Résultats de 1 à 14 sur 14

Sujet : Le présage

  1. #1
    Membre actif Avatar de Malik_1985
    Inscrit
    February 2011
    Localisation
    Ile de France - Afrique
    Messages
    180

    Le présage

    السلام عليكم ورحمة الله وبركاته


    L'Islam a interdit de croire et d'agir en fonction des mauvais présages (vendredi 13, oiseaux...), car cela ouvre la porte au chirk. Celui qui arrête une chose à cause d'un mauvais présage aura alors commis du chirk. Quant à celui qui fait la chose mais qui ressent dans son coeur comme une gène à cause du mauvais présage n'aura pas commis de chirk, mais un péché moindre. C'est ce que j'ai compris. Corrigez-moi si je me trompe, baraka Llahou fikoum. Mais qu'est-ce que le "bon présage" ? قال رسول الله صلى الله عليه وسلم ( لا عدوى ولا طيرة ويعجبني الفأل ) قالوا : وما الفأل ؟ قال ( الكلمة الطيبة ) رواه البخاري ( 5440) ومسلم


    و السلام عليكم ورحمة الله وبركاته

    Dernière édition par Malik_1985; 26/05/2012 à 11h49
    سبحانك اللهم و بحمدك أشهد أن لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك
    ___________________________________
    "Nous sommes un peuple qu'Allah a honoré par l'Islam
    et si nous recherchons l'honneur dans autre chose que ça, Allah nous humiliera." 'Umar ibnou Al-Khattab

    قيل لأحد المشايخ : إن الرافضة لايدخلون المسجد النبوي مع باب عمر؟ ⁰قال ( رضي الله عنك ياعمر تفر منك الشياطين حيا وميتا


  2. #2
    Membre habitué Avatar de Abou anfel
    Inscrit
    August 2010
    Localisation
    afrique
    Messages
    869
    Citation Envoyé par Malik_1985 Voir le message

    السلام عليكم ورحمة الله وبركاته


    Quant à celui qui fait la chose mais qui ressent dans son coeur comme une gène à cause du mauvais présage n'aura pas commis de chirk, mais un péché moindre. C'est ce que j'ai compris.


    و السلام عليكم ورحمة الله وبركاته

    Assalamù 'alaykum

    le musulman espère ne pas commettre un péché lorsqu'il lui arrive de penser au fond de lui à un mauvais présage s'il voit un objet ou un animal ou autre chose qu'il n'aime pas ,pourvu qu'il poursuive son chemin ou l'action qu'il allait entreprendre et qu'il fait le tawakul en chassant ses mauvaises pensées et Allahu a'lam.

    وما رواه أبو داود ( 3910 ) والترمذي ( 1614 ) وصححه ، عن ابن مسعود رضي الله عنه مرفوعاً : ( الطيرة شرك ، الطيرة شرك ، وما منّا إلا ، ولكن الله يذهبه بالتوكل ) وقوله : ( وما منا إلا ... ) إلخ ، من كلام ابن مسعود ، وليس من كلام النبي صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ .

    ومعناه : ما منا من أحد إلا وقد يقع في قلبه شيء من الطيرة والتشاؤم إلا أن الله تعالى يذهب ذلك من القلب بالتوكل عليه وتفويض الأمر إليه .
    wassalam
    Et c'est à Allâh Seul que l'on implore le secours

    Ya Allah pardonne à ma noble mère et fait lui miséricorde ,élargit lui sa tombe et illumine là et permet lui d'avoir une vision à la protée de vue amine amine et amine .

  3. #3
    Membre actif Avatar de Malik_1985
    Inscrit
    February 2011
    Localisation
    Ile de France - Afrique
    Messages
    180
    Citation Envoyé par Abou anfel Voir le message
    Assalamù 'alaykum

    le musulman espère ne pas commettre un péché lorsqu'il lui arrive de penser au fond de lui à un mauvais présage s'il voit un objet ou un animal ou autre chose qu'il n'aime pas ,pourvu qu'il poursuive son chemin ou l'action qu'il allait entreprendre et qu'il fait le tawakul en chassant ses mauvaises pensées et Allahu a'lam.



    wassalam

    السلام عليكم ورحمة الله وبركاته



    Baaraka Llahou fik akhi.
    Ma question porte essentiellement sur un point : j'ai lu que faisait parti du فأل le fait pour un malade d'entendre quelqu'un appeler une autre personne qui se nomme Sâlim (sain, bonne santé). Et d'autres exemples encore.
    Mais est-ce qu'on peut "susciter" ce فأل ? Est-ce qu'on peut demander à Allah de nous montrer ce fameux فأل ?




