le mari a la moitié et la sœur a aussi la moitié.

    - Question:
    - Le défunt laisse une épouse, deux sœurs de même père et mère, une mère, qui hérite?
    - Réponse:
    - L'épouse a le quart, les deux sœurs ont les deux tiers et la mère a le sixième.

    - Question:
    - La défunte laisse trois sœurs de même père et mère, deux frères de même père et mère, une fille et une mère, qui hérite?
    - Réponse:
    - Les trois avec les deux frères prennent le reste et chaque frère a le double d'une sœur (chaque frère a 2/7 du reste et chaque sœur a 1/7 du reste), la fille a la moitié et la mère a le sixième.

    - Question:
    - La défunte laisse un mari, une mère, trois filles et deux sœurs de même père et mère, qui hérite?
    - Réponse:
    - Le mari a le quart, la mère a le sixième, les trois filles ont les deux tiers et les deux sœurs prennent le reste.

    - Question:
    - Le défunt laisse une épouse, un grand-père utérin (le père de la mère), une fille et une sœur de même père et mère, qui hérite?
    - Réponse:
    - L'épouse a le huitième, le grand-père n'a rien car il est utérin, la fille a le tiers et la sœur prend le reste.


    - Suite du cours:

    الأُخْتُ لأَبٍ: هِيَ تَقُومُ مَقَامَ الأُخْتِ الشَّقِيقَةِ عِنْدَ عَدَمِ وُجُودِ هَذِهِ وَتَأْخُذُ مَكَانَهَا في الْمِيرَاثِ، وَتُحْجَبُ الأُخْتُ لأَبٍ بِالأَخِ الشَّقِيقِ وَبِالأُخْتَينِ الشَّقِيقَتَينِ، فَيَكُونُ لَهَا الْحَالاتُ الْخَمْسُ الْمَذْكُورَةُ لِلشَّقِيقَةِ وَحَالَةٌ سَادِسَةٌ: 1-: لَهَا النِّصْفُ إِذَا لَمْ يُوْجَدْ أَخٌ شَقِيقٌ أَوْ أُخْتٌ شَقِيقَةٌ أَوْ أَخٌ لأَبٍ أَوْ فَرْعٌ وَارِثٌ أَوْ أَصْلٌ وَارِثٌ مُذَكَّرٌ. 2-: الثُّلُثَانِ لِلاِثْنَتَينِ فَأَكْثَرَ عِنْدَ مِثْلِ الْحَالِ السَّابِقِ. 3-: مَعَ الأُخْتِ لأَبٍ فَأَكْثَرَ أَخٌ لأَبٍ فَأَكْثَرُ وَلَمْ يُوْجَدْ فَرْعٌ وَارِثٌ مُذَكَّرٌ أَوْ أَصْلٌ وَارِثٌ مُذَكَّرٌ أَوْ أَخٌ شَقِيقٌ أَوْ أُخْتَانِ شَقِيقَتَانِ فَيُعَصِّبُهَا وَيَأْخُذُ الْجَمِيعُ الْبَاقيَ لِلذَّكَرِ مِثْلُ حَظِّ الأُنْثَيَيْنِ. 4-: مَعَ الأُخْتِ لأَبٍ فَأَكْثَرَ بِنْتٌ فَأَكْثَرُ أَوْ بِنْتُ الابْنِ وَلَمْ يُوْجَدْ فَرْعٌ وَارِثٌ مُذَكَّرٌ أَوْ أَصْلٌ وَارِثٌ مُذَكَّرٌ أَوْ أَخٌ شَقِيقٌ أَوْ أُخْتٌ شَقِيقَةٌ أَوْ أَخٌ لأَبٍ فَتُصْبِحُ الأُخْتُ لأَبٍ عَصَبَةً وَتَأْخُذُ الْبَاقِيَ. 5-: تُحْجَبُ بِالْفَرْعِ الْوَارِثِ الْمُذَكَّرِ وَبِالأَصْلِ الْوَارِثِ الْمُذَكَّرِ وَبِالأَخِ الشَّقِيقِ وَبِالأُخْتَينِ الشَّقِيقَتَيْنِ لا بِالْوَاحِدَةِ إِلاَّ إِذَا كَانَتِ الأُخْتُ الشَّقِيقَةُ عَصَبَةً مَعَ الْبِنْتِ لأَنَّ الشَّقِيقَةَ في هَذِهَ الْحَالَةِ عَصَبَةٌ مَعَ الْبِنْتِ وَلا يَبْقَى شَيْءٌ لِلأُخْتِ لأَبٍ فَلا تَرِثُ وَلَوْ كَانَ مَعَهَا أَخٌ لأَبٍ. 6-: لَهَا وَلَهُنَّ السُّدُسُ عِنْدَمَا تَكُونُ مَعَ الأُخْتِ الشَّقِيقَةِ تَكْمِلَةَ الثُّلُثَيْنِ، بِشَرْطِ عَدَمِ الْمُعَصِّبِ لَهَا وَهُوَ أَخُوهَا لأَبٍ فَإِنْ كَانَ مَعَهَا أَخُوهَا لأَبٍ فَالْبَاقِي ِلَهُمَا تَعْصِيبًا لِلذَّكَرِ مِثْلُ حَظِّ الأُنْثَيَيْنِ

    9 - La sœur de même père et de mère différente: elle prend la place de la sœur de même père et mère lorsque celle-ci n'est pas là et donc prend sa place dans l'héritage. La sœur de même père et de mère différente est occultée par le frère de même père et mère et par deux sœurs de même père et mère, elle a donc les cinq états cités précédemment et un sixième état:

    1- Elle a la moitié s'il n'y a pas de frère de même père et mère ou de sœur de même père et mère ou de frère de même père et de mère différente ou de descendance qui hérite ou d'ascendance masculine qui hérite.