    و السلام عليكم ورحمة الله وبركاته

    سبحانك اللهم و بحمدك أشهد أن لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك
    ___________________________________
    "Nous sommes un peuple qu'Allah a honoré par l'Islam
    et si nous recherchons l'honneur dans autre chose que ça, Allah nous humiliera." 'Umar ibnou Al-Khattab

    قيل لأحد المشايخ : إن الرافضة لايدخلون المسجد النبوي مع باب عمر؟ ⁰قال ( رضي الله عنك ياعمر تفر منك الشياطين حيا وميتا


  4. #4
    Membre actif
    Inscrit
    December 2011
    Messages
    225
    Wa alaykoum Assalam wa Rahmatullah,

    Au sujet de ta première question Akhi al karîm:

    Al Mou'allimî Al Yamânî, Rahimahou Allah, dit :

    Ce qui peut arriver aux croyants n'est qu'une forme de waswas qui ne remet en aucun cas en cause la Foi. La preuve est ce qui est rapporté dans les deux receuils authentiques selon Abou Horeira : Le Prophète a dit : « Allâh a pardonné aux membres de ma communauté leurs mauvaises pensées, tant que ces pensées ne sont pas mises à exécution ni commises. »..

    Puis il cita deux autres Hadiths et dit :

    Mettre à execution la Tiyara/ les mauvais présages consiste se réalise dans les cas suivants:

    1. Qu'elle t'empêche de faire une chose que:

    A. tu comptais et étais résolu à faire.

    B. tu hésitais à faire.

    2. Ou qu'elle te pousse à faire une chose que tu ne comptais et n'étais pas résolu à faire.
    Puis il exclu les cas suivants :

    A. La première exception :
    Si un homme était sur le point de commettre un péché qu'il soit résolu ou qu'il y eut juste pensé, puis un problème survient et lui rappelle le danger de désobéir à Allah. Il le prend pour exhortation et s'éloigne de cette désobéissance. Dans ce cas ce ne sera pas une forme de Foi au mauvais présage.
    Il explique ensuite la raison en disant :

    Car ce qui l'a réellement détourné de cette désobéissance n'est autre que le fait de savoir que cet acte est un péché, pour lequel il risque le châtiment.
    B. La seconde exception :
    S'il hésite à faire ou non un acte qu'il sait être un acte d'obéissance à Allah puis un événement se produit, derrière lequel il comprend un signe l'incitant à le faire.
    Il vient ensuite à la seconde partie de ta question en disant, qu'Allah le Comble de sa Rahma :

    Et n'entre pas dans les mauvais présages/ Attiyara le fait que le Prophète aimait le Fa'l, car ce Fa'l ne le poussait pas à faire ce qu'il n'avait pas l'intention de faire, et ne le détournait pas d'un acte qu'il voulait faire.
    Puis il entre dans un certains de détails très bénéfiques que j'espère poster prochainement in chaâ Allah.

    Et Allah Demeure le Plus Savant et toute connaissance n'est que le fruit de la Bienfaisance et la Rahma d'Allah.

    Les références : Raf'ou Al Ishtibâh 'an Ma'na Al'Ibâdati wa Al Ilâh wa Tahqîq Ma'na Attawhîd wa Achirk biLlah 2/950-951.

  5. #5
    Membre actif
    Inscrit
    December 2011
    Messages
    225
    Assalâm alaykoum,

    Complément au sujet du Fa'l :

    Le Cheikh - Abdarrahmân ibn Yahia Al Mouallimî Rahimahou Allah- divise ensuite le Fa'l en trois sortes :

    Il dit :

    Les choses qui arrivent à l'homme dans lesquelles il peut voir un bon signe peuvent être de 3 sortes :

    La première : Que cela viennent d'Allah en vue de lui annoncer une bonne nouvelle.

    La deuxième: Que cela soit un acte du shaytan qui incite l'homme à faire une chose qui ne lui profite en rien.

    La troisième : Que ce soit une simple coïncidence.
    1. Puis il s'arrête sur le cas de celui qui a déjà commencé une action en disant :

    1.a
    La deuxième est impossible lorsque celui qui voit un bon signe a déjà commencer l'action, car le shaytan n'a pas besoin de l'inciter à faire une chose qu'il a déjà commencer et qu'il est résolu à terminer.

    Il ne reste plus que la première et seconde probabilité- à savoir que c'est un signe d'Allah ou une simple coincidence,ndt-.
    Puis il spécifie et précise un peu plus le cas étudié en traitant du cas du Prophète :

    1.b
    Quand au Prophète c'est la première probabilité qui était la plus probante dans ce cas.
    Il explique et met la lumière sur la raison du rejet de la troisième probabilité concernant le Messager d'Allah en disant :

    Car il ne se lançait dans une action qu'après qu'il lui soit clairement apparu que c'était une obéissance à Allah . Et il su préalablement que l'obéissance religieuse est une cause pour obtenir le bien, et que le shaytan n'incite pas au mal.
    Il détermine donc avec précision que dans le cas du Prophète la seule probabilité est la première. Et laisse la probabilité 1 et 3 en suspens concernant celui qui s'est déjà lancé dans l'acte et qui n'est pas un Messager.

    2.Vient ensuite le cas de celui qui ne souhaite pas faire une action, et qui après avoir entendu une bonne parole est poussé à le faire. Il dit à ce sujet:

    2.a
    La seconde probabilité- que cela viennent du shaytan- est possible. Et la première- que cela vienne d'Allah- est impossible car le Législateur a interdit de prendre en compte ce genre de chose- pour faire ou s'abstenir,ndt-.

    Et il se peut que cette action soit nuisible à l'homme, car le shaytan peut tout à fait l'y inciter afin de lui nuire.
    Puis il en exclue un cas :

    2.b
    Exception faite du cas ou l'acte en question est une obéissance à Allah, et que l'homme s'en abstient par paresse; et qu'il entende une parole derrière laquelle il comprend une incitation à faire le bien. Ceci porte une autre signification comme on l'a vu précédemment.
    Et Allah Demeure le Plus Savant et toute connaissance n'est que le fruit de la Bienfaisance et la Rahma d'Allah.

    Les références : Raf'ou Al Ishtibâh 'an Ma'na Al'Ibâdati wa Al Ilâh wa Tahqîq Ma'na Attawhîd wa Achirk biLlah 2/952-953.

    Ps: La disposition sous forme de numéros et de "a" -"b" etc, est une initiative personnelle afin de faciliter l'explication.

  6. #6
    Membre actif
    Inscrit
    December 2011
    Messages
    225
    Assalâm alaykoum,

    Suite et fin :

    Le Cheikh- Rahimahou Allah- dit ensuite:

    Quand au mauvais présage/ La Tiyara, la mauvaise parole qu'on peut entendre peut :

    1. Soit être un avertissement d'Allah afin d'éloigner nous éloigner de cette action.

    2. Soit venir du shaytan afin d'éloigner l'homme d'une action qu'il sait présenter un bien pour lui.

    3. Soit être une simple coïncidence.
    Puis il détaille la question, selon le statut de l'acte que l'on s’apprêtait à faire avant d'entendre cette mauvaise parole ou de voir une chose déplaisante :

    A. Si l'acte est une désobéissance à Allah, c'est la première probabilité qui sera la plus probante. Et s'éloigner de l'action suite à ça, n'entrera pas dans la croyance aux mauvais présage qui est prohibée.
    Et il en explique la raison en disant :

    Car ce n'est pas à cette mauvaise parole qu'il s'est fixé pour déterminer que cet acte était mauvais et pour s'en abstenir, mais à la Preuve qu'il avait lui affirmant que cet acte est une désobéissance.
    Puis il traite du cas ou l'acte dont on s'abstient après avoir entendu une mauvaise parole ou vu une mauvaise chose est : un acte d'obéissance à Allah ou qu'il soit licite et permis :

    B. Et la seconde probabilité- que cela vient du shaytan- est la plus probante lorsque l'acte est un acte d'obéissance à Allah ou un acte licite.
    Il en explique la raison en disant :