    2- Elles ont les deux tiers si elles sont deux ou plus dans le même état précédent.
    3- Avec la sœur (ou plus) de même père et de mère différente, il y a un frère (ou plus) de même père et de mère différente sans qu'il se trouve de descendance masculine qui hérite ou d'ascendance masculine qui hérite ou un frère (ou plus) de même père et mère ou deux sœurs (ou plus) de même père et mère, alors le frère de même père et de mère différente rend la sœur de même père et de mère différente 'assabah, ils prennent le reste et l'homme a le double d'une femme.
    4- Avec la sœur (ou plus) de même père et de mère différente il y a une fille (ou plus) ou une fille d'un fils (ou plus) et il n'y a pas de descendance masculine qui hérite, ni d'ascendance masculine qui hérite, ni un frère (ou plus) de même père et mère, ni une sœur (ou plus) de même père et mère, ni un frère (ou plus) de même père et de mère différente, alors la sœur de même père et de mère différente devient 'assabah et prend donc le reste.
    5- Elle est occultée par la descendance masculine qui hérite, par l'ascendance masculine qui hérite, par le frère (ou plus) de même père et mère, par deux sœurs (ou plus) de même père et mère, pas par une seule sauf si la sœur de même père et mère est 'assabah avec la fille, parce que la sœur de même père et mère dans ce cas-là est 'assabah avec la fille et il ne reste donc plus rien pour la sœur de même père et de mère différente, donc elle n'hérite pas même s'il y a avec elle un frère de même père et de mère différente.
    6- Elle (ou elles) a le sixième lorsqu'elle est avec une sœur (pas plus) de même père et mère pour compléter les deux-tiers, à condition qu'il n'y a pas avec elle de personne qui la rend 'assabah, qui est son frère de même père et de mère différente. S'il y a avec elle son frère de même père et de mère différente, alors le reste va a eux deux, l'homme a le double la femme.


    - Question:
    - La défunte laisse une mère, une sœur de même père et de mère différente, qui hérite?

    - Question:
    - Le défunt laisse trois épouses, une grand-mère maternelle (la mère de la mère) et trois sœurs de même père et de mère différente, qui hérite?

    - Question:
    - Le défunt laisse deux sœurs de même père et de mère différente et trois frères de même père et de mère différente, qui hérite?

    - Question:
    - La défunte laisse deux filles, une sœur de même père et de mère différente et une mère, qui hérite?

    - Question:
    - La défunte laisse un mari, un fils, un père, un frère de même père et mère, deux sœurs de même père et mère, quatre sœurs de même père et de mère différente, qui hérite?

    - Question:
    - Le défunt laisse une épouse, cinq sœurs de même père et de mère différente, une sœur de même père et mère et une mère, qui hérite?

    - Question:
    - La défunte laisse un mari, une sœur de même père et de mère différente et une sœur de même père et mère, qui hérite?


    Allah est plus savant.


    الحمد لله وصلى الله على نبينا محمد وعلى آله وسلم
    والسلام عليكم ورحمة الله وبركاته

  22. #22
    بسم الله الرحمن الرحيم

    السلام عليكم ورحمة الله


    - Les r
    éponses:

    - Question:
    - La défunte laisse une mère, une sœur de même père et de mère différente, qui hérite?
    - Réponse:
    - La mère a le tiers et la sœur a la moitié.

    - Question:
    - Le défunt laisse trois épouses, une grand-mère maternelle (la mère de la mère) et trois sœurs de même père et de mère différente, qui hérite?
    - Réponse:
    - Les trois épouses ont le quart, la grand-mère a le sixième et les trois sœurs ont les deux-tiers.

    - Question:

    - Le défunt laisse deux sœurs de même père et de mère différente et trois frères de même père et de mère différente, qui hérite?
    - Réponse:
    - Les deux sœurs et les trois frères prennent le reste, l'homme ayant le double d'une femme.

    - Question:

    - La défunte laisse deux filles, une sœur de même père et de mère différente et une mère, qui hérite?
    - Réponse:
    - les deux filles ont les deux-tiers, la sœur a le reste et la mère a le sixième.

    - Question:

    - La défunte laisse un mari, un fils, un père, un frère de même père et mère, deux sœurs de même père et mère, quatre sœurs de même père et de mère différente, qui hérite?
    - Réponse:
    - Le mari a le quart, le fils a le reste, le père a le sixième et les frères et sœurs n'ont rien car il y a au moins une descendance masculine qui hérite et aussi une ascendance masculine qui hérite, de plus, les quatre sœurs de même père et de mère différente ne pouvaient hériter car il y avait un frère de même père et mère et aussi deux sœurs de même père et mère.

    - Question:
    - Le défunt laisse une épouse, cinq sœurs de même père et de mère différente, une sœur de même père et mère et une mère, qui hérite?
    - Réponse:
    - L'épouse a le quart, les cinq sœurs de même père et de mère différente ont le sixième, la sœur de même père et mère a la moitié et la mère a le sixième.

    - Question:
    - La défunte laisse un mari, une sœur de même père et de mère différente et une sœur de même père et mère, qui hérite?
    - Réponse:
    - Le mari a la moitié, la sœur de même père et de mère différente a le sixième et la sœur de même père et mère a la moitié.



    - Suite du cours:

    الأَخُ وَالأُخْتُ لأُمٍّ: هُمَا لا يُحْجَبَانِ بِالأَخِ أَوْ بِالأُخْتِ الشَّقِيقَينِ وَلأَبٍ. الأَخُ الشَّقِيقُ وَالأَخُ لأَبٍ لَيْسَا مِنْ أَصْحَابِ الْفُرُوضِ بَلْ مِنَ الْعَصَبَةِ، أَمَّا الأَخُ لأُمٍّ فَهُوَ مِنْ أَصْحَابِ الْفُرُوضِ لا مِنَ الْعَصَبَةِ. وَلِلأَخِ وَالأُخْتِ لأُمٍّ ثَلاثُ حَالاتٍ: 1-: لا يَرِثَانِ عِنْدَ وُجُودِ الْفَرْعِ الْوَارِثِ وَعِنْدَ وُجُودِ الأَصْلِ الْوَارِثِ الْمُذَكَّرِ، 2-: لَهُمَا السُّدُسُ إِذَا انْفَرَدَ أَحَدُهُمَا، 3-: الثُّلُثُ إِذَا وُجِدَ اثْنَانِ فَأَكْثَرُ وَيَقْتَسِمُونَهُ بَيْنَهُمْ بِالتَّسَاوِي بَيْنَ الذَّكَرِ وَالأُنْثَى فَلِلذَّكَرِ مِثْلُ حَظِّ الأُنْثَى

    - 10: Le frère et la sœur de même mère et de père différent:

    Ils ne sont pas occultés par le frère ou la sœur de même père et mère ou de même père et de mère différente. Le frère de même père et mère et le frère de même père et de mère différente ne font pas des gens des quotes-parts, mais ils sont des 'assabah, quant au frère de même mère et de père différent, il fait parti des gens des quotes-parts, pas des 'assabah. Le frère et la sœur de même mère et de père différent ont trois états:
    - 1: Ils n'héritent pas lors de la présence d'une descendance qui hérite ou d'une ascendance masculine qui hérite.
    - 2: Ils ont le sixième s'il n'y a qu'un seul (par exemple: il n'y a qu'un frère de même mère et de père différent ou une seule sœur).
    - 3: Ils ont le tiers s'ils sont deux ou plus, alors ils se le partagent de manière égale entre hommes et femmes, l'homme prend la même part que la femme (Attention! Ici l'homme prend la même part que la femme, pas le double).