    Car dans ce cas, la première probabilité est impossible- il est impossible que cela vienne d'Allah- car le Législateur a interdit le Tatayyour/ les mauvais présages.
    Il ne reste donc plus que 2 probabilités :

    2. Soit venir du shaytan afin d'éloigner l'homme d'une action qu'il sait présenter un bien pour lui.

    3. Soit être une simple coïncidence.
    Quand au fait que cela puisse être une simple coïncidence sans aucune intervention satanique, il dit :

    C. Quand à la troisième probabilité- que cela ne soit qu'une coïncidence- elle est très peu probable, car on sait que le shaytan raffole d'égarer et nuire- aux hommes-.
    Puis il explique le mal dans lequel le shaytan souhaiterait faire tomber l'homme dans ce cas, en disant:

    Et s’abstenir d'une action- dans la situation présente- est un acte cultuel(1) qu'Allah n'a pas Légiféré, comme on l'a vu précédemment. Et dans le même moment c'est une obéissance au shaytan.
    Ce qui est donc du Koufr Akbar et du Shirk Akbar qu'Allah nous en Préserve. Le Cheikh affirme ce point quelques lignes suivantes,en traitant du cas de celui qui sort en voyage puis fait demi tour après avoir entendu le cri d'une pie bavarde(2). Il dit à ce sujet :

    Et tu as su- au travers de l'exposé précédent- que les preuves sont avec ceux qui considèrent que celui qui le fait devient mécréant.

    Et Allah Demeure le Plus Savant et toute connaissance n'est que le fruit de la Bienfaisance et la Rahma d'Allah.

    Et qu'Allah nous Préserve des superstitions qui nous condamneraient à une éternité en enfer pour avoir associé nos raisons humaines, nos pensées et les démons à Notre Seigneur. Et je reviendrai si Allah le Permet sur cette notion de divinisation qui peut être subtile parfois.

    Les références : Raf'ou Al Ishtibâh 'an Ma'na Al'Ibâdati wa Al Ilâh wa Tahqîq Ma'na Attawhîd wa Achirk biLlah 2/952 à 955.

    Ps: Les paroles du Cheikh- Rahimahou Allah- ne sont que celles présentes dans les citations.


    --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


    (1) Revoir la définition d'un acte cultuel sur ce post:
    http://www.ummah.fr/showthread.php/8...el-Attadayyoun

    (2) La pie bavarde a pour cri typique un bavardage criard "chack-chack-chack-chack-ckack".

    C'est un oiseau très bruyant quand il est en groupes, lançant des cris rapides et nasillards.

    Cette forme de superstition présente chez les arabes n'a toujours pas disparu, en témoigne la question suivante que j'ai trouvé sur le net :

    Bonjour à toutes et à tous,

    J'ai un problème et je souhaiterais m'en débarasser .

    En effet, à chaque fois que je vois une pie (oui, nous sommes bien en train de parler de l'oiseau blanc et noir à longue queue), je pense que cela me porte malheur .
    Il faut absolument et par tous les moyens que j'en voie une deuxième pour que le malheur de la première "s'annule" .
    Et lorsque je n'arrive pas, pour une raison ou pour une autre, à voir la deuxième pie, je rentre dans des crises d'angoisse en me demandant quel genre de malheur va encore me tomber sur la tête . Et quand quelque chose de négatif arrive, je me dis que la pie l'avait présagé .

    Cette croyance m'a été ancrée dans la tête dès mon plus jeune âge par ma grand-mère qui me disait : "Voir une pie, ça porte malheur . Il faut en voir deux . "

    Que faire pour me libérer de cette superstition ?

    Bien que ce message puisse vous sembler stupide et ridicule, je vous prie de croire en son sérieux et de m'aider .

    Merci .
    Subhâna Allah combien est grande la Ni'ma du Tawhid !

    Qu'Allah nous Préserve du Shirk et nous Libère par le Tawhid.

  7. #7
    Membre actif
    Inscrit
    December 2011
    Messages
    225
    Citation Envoyé par Malik_1985 Voir le message

    السلام عليكم ورحمة الله وبركاته



    Baaraka Llahou fik akhi.
    Ma question porte essentiellement sur un point : j'ai lu que faisait parti du فأل le fait pour un malade d'entendre quelqu'un appeler une autre personne qui se nomme Sâlim (sain, bonne santé). Et d'autres exemples encore.
    Mais est-ce qu'on peut "susciter" ce فأل ? Est-ce qu'on peut demander à Allah de nous montrer ce fameux فأل ?