    - Question:
    - La défunte laisse une sœur et deux frères de même mère et de père différent, une fille d'un fils et une mère, qui hérite?

    - Question:

    - Le défunt laisse une épouse, un frère de même mère et de père différent et un père, qui hérite?

    - Question:
    - La défunte laisse un mari, un frère de même mère et de père différent, une mère, un fils d'une fille et un grand-père maternel (le père de la mère), qui hérite?

    - Question:
    - La défunte laisse un mari, deux frères et une sœur de même mère et de père différent, une grand-mère maternelle (la mère de la mère), qui hérite?

    - Question:

    - Le défunt laisse une épouse, un frère de même père et mère, un frère et une sœur de même père et de mère différente, trois frères et deux sœurs de même mère et de père différent, une arrière-grand-mère (la mère de la mère de la mère), qui hérite?

    - Question:
    - La défunte laisse un mari, une sœur de même père et mère, un frère de mère père et de mère différente, un frère et une sœur de même mère et de père différent, une mère, qui hérite?

    الحمد لله وصلى الله على نبينا محمد وعلى آله وسلم
    والسلام عليكم ورحمة الله وبركاته

  23. #23
    بسم الله الرحمن الرحيم

    السلام عليكم ورحمة الله


    - Les réponses:


    - Question:

    - La défunte laisse une sœur et deux frères de même mère et de père différent, une fille d'un fils et une mère, qui hérite?
    - Réponse:
    - La fille d'un fils a la moitié, la mère a le sixième et la sœur et les frères n'ont rien car il y a une descendance qui hérite.

    - Question:

    - Le défunt laisse une épouse, un frère de même mère et de père différent et un père, qui hérite?
    - Réponse:
    - L'épouse a le quart, le père a le reste et le frère n'a rien car il y a une ascendance masculine qui hérite.

    - Question:

    - La défunte laisse un mari, un frère de même mère et de père différent, une mère, un fils d'une fille et un grand-père maternel (le père de la mère), qui hérite?
    - Réponse:
    - Le mari a la moitié, le frère a le sixième, la mère a le tiers, le fils d'une fille n'a rien car il est utérin et le grand-père n'a rien car il est aussi utérin.

    - Question:
    - La défunte laisse un mari, deux frères et une sœur de même mère et de père différent, une grand-mère maternelle (la mère de la mère), qui hérite?
    - Réponse:
    - Le mari a la moitié, les deux frères et la sœur ont le tiers qu'ils se partagent à part égale et la grand-mère a le sixième.

    - Question:

    - Le défunt laisse une épouse, un frère de même père et mère, un frère et une sœur de même père et de mère différente, trois frères et deux sœurs de même mère et de père différent, une arrière-grand-mère (la mère de la mère de la mère), qui hérite?
    - Réponse:
    - L'épouse a le quart, le frère de même père et mère a le reste, le frère et la sœur de même père et de mère différente n'ont rien car ils sont occultés par le frère de même père et mère, les trois frères et deux sœurs de même mère et de père différent ont le tiers qu'ils se partagent à part égale et l'arrière grand-mère a le sixième.

    - Question:
    - La défunte laisse un mari, une sœur de même père et mère, un frère de mère père et de mère différente, un frère et une sœur de même mère et de père différent, une mère, qui hérite?
    - Réponse:
    - Le mari a la moitié, la sœur de même père et mère a la moitié, le frère de même père et de mère différente a le reste, le frère et la sœur de même mère et de père différent ont le tiers qu'ils se partagent a part égale et la mère a le sixième.


    - Et Allah est plus savant.


    - Suite du cours:

    - Nous avons fini les gens des quotes-parts, maintenant, in cha Allah, nous allons étudier les 'assabah (les gens qui héritent du reste). Je n'ai pas trouvé de mot en français qui pourrait correspondre à peut prêt au mot 'assabah, pour cela je le laisse comme tel. Si quelqu'un connait un mot en français qui s'approche du sens du mot 'assabah, alors qu'il m'en fasse part, merci, barakallahoufikoum.
    - Le mot 'assabah est utilisé pour le singulier comme pour le pluriel.
    - Le fait de rendre quelqu'un 'assabah s'appelle faire du ta'ssib.
    - Après avoir donner une approche linguistique nécessaire, passons au cours:

    - التَّعْصِيْبُ: الْعَصَبَةُ: هُوَ مَنْ يَرِثُ بِلا تَقْدِيْرٍ، لأَنَّهُ إِذَا انْفَرَدَ حَازَ جَمِيعَ الْمِيرَاثِ، وَإِنْ كَانَ مَعَ صَاحِبِ فَرْضٍ أَخَذَ مَا بَقِيَ بَعْدَ الْفَرْضِ، وَقَدْ يَكُونُ مِنْ أَصْحَابِ الْفُرُوضِ. - تَقْسِيمُ الْعَصَبَةِ إلى ثَلاثَةِ أَقْسَامٍ: 1- الْعَصَبَةُ بِالنَّفْسِ: كُلُّ ذَكَرٍ لَيْسَ بَيْنَهُ وَبَيْنَ الْمَيْتِ أُنْثَى وَالْمُعْتِقُ وَالْمُعْتِقَةُ(مَعَ أَنَّ الْمُعْتِقَةَ أُنْثَى وَهُمْ عَلَى التَّرْتِيبِ في الْقُوَّةِ: 1- مِنْ جِهَةِ الْبُنُوَّةِ: الاِبْنُ وَابْنُ الاِبْنِ وَإِنْ نَزَلَ، 2- مِنْ جِهَةِ الأُبُوَّةِ: الأَبُ وَالْجَدُّ الْعَصَبِيُّ وَإِنْ عَلاَ، 3- مِنْ جِهَةِ الأُخُوَّةِ: الأَخُ الشَّقِيقُ وَالأَخُ لأَبٍ وَابْنَاهُمَا وَإِنْ نَزَلاَ، 4- مِنْ جِهَةِ الْعُمُومَةِ: الْعَمُّ الشَّقِيقُ وَلأَبٍ وَابْنَاهُمَا وَإِنْ نَزَلاَ ثُمَّ عَمُّ الأَبِ الشَّقِيقُ وَلأَبٍ وَابْنَاهُما وَإِنْ نَزَلا ثُمَّ عَمُّ الْجَدِّ إلخ، 5- مِنْ جِهَةِ الْوَلاءِ: الْمُعْتِقُ وَالْمُعْتِقَةُ ثُمَّ عَصَبَتُهُمَا إِذَا تُوُفِّيَا إِذَا كَانَ الْمَيْتُ عَتِيقًا وَمِنْ أَوْلادِهِ إِذَا تُوُفِّيَ. 2- الْعَصَبَةُ بِغَيْرٍ: حَالٌ خَاصٌّ بِالنِّسَاءِ: رَجُلٌ يُعَصِّبُ أُنْثَى، وَهُنَّ أَرْبَعٌ: 1- الْبِنْتُ فَأَكْثَرُ مَعَ الابْنِ فَأَكْثَرَ، 2- بِنْتُ الاِبْنِ فَأَكْثَرُ مَعَ ابْنِ الابْنِ فَأَكْثَرَ، 3- الأُخْتُ الشَّقِيقَةُ فَأَكْثَرُ مَعَ الأَخِ الشَّقِيقِ فَأَكْثَرَ، 4- الأُخْتُ لأَبٍ فَأَكْثَرُ مَعَ الأَخِ لأَبٍ فَأَكْثَرَ. 3- الْعَصَبَةُ مَعَ غَيْرٍ: حَالٌ خَاصٌّ بِالنِّسَاءِ: أُنْثَى تُعَصِّبُ أُنْثَى، وَهُنَّ صِنْفَانِ: 1- الأُخْتُ الشَّقِيقَةُ فَأَكْثَرُ مَعَ الْبِنْتِ فَأَكْثَرَ أَوْ بِنْتِ الابْنِ فَأَكْثَرَ، 2- الأُخْتُ لأَبٍ فَأَكْثَرُ مَعَ الْبِنْتِ فَأَكْثَرُ أَوْ بِنْتِ الابْنِ فَأَكْثَرَ


    - Le ta'ssib:
    Le 'assabah est celui qui hérite sans proportion précise (sans quote-part, bien qu'il peut avoir en même temps une quote-part comme le père avec une fille), parce que s'il se trouve seul, il prend l'ensemble de l'héritage et s'il est avec une personne des quotes-parts, alors il prend ce qui reste de l'héritage après la quote-part. Il se peut que le 'assabah soit aussi parmi les gens des quotes-parts (comme le père avec une fille). - Les 'assabah se divisent en trois parties:

    - 1: Les 'assabah par lui-même: tout homme dont il n'y a pas de femme entre lui et le défunt, ainsi que celui et celle qui ont affranchie un esclave (bien que celle qui a affranchie est une femme). Et ils sont dans l'ordre d'importance:
    1- de la direction du fils: le fils, puis le fils du fils et plus bas, 2- de la direction du père: le père, puis le grand-père paternel et plus haut, 3- de la direction du frère: le frère de même père et mère puis le frère de même père et de mère différente, ensuite leurs fils et plus bas, 4- de la direction de l'oncle: l'oncle de même père et mère, puis l'oncle de même père et de mère différente puis leurs fils et plus bas, puis l'oncle du père de même père et mère, puis l'oncle du père de même père et de mère différente, puis leurs fils et plus bas, puis l'oncle du grand-père etc, 5- de la direction de l'affranchissement: celui qui a affranchi et celle qui a affranchi un ou un esclave, puis leurs 'assabah s'ils sont décédés. Si le défunt est un ou une esclave affranchi ainsi que ses enfants quand il décède (et ne laisse aucun héritier des gens des quotes-parts ni des 'assabah plus fort que celui ou celle qui l'a affranchi).

    - 2: Les 'assabah par autrui: est un état spécifique aux femmes: un homme rend 'assabah une femme et elles sont quatre:
    1- la fille ou plus avec le fils ou plus, 2- la fille du fils ou plus avec le fils du fils ou plus, 3- la sœur de même père et mère ou plus avec le frère de même père et mère ou plus, 4- la sœur de même père et de mère différente ou plus avec le frère de même père et de mère différente ou plus.

    - 3: Les 'assabah avec autrui: est aussi un état spécifique aux femmes: une femme rend 'assabah une autre femme, elles sont de deux catégories:
    1- la sœur de même père et mère
    ou plus avec la fille ou plus ou la fille du fils ou plus, 2- la sœur de même père et de mère différente ou plus avec la fille ou plus ou la fille du fils ou plus.


    Et Allah est plus savant.

    الحمد لله وصلى الله على نبينا محمد وعلى آله وسلم
    والسلام عليكم ورحمة الله وبركاته

  24. #24
    بسم الله الرحمن الرحيم

    السلام عليكم ورحمة الله

    - Suite du cours:



    قَوَاعِدُ الْحَجْبِ: - الأُوْلَى: إِذَا وُجِدَ فَرْعٌ وَارِثٌ مُذَكَّرٌ أَوْ أَصْلٌ وَارِثٌ مُذَكَّرٌ حُجِبَ بِهِ كُلُّ أَهْلِ الْحَوَاشِيْ. - الثَّانِيَةُ: مَنْ أَدْلَى بِوَاسِطَةٍ إلى الْمَيْتِ حَجَبَتْهُ تِلْكَ الْوَاسِطَةُ، كَابْنِ الابْنِ مَعَ الابْنِ وَالإِخْوَةِ الأَشِقَّاءِ أَوْ لأَبٍ مَعَ الأَبِ، لا تَسْرِي الْقَاعِدَةُ عَلَى أَوْلادِ الأُمِّ لأَنَّهُمْ يَرِثُونَ مَعَ وُجُودِ أُمِّهِمْ. - الثَّالِثَةُ: الأَقْرَبُ يَحْجُبُ الأَبْعَدَ، فَيَحْجُبُ الاِبْنُ ابْنَ الاِبْنِ وَلَوْ لَمْ يَكُنْ أَبَاهُ، وَتَحْجُبُ الْبِنْتَانِ بِنْتَ الاِبْنِ، وَيَحْجُبُ الأَخُ الشَّقِيقُ وَلأَبٍ ابْنَهُمَا. - الرَّابِعَةُ: الأَقْوَى قَرَابَةً يَحْجُبُ الأَضْعَفَ، فَالأَخُ الشَّقِيقُ يَحْجُبُ الأَخَ لأَبٍ، يُسْتَثْنَى الأَخُ وَالأُخْتُ لأُمٍّ فَإِنَّهُمَا لا يُحْجَبُانِ بِالأَخِ وَالأُخْتِ الشَّقِيقَينِ أَوْ لأبٍ. - إِذَا اجْتَمَعَ عَاصِبَانِ فَأَكْثَرُ فَلَهُمَا حَالاتٌ أَرْبَعٌ، فَإِذَا اتَّحَدَا في الْجِهَةِ وَالدَّرَجَةِ وَالْقُوَّةِ اشْتَرَكَا في الْمِيرَاثِ، مِثْلُ شَقِيقَينِ، وَإِلاَّ فَيَرِثُ الأَكْثَرُ جِهَةً (ابْنُ الأَخِ لأَبٍ مَعَ الْعَمِّ الشَّقِيقِ) ثُمَّ دَرَجَةً (الأَخُ الشَّقِيقِ مَعَ ابْنِهِ) ثُمَّ قُوَّةً (الْعَمُّ الشَّقِيقِ مَعَ الْعَمِّ لأَبٍ)، قَالَ النَّبِيُّ صَلَّى اللهُ عَلَيهِ وَسَلَّمَ: "أَلْحِقُوا الْفَرَائِضَ بِأَهْلِهَا فَمَا بَقِيَ فَلأَوْلَى رَجُلٍ ذَكَرٍ" مُتَّفَقٌ عَلَيهِ

    - Les règles de l'occultation:

    - La première: S'il y a une descendance masculine qui hérite ou une ascendance masculine qui hérite, alors tous les gens des marges sont occultés (tous les frères, sœurs et leurs enfants, ainsi que tous les oncles et leurs enfants).
    - La deuxième: Qui s'affilie par une personne au défunt, alors cette personne l'occulte, comme le fils du fils avec le fils, ainsi que les frères de même père et mère et de même père et de mère différente avec le père. Cette règle ne s'applique pas avec les enfants de la mère (les frères et sœurs du défunt qui ont la mère en commun) parce qu'ils héritent avec la présence de leur mère.
    - La troisième: Le plus proche occulte le plus éloigné, donc le fils occulte le fils d'un fils même s'il n'est pas son père, Les deux filles occultent la fille du fils, le frère de même père et mère ainsi que le frère de même père et de mère différente occultent leurs fils.
    - La quatrième: Le plus fort en lien du sang occulte le plus faible, donc le frère de même père et mère occulte le frère de même père et de mère différente. On excepte le frère et la sœur de même mère et de père différent, car ils ne se font pas occulter par le frère et la sœur de même père et mère et de même père et de mère différente.

    - Si deux 'assabah (ou plus) se retrouvent ensemble, alors ils ont quatre solutions:
    - 1: s'ils sont égaux dans la direction, le degré et la force (de lien de sang), alors ils s'associent dans l'héritage, comme deux frères de même père et mère,
    - 2: sinon, celui qui a le plus de direction, comme le fils d'un frère de même père et de mère différente avec l'oncle de même père et mère (c'est le fils du frère qui hérite),
    - 3: ensuite, celui qui a le plus de degré, comme le frère de même père et mère avec son fils (c'est le frère qui hérite),
    - 4: ensuite, celui qui a le plus de force (de lien de parenté), comme l'oncle de même père et mère avec l'oncle de même père et de mère différente (c'est celui de même père et mère qui hérite).

    - Le prophète صلى الله عليه وسلم a dit: ''Accordez les quotes-parts à leurs ayants droit, puis, ce qui reste est pour le plus proche homme, masculin'', rapporté par Al-Boukhari et Mouslim.



    ذَوُو الأَرْحَامِ: كُلُّ قَرِيبٍ ذَكَرٍ وَأُنْثَى بِالسَّوِيَّةِ لَيْسَ بِذِي فَرْضٍ وَلا تَعْصِيبٍ، عِنْدَ عَدَمِ أَصْحَابِ الْفُرُوضِ غَيْرَ الزَّوْجَينِ وَعَدَمِ الْعَصَبَاتِ، ثُمَّ لِبَيْتِ الْمَالِ وَلَوْ مَعَ زَوْجٍ. هُوَ قَوْلُ عُمَرَ وَعَلِيٍّ وَأَبِي حَنِيفَةَ وَأَحْمَدَ بِـ"الْخَالُ وَارِثُ مَنْ لا وَارِثَ لَهُ" رَوَاهُ الْخَمْسَةُ مَرْفُوعًا وَصَحَّحَهُ الأَلْبَانِيُّ. تَوْرِيثُهُمْ كَالْعَصَبَاتِ عِنْدَ أَبِي حَنِيفَةَ وَأَحْمَدَ

    - Les utérins:
    - Tout homme ou femme, de manière égale, ayant un lien de parenté qui n'est ni des gens des quotes-parts, ni des 'assabah, et cela lorsqu'il n'y a ni de gens des quotes-parts (excepté les deux époux), ni les 'assabah, ensuite c'est pour le trésor public même s'il y a un des deux époux.
    - Ceci est la parole de 'Oumar, 'Ali, Abou Hanifah et Ahmad, par la parole du prophète صلى الله عليه وسلم: ''L'oncle maternel est l'héritier de celui qui n'a pas d'héritier'', rapporté par les cinq et Alalbani l'a authentifié.
    - Le partage de l'héritage des utérins se fait comme pour celui des 'assabah chez Abou Hanifah et Ahmad.


    - Question:

    - Le défunt laisse une épouse, un grand-père maternel (le père de la mère), un oncle maternel (le frère de la mère) et un fils d'un frère de même père et de mère différente, qui hérite?

    - Question:

    - La défunte laisse un époux, un fils d'un frère de même père et mère, une fille d'une fille et une mère, qui hérite?

    - Question:

    - Le défunt laisse deux épouses, un fils d'une fille d'un fils et un frère de même mère et de père différent, qui hérite?

    - Question:

    - Le défunt laisse personne, qui hérite?

    - Question:

    - La défunte laisse un époux, une mère et une femme qui l'avait affranchie, qui hérite?

    - Question:

    - Le défunt laisse une un fils d'une fille et une femme qui l'avait affranchie, qui hérite?

    - Question:

    - La défunte laisse un époux, qui hérite?


    Et Allah est plus savant.