    و السلام عليكم ورحمة الله وبركاته

    Wa alaykoum Assalâm wa Rahmatullah,

    Sur base de ce qui a précédé Akhi al karîm, il nous est possible de dire en réponse à tes interrogations, ce qui suit:

    1. Si l'entente de ce nom suscite en toi, un espoir de la guérison d'Allah : nul blâme pour toi, car tu n'a rien fait sur base de la simple écoute de ce nom. Et l'imâm Ahmad rapporte que le Prophète a dit :

    La superstition/ mauvaise augure/ mauvais présage est ce qui t'a poussé à faire un acte ou à t'en abstenir.
    (1)

    2. Si une personne malade entende ce nom et que cela la pousse à se lever et se battre et ne pas succomber à la maladie :

    a. Si elle le fait par Espoir en la Miséricorde d'Allah que ce nom lui a évoquée et lui a rappelé, se levant donc du lit- qui est un acte permis ou recommandé selon la situation- sur base de ce qu'Il sait comme promesse d'Allah aux croyants de les aider et les soutenir, et qu'ils ne doivent pas baisser les bras face aux difficultés, cela sera louable, car son espoir et ses actes qui suivirent n'étaient pas basés sur ce simple événement mais sur ce qu'il sait de Bonté et la Miséricorde Divine.



    Si une personne entend " Ya Nâjih/ O victorieux "(2) :


    b. Si l'écoute de cette parole le pousse à se lancer dans le commerce, alors qu'il n'avait pas l'intention de faire, mais que cette seule parole soit la source de son acte, là ce sera du Shirk et du Koufr qu'Allah nous en Préserve. Car le lien entre cet événement et l'accomplissement de cette action ne s'accorde à aucune base coutumière et règle universelle basée sur la physique et l'observation. Ce qui en fait un " acte cultuel ". Or cet acte cultuel ne fut pas légiféré par Allah. Il relève donc du Shirk.

    Hâfifh Al Hakamî - Rahimahou Allah- dit :
    ومن شرط الفأل أن لا يعتمد عليه وأن لا يكون مقصوداً بل أن يتفق للإنسان ذلك من غير أن يكون له على بال

    Il est une condition pour que le Fa'l soit légitime que:

    a. qu'il ne soit pas pris comme support premier/ Qu'il ne soit pas la source de l'acte.

    b.Qu'il ne soit pas cherché, mais que cela arrive à l'homme, par coïncidence, sans qu'il ne lui ai traversé l'esprit.



    Réf: Ma'ârij Al Qaboûl 3/993

    Ibn Al Qayyim dit :


    ليس في الإعجاب بالفأل ومحبته شيء من الشرك، بل ذلك إبانة عن مقتضى الطبيعة، وموجب الفطرة الإنسانية التي تميل إلى ما يوافقها ويلائمها، والله جعل في غرائز الناس الإعجاب بسماع الاسم الحسن ومحبته، وميل نفوسهم إليه، وكذلك جعل فيها الارتياح والاستبشار والسرور باسم الفلاح والسلامة والنجاح والتهنئة والبشرى والفوز والظفر ونحو ذلك،

    Rien dans le Fa'l-légitime- et l'amour du Fa'l n'est du Shirk. Mais ceci est l'expression des implications de la nature humaine, et l'exigence de la prédisposition naturelle des hommes. Laquelle penche vers ce qui lui ressemble et lui convient. Et Allah a fait que l'un des instincts humains soit d'apprécier,aimer et pencher vers l'écoute des beaux noms.

    De même qu'Il les prédisposa à s'apaiser, se ravir et se féliciter des noms en rapport avec la victoire, la bonne santé, la réussite, la félicité, la bonne nouvelle, la victoire, etc.
    3. En réponse à ta question peut-on le susciter ?

    Le Cheikh Hâfidh Al Hakamî- Rahimahou Allah- répond négativement.

    Il dit :

    Il est une condition pour que le Fa'l soit légitime que:

    a. qu'il ne soit pas pris comme support premier/ Qu'il ne soit pas la source de l'acte.

    b.Qu'il ne soit pas cherché, mais que cela arrive à l'homme, par coïncidence, sans qu'il ne lui ai traversé l'esprit
    Et si on ne pas le chercher, on ne peut le demander.