    الحمد لله وصلى الله على نبينا محمد وعلى آله وسلم
    والسلام عليكم ورحمة الله وبركاته

  25. #25

    بسم الله الرحمن الرحيم

    السلام عليكم ورحمة الله

    - Les réponses:

    - Question:
    - La défunte laisse un époux, un fils d'un frère de même père et mère, une fille d'une fille et une mère, qui hérite?
    - Réponse:
    - L'époux a la moitié, le fils d'un frère de même père et mère a le reste, la fille d'une fille n'a rien car utérine et la mère a le tiers.

    - Question:
    - Le défunt laisse deux épouses, un fils d'une fille d'un fils et un frère de même mère et de père différent, qui hérite?
    - Réponse:
    - les deux épouses ont le quart, le fils d'une fille d'un fils n'a rien car utérin et il y a des gens des quotes-parts autres que les époux et le frère de même mère et de père différent a le sixième.

    - Question:
    - Le défunt laisse personne, qui hérite?
    - Réponse:
    - L'héritage va au trésor public des musulmans.

    - Question:

    - La défunte laisse un époux, une mère et une femme qui l'avait affranchie, qui hérite?
    - Réponse:
    - L'époux a la moitié, la mère a le tiers et la femme qui l'a affranchie a le reste.

    - Question:

    - Le défunt laisse une un fils d'une fille et une femme qui l'avait affranchie, qui hérite?
    - Réponse:
    - Le reste (ici tout l'héritage) va a la femme qui l'a affranchie.

    - Question:

    - La défunte laisse un époux, qui hérite?
    - Réponse:
    - L'époux a la moitié et le reste va au trésor public des musulmans comme nous l'étudierons avec ''الرَّدُّ'' la ''restitution''.



    - Suite du cours:

    - Maintenant nous allons étudier l'héritage sous l'angle des mathématiques.
    - Nous allons étudier dans ce cours, "الْعَوْلُ": al'aoul, que je traduirai par: ''l'excédant'', c'est l'excédant des quotes-parts vis-à-vis de l'héritage: il y a plus de quotes-parts que d'héritage, comment faire? La réponse, dans ce cours in cha Allah.
    - Dans le prochain cours nous étudieront "الرَّدُّ"arradd, que je traduirai par ''la restitution'', c'est: comment restituer le surplus d'héritage, car les quotes-parts sont inférieur à l'héritage.
    - La restitutionالرَّدُّ) ) est donc le contraire de l'excédant (الْعَوْلُ).

    لا عَوْلٌ وَلا رَدٌّ مَعَ عَصَبَةٍ
    الْعَوْلُ: زِيَادَةُ مَجْمُوعِ السِّهَامِ عَنْ أَصْلِ الْمَسْأَلَةِ فَتَنْقُصُ حِصَّةُ كُلِّ وَاحِدٍ مِنْ أَصْحَابِ الْفُرُوضِ بِنِسْبَةِ فَرْضِهِ
    مِثَالُهُ: مَاتَتْ عَنْ زَوْجٍ وَأُمٍّ وَأُخْتٍ شَقِيقَةٍ وَأُخْتٍ لأَبٍ فَلِلزَّوْجِ النِّصْفُ وَلِلأُمِّ السُّدُسُ وَلِلأُخْتِ الشَّقِيقَةِ النِّصْفُ وَلِلأُخْتِ لأَبٍ السُّدُسُ تَكْمِلَةَ الثُّلُثَينِ، فَيَكُونُ أَصْلُ الْمَسْأَلَةِ مِنْ سِتَّةٍ أَيْ إِنَّنَا نُوَحِّدُ مَخَارِجَ الْكُسُورِ بِمَخْرَجٍ وَاحِدٍ يَقْبَلُ الْقِسْمَةَ عَلَى الْجَمِيعِ وَهُوَ سِتَّةٌ، فَلِلزَّوْجِ ثَلاثَةُ أَسْدَاسٍ وَلِلأُمِّ سُدُسٌ وَلِلشَّقِيقَةِ ثَلاثَةُ أَسْدَاسٍ وَلِلأُخْتِ لأَبٍ سُدُسٌ، فَيُصْبِحُ الْمَجْمُوعُ ثَمَانِيَةَ أَسْدَاسٍ وَبِذَلِكَ تَكُونُ الْحِصَصُ الإِرْثِيَّةُ قَدْ زَادَتْ عَنِ الْمِيرَاثِ بِنِسْبَةِ سُدُسَيْنِ، وَالْعَوْلُ هُوَ إِزَالَةُ هَذِهِ النِّسْبَةِ الزَّائِدَةِ بِتَوْزِيعِهَا على حِصَصِ أَصْحَابِ الْفُرُوضِ كُلٍّ بِنِسْبَةِ حِصَّتِهِ، وَطَرِيقَةُ ذَلِكَ أَنْ يُعْتَبَرَ أَصْلُ الْمَسْأَلَةِ مِنْ ثَمَانِيَةِ أَسْهُمٍ بَدَلَ السِّتَّةِ، فَيَأْخُذُ الزَّوْجُ ثَلاثَةَ أَثْمَانٍ وَالأُمُّ ثُمُنٌ وَالشَّقِيقَةُ ثَلاثَةَ أَثْمَانٍ وَالأُخْتُ لأَبٍ ثُمُنٌ


    - Pas d'excédant (الْعَوْلُ) ni de restitution (الرَّدُّ) avec la présence de 'assabah.

    - L'excédant (الْعَوْلُ): c'est le surplus de l'ensemble des parts par rapport à la base du problème (qui est le dénominateur commun), alors on diminue la part de chaque gens des quotes-parts par rapport a son quote-part.
    - Son exemple:
    - La défunte laisse un mari, une mère, une sœur de même père et mère, une sœur de même père et de mère différente, alors le mari a la moitié, la mère a le sixième, le sœur de même père et mère a la moitié et la sœur de même père et de mère différente a le sixième (ce qui complète les deux tiers), donc la base du problème est de six (le dénominateur commun), nous avons unifié les dénominateurs communs d'un seul dénominateur commun qui accepte le partage pour tous, et c'est six, donc le mari a trois sixièmes 3/6, la mère a un sixième 1/6, la sœur de même père et mère a trois sixièmes 3/6 et la sœur de même père et de mère différente a un sixième 1/6. Nous voyons que l'ensemble est de huit sixièmes 8/6, et à cause de cela, les parts de l'héritage ont dépassé l'héritage de deux sixièmes 2/6.
    - L'excédant c'est enlever ce dépassement en le redistribuant aux parts des gens des quotes-parts, chacun suivant la proportion de sa part. Sa méthode pour cela, est que l'on considère que le dénominateur commun est de huit au lieu de six (car l'ensemble des parts est de huit: 3 pour le mari plus 1 pour la mère plus 3 pour la sœur de même père et mère et plus 1 pour la sœur de même père et de mère différente est égal à 8), alors le mari prend trois huitièmes 3/8, la mère prend un huitième 1/8, ;a sœur de même père et mère prend trois huitième 3/8 et la sœur de même père et de mère différente prend un huitième 1/8.


    - Je répète cette règle: Pas d'excédant (الْعَوْلُ) ni de restitution (الرَّدُّ) avec la présence de 'assabah.

    - Nous venons d'étudier l'excédant (الْعَوْلُ),au prochain cours nous étudierons la restitution (الرَّدُّ) in cha Allah.


    - Question:

    - La défunte laisse deux filles, un mari, un père et une mère, comment se parfait l'héritage?


    Et Allah est plus savant.

    الحمد لله وصلى الله على نبينا محمد وعلى آله وسلم
    والسلام عليكم ورحمة الله وبركاته

  26. #26
    Membre habitué
    Inscrit
    July 2011
    Messages
    322
    وعليكم السلام ورحمة الله وبركاته

    Bâraka Allâhu fîka akhî.

    J'ai rarement vu un cours aussi riche en français dans ce domaine (fiqh)...

    Et en particulier les nombreuses questions/réponses d'une grande utilité, je ne crois pas avoir vu cela auparavant...

    Ça va nous faire un bon petit cours pratique inchâ-a Allâh...

    Wa Allâhu a'lam.

  27. #27
    بسم الله الرحمن الرحيم

    السلام عليكم ورحمة الله


    Mon frère Ibn Nacer, merci, barakallahoufik. Qu'Allah nous augmente en science et nous pardonne.


    - Question:

    - La défunte laisse deux filles, un mari, un père et une mère, comment se parfait l'héritage?

    - Réponse:

    - Les deux filles ont les deux-tiers 2/3, le mari a le quart 1/4, le père a le sixième 1/6 et la mère a le sixième 1/6.
    Le même dénominateur commun (le plus petit) sera 12: les deux filles 8/12, le mari 3/12, le père 2/12 et la mère 2/12.
    L'ensemble des numérateurs est de 15: 8+3+2+2=15
    Nous voyons que 15 est plus grand que 12, donc nous mettons tout simplement 15 comme dénominateur commun:
    Les deux filles ont 8/15, le mari 3/15, le père 2/15 et la mère 2/15.
    C'est-à-dire que si l'héritage est égal à 15000 euros, les deux filles auront 8000 euros (donc chaque fille aura 4000 euros), le mari aura 3000 euros, le père 2000 euros et la mère 2000 euros.

    Et Allah est plus savant.


    - Pour une révision du dénominateur commun:

    http://www.mathematiquesfaciles.com/fractions-3-reduire-au-meme-denominateur_2_19273.htm


    - Suite et fin du cours:


    الرَّدُّ لُغَةً: صَرْفُ مَا بَقِيَ مِنَ الْمِيرَاثِ إلى أَصْحَابِ الْفُرُوضِ إِلاَّ الزَّوْجَينِ عِنْدَ عَدَمِ الْعَصَبَاتِ، فَالرَّدُّ ضِدُّ الْعَوْلِ. - لِلرَّدِّ حَالانِ: الأُوْلَى: لا يُوْجَدُ مَنْ لا يُرَدُّ عَلَيْهِ (الزَّوْجَانِ): مَاتَ عَنْ أُمٍّ وَأُخْتٍ شَقِيقَةٍ وَأُخْتٍ لأَبٍ فَلِلأُمِّ السُّدُسُ وَللأُخْتِ الشَّقِيقَةِ النِّصْفُ وَلِلأُخْتِ لأَبٍ السُّدُسُ فَيَكُونُ مَجْمُوعُ الْحِصَصِ بَعْدَ تَوْحِيْدِ الْمَخْرَجِ خَمْسَةَ أَسْدَاسٍ، فَنَرُدُّ الْحِصَّةَ السَّادِسَةَ عَلَيْهِمْ لِعَدَمِ وُجُودِ مُسْتَحِقٍّ آخَرَ، وَبِالتَّالِي نَقْسِمُ الْمِيرَاثَ إِلى خَمْسَةِ أَسْهُمٍ بَدَلَ السِّتَّةِ، فَلِلأُمِّ الْخُمْسُ وَلِلأُخْتِ الشَّقِيقَةِ ثَلاثَةُ أَخْمَاسٍ وَلِلأُخْتِ لأَبٍ الْخُمْسُ. الثَّانِيَةُ: أَنْ يَكُونَ في الْوَرَثَةِ مَنْ لا يُرَدُّ عَلَيْهِ فَنُعْطِيَ لأَحَدِهِمَا سَهْمَهُ مِنْ أَصْلِ الْمَسْأَلَةِ وَنَقْسِمَ الْبَاقِيَ على الْحَالِ السَّابِقَةِ ثُمَّ نَضْرِبَ مَخْرَجَ الرَّدِّ في مَخْرَجِ الزَّوجِ. مِثَالُهُ: مَاتَ عَنْ زَوْجَةٍ وَأُمٍّ وَأَخَوَيْنِ لأُمٍّ، فَلِلزَّوْجَةِ الرُّبْعُ وَلِلأُمِّ السُّدُسُ وَلِلأَخَوَينِ لأُمٍّ الثُّلُثُ. فَللِزَّوْجَةِ الرُّبْعُ وَالْبَاقِيْ بَعْدَ الرَّدِّ: الثُّلُثُ لِلأُمِّ وَالثُّلُثَانِ لِلأَخَوَينِ، وَهَذَا مِنْ ثَلاثَةِ الأَرْبَاعِ (الْبَاقِي)، ثُمَّ نَضْرِبُ 3 في 4 فَتَوْحِيْدُ الْمَخْرَجِ اثْنَا عَشَرَ ثُمَّ نَضْرِبُ حِصَّةَ الأُمِّ (وَاحِدًا) في ثَلاثَةٍ (الْبَاقِي) وَحِصَّةَ الأَخَوَينِ (اثْنَيْنِ) في ثَلاثَةٍ (الْبَاقِي)، فَلِلأُمِّ 3 على 12 وَلِلأَخَوَينِ 6 على 12 وَلِلزَّوْجَةِ 3 على 12 ثُمَّ نَجْعَلُ أَصْلَ الْمَسْأَلَةِ مِنْ أَرْبَعَةٍ فَلِلزَّوْجَةِ الرُّبْعُ وَلِلأُمِّ الرُّبْعُ وَلِلأَخَوَينِ النِّصْفُ

    قَالَ النَّبِيُّ صَلَّى اللهُ عَلَيهِ وَآلِهِ وَسَلَّمَ: "إِنَّ الْعُلَمَاءَ وَرَثَةُ الأَنْبِيَاءِ إِنَّ الأَنْبِيَاءَ لَمْ يُوَرِّثُوا دِينَارًا وَلا دِرْهَمًا إِنَّمَا وَرَّثُوا الْعِلْمَ فَمَنْ أَخَذَ بِهِ أَخَذَ بِحَظٍّ وَافِرٍ" رَوَاهُ التِّرْمِذِيُّ وَصَحَّحَهُ الأَلْبَانِيُّ


    - La restitution (الرَّدٌ):
    C'est renvoyer ce qui reste de l'héritage aux gens des quotes-parts sauf aux deux époux (on leur renvoie rien), lorsqu'il n'y a pas de 'assabah. Donc. La restitution الرَّدُّ est le contraire de l'excédant الْعَوْلُ.

    - La restitution a deux cas:


    - Le premier:
    Il n'y a pas de personne a qui on ne renvoie pas (qui sont les deux époux):
    Le défunt laisse une mère, une sœur de même père et mère et une sœur de même père et de mère différente: alors la mère a le sixième 1/6, la sœur de même père et mère la moitié 1/2 et l'autre sœur le sixième 1/6, alors l'ensemble des numérateurs est de 5/6 après avoir trouvé un dénominateur commun de 6; on leur renvoie le sixième 1/6 (qui est en trop) car il n'y a personne qui en a droit (comme un 'assabah), donc, nous mettons l'héritage en cinq part (dénominateur commun) au lieu de six, alors la mère a le cinquième 1/5, la sœur de même père et mère a trois cinquième 3/5 et l'autre sœur a un cinquième 1/5.

    - Le deuxième:
    Il y a dans les héritiers, celui a qui on ne renvoie rien (les deux époux), alors nous donnons a un des deux (époux) sa part de la base du problème et nous partageons le reste comme pour le cas précédent, ensuite nous multiplions le dénominateur de la restitution par le dénominateur d'un des époux.
    - Son exemple: Le défunt laisse une épouse, une mère et deux frères de même mère et de père différent, alors l'épouse a le quart 1/4, la mère le sixième 1/6 et les deux frères le tiers 1/3. Alors l'épouse a le quart et le reste après la restitution est comme cela: le tiers 1/3 (du reste) pour la mère et les deux tiers 2/3 (du reste) pour les frères (cela est le premier cas de la restitution que nous avons vu précédemment), ceci est à prendre de trois quarts 3/4 (le reste). Ensuite, on multiplie 3 fois 4, alors le dénominateur commun est de 12, ensuite nous multiplions la part de la mère (1) par 3 (le reste) et la part des deux frères (2) par 3 (le reste), alors la mère a 3/12, les deux frères 6/12 et l'épouse 3/12, ensuite nous mettons le dénominateur commun a 4, alors l'épouse a le quart 1/4, la mère a le quart 1/4 et les deux frères la moitié 2/4.

    Et Allah est plus savant.


    - Le prophète صلى الله عليه وسلم a dit: "Certes, les savants sont les héritiers des prophètes. Certes, les prophètes n'ont pas laissé en héritage de dinar ou de dirham, mais ce qu' ils ont laissé n'est que la science, alors celui qui en a prit, a prit une part énorme", rapporté par Attirmidzi et Alalbani l'a authentifié.

    الحمد لله وصلى الله على نبينا محمد وعلى آله وسلم
    والسلام عليكم ورحمة الله وبركاته

  28. #28
    Membre habitué
    Inscrit
    July 2011
    Messages
    322
    وعليكم السلام ورحمة الله وبركاته

    Bâraka Allâhu fîka akhî.

    Je vais me faire une copie de ce cours inchâ-a Allâh...

    Wa Allâhu a'lam.

  29. #29
    بسم الله الرحمن الرحيم

    السلام عليكم ورحمة الله


    Dans le droit français:

    L'état prend de 5% à 60% de l'héritage, cette taxation s'appelle les droits de succession!!!

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Droits_de_succession



    Dans la loi française, les parents n'héritent pas s'ils y a des enfants etc.
    L'héritage dans le droit français est différent que dans le droit musulman, de là on voit qu'il est demandé de ne pas mourir en France mais dans un pays qui applique le droit musulman, la hijrah est légiférée notamment pour ce genre de problème. Ceux qui prétendent qu'ils peuvent appliquer l'islam en France, comment font ils pour l'héritage? Tout en sachant qu'il ne pourront pas reprendre la part de l'état qui se met comme un héritier, et parfois celui qui prend le plus!


    - Si un musulman meurt en France, alors ceux qui héritent de lui selon le droit français, doivent remettre l'argent à qui de droit suivant la loi d'Allah, sinon, cela pourra les conduire à juger par autre que la loi d'Allah, qu'Allah nous en préserve.

    Pour savoir comment la loi française partage l'héritage, lisez dans le lien qui suit les chapitres

    - La dévolution successorale

    - Si le défunt ne laisse pas de descendants

    - En l'absence d'un conjoint survivant



    الحمد لله وصلى الله على نبينا محمد وعلى آله وسلم
    والسلام عليكم ورحمة الله وبركاته


  30. #30
    Membre habitué Avatar de Nada
    Inscrit
    September 2010
    Messages
    323
    As salamou 'alaykoum,

    Ravie de découvrir ce topic. Qu'Allah récompense le frère Muslim pour ce partage très enrichissant. Je ne m'étais jamais réellement intéressée jusque là aux droits de succession en islam, mais depuis peu je constate que c'est un sujet qui revient souvent à la une des journaux du maghreb, particulièrement en Tunisie et au Maroc. D'ailleurs on dirait qu'ils se sont passés le mot puisque les débats quant à une réforme des lois régissant l'héritage en islam ont lieu presque en même temps dans les 2 pays.
    Quant à moi je pense que je vais imprimer ce cours pour m'y attarder in cha Allah.

    Wassalam.

Règles des messages

  • Vous ne pouvez pas créer de sujets
  • Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
  • Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
  • Vous ne pouvez pas éditer vos messages
  •  
  • Les BB codes sont Activés
  • Les Smileys sont Activés
  • Le BB code [IMG] est Activé
  • Le code [VIDEO] est Activé
  • Le code HTML est Désactivé