    Et rappelons nous le Hadith rapporté par l'imâm Muslim - Rahimahou Allah- selon la mère des croyants Aicha :

    Celui qui fait une action que nous n'avons pas ordonné, elle se verra rejetée.
    Or le Prophète ne nous a pas enseigné cette demande, celui qui le fait verra donc son oeuvre rejetée et non acceptée.

    Et dans la variante rapporté par les deux Imâms Al Bokhari et Muslim- qu'Allah les Comble de sa Rahma- nous avons:

    Celui qui innove dans cette Religion ce qui n'en fait pas parti, verra son innovation rejetée.
    Or nous n'avons rien, qui affirme la validité de ce genre de demande, elle ne fait donc pas parti de la Religion.

    Et s'il y avait un bien dans cette forme de demande, le Messager d'Allah qui aimait le Fa'l, n'aurait manquait de nous l'enseigner.

    Et ses compagnons- qu'Allah les Agrée et Maudisse ceux qui les insultent- nous l'auraient transmis.


    Et Allah Demeure le Plus Savant

    Ps: Pour la traduction des citations, elle est approximative, une quelconque contribution à une meilleur syntaxe est la bienvenue in chaa Allah.
    Jazâkoum Allahou khayrane

    (1) L'authenticité du Hadith est sujette à discussion en raison de la présence de certains narrateur. Mais son sens est confirmé par des sources valables. Je le cite donc Isti'nâsan/ en support et non comme base première.

    (2) Je n'ai pas continué la subdivision avec le nom Sâlim car avec la notion de victoire et réussite cela me semble plus claire pour ce second cas de figure.

  8. #8
    Membre actif
    Inscrit
    December 2011
    Messages
    225
    Assalâm alaykoum,

    Voici une introduction que le Cheikh-Al Mou'allimî Rahimahou Allah- avait cité avant d'entrer dans la question des superstitions. Elle nous permettra de cerner certains points importants et savoir dans quel cas le musulman peut être excusé et les cas ou il ne peut l'être.

    L'évocation de choses qui furent qualifiés de Shirk dans la Shari'a et dans lesquels la notion de Shirk qui y présente peut être confuses


    Introduction

    Saches que le fait qu'une chose soit une cause ou un signe, peut être lié à :

    1. Un autre domaine que le Tadayyoun/cultuel. Et ce dans le cas, ou cela revient à une règle naturelle fondée sur la physique et l'observation, qui impliquent tous deux la certitude; ne serais-ce que sur la base de ce lien de causalité.

    Par exemple:

    a.Le lépreux qui mange une feuille d'arbre par coïncidence et guéris ensuite. Ce qui l'amène à penser, ainsi que d'autres, que la prise de la feuille de cet arbre profite contre la lèpre. Cette expérience est sans aucun doute manquante, mais elle fait référence à une règle certaine, qui est les médicaments sont utiles face aux maladie.

    b.Ou qu'un homme habite dans une maison loin du village et qu'il souhaite sortir en pleine nuit pour un besoin, comme prier Al ishâ ou le obh en groupe. En sortant, il entend un chien aboyer, ce qui le pousse à croire qu'un homme cherchant à lui dérober ses biens ou lui faire du mal se cache tout près. Ce qui le pousse à rebrousser chemin.

    Dans ce cas : l'aboiement du chien n'est pas un signe certain de la présence d'un homme étranger, mais il fait référence et revient à une règle qui elle est certaine, qui est que les chiens aboient à la vue d'étranger.

    2. Et il peut être cultuel/ Tadayyoun...
    A suivre in chaa Allah

  9. #9
    Membre actif
    Inscrit
    December 2011
    Messages
    225
    Assalâm alaykoum,

    2. Et il peut être cultuel/ Tadayyoun, dans le cas ou cela revient à une cause abstraite/ Ghaybî, comme le fait de croire que:

    1. Embrasser la pierre noire est une cause pour obtenir un bien.

    2. Ou que la répulsion que l'on peut ressentir face à une chose, après avoir effectuer la prière de la consultation, soit un signe qu'il n'y pas de bien en cette dernière, etc.
    Puis il traite des cas ou l'on doute sur le statut de ce que l'on pense être une cause ou un signe:

    Certaines pensées quand à elles peuvent être sujettes à réflexion, entrent-elles dans la première ou seconde catégorie. Comme croire que porter certaines pierres apporte le bonheur et repousse le mauvais œil ou fait fuir les djinns.
    Il donne ensuite le statut de ce genre de superstitions :

    Et le statut légal dans ce cas, et Allah Demeure Le Plus Savant, est que:

    1. Si celui qui à ce genre de pensée, croient que cette particularité- présente dans l'objet de sa croyance,ndt- résulte d'une cause naturelle fondée sur la physique et l'observation.

    Cela entrera dans la première catégorie, mais nous devons interdire la pratique de ce genre de supposition, en respect du principe de fermeture des portes du mal- pour fermer la porte à un mal plus grand, ndt-.

    2. Et s'il laisse supposer que cette spécificité résulte d'une cause abstraite, comme le fait que cette pierre soit aimée auprès d'Allah , auprès des anges, ou des Djinns, et ce qui leur est semblable(1). Dans ce cas, cela entrera dans la deuxième catégorie.
    Une parenthèse : Delà nous comprenons le Shirk présent dans le fait de poser du sel dans sa voiture, ou un couteau en dessous de son oreiller, en vue de se protéger du mal des djinns.

    Puis il rappelle le statut de cette seconde catégorie, qu'Allah nous en Préserve :

    Et sur base de ce qui a précédé(2) que tout acte cultuel qui ne fut pas légiféré par Allah est du Shirk.
    Qu'Allah nous en Préserve

    Pour clore cette introduction le Cheikh- Rahimahou Allah- revient sur le cas ou l'on sait pas si cette supposition de causalité a atteint un degrès ou elle serait prise en compte et que l'on serait donc juger en conséquence, ou qu'elle n'est qu'une forme de waswas sans plus. Il dit à cet effet :

    Dans ce cas le Législateur a fixer une règle précise pour connaitre le statut de cette supposition:

    A. S'il en découle un acte ou une parole- ce sera du Shirk-

    B. Dans le cas contraire- ce ne sera qu'un waswas-.
    Et ce quelque soit sa fréquence, car l'influence que le waswas peut avoir sur les hommes peut être plus ou moins grandes.

    A titre d'exemple, les superstitions marocaines au sujet du clignement des yeux : L’œil droit est signe d'un bonheur proche et l’œil gauche d'un malheur.

    Une personne baignée dans ce genre de superstition païenne, peut rester persécuter moralement par ces idées, mais ceci fera-t-il de lui un Mushrik ?

    Non aussi longtemps qu'il n'agit pas en conséquence et la rejette théoriquement.

    Quand à la fréquence et l'ampleur de la persécution morale, elle ne fera pas de lui un Mushrik, aussi longtemps qu'il n'agira pas en conséquence.

    Et pour finir le Cheikh-Rahimahou Allah- revient sur un fait, qui est qu'Allah a fréquemment liée des croyances et actes du cœur imperceptibles aux yeux des hommes, à des paroles et actes apparents, qui prouveront leur présence et auxquels les statuts légaux seront liés.

    Il dit- Rahimahou Allah-:

    Et il est très fréquent de voir le Législateur mettre en place des paroles et actes, qui découlent de certaines convictions, à la place de ces mêmes convictions, comme on l'a vu au sujet de la prosternation pour une statue ou pour le soleil, etc.
    Et Allah Demeure Le Plus Savant

    Réf: Raf'ou Al Ishtibâh 'an Ma'na Al'Ibâdati wa Al Ilâh wa Tahqîq Ma'na Attawhîd wa Achirk biLlah 2/947-948.

    (1) C'est à dire ce qui est lié à l’abstrait, l'invisible, l'imprescriptible, comme l'explique le Cheikh- Rahimahou Allah- a diverses passages de ses ouvrages. Entre donc dans ce cas, tout ce qui est abstrait et invisible par l'homme, comme les morts. Et on ne parle même pas ici de ceux qui pensent que l'objet en question possède un pouvoir de guérison ou de réussite, qui lui provient des astres célestes, lesquels sont contrôlés par les anges. Ou autres parmi les formes de Shirk claires et explicites, ndt.

    (2) Dans son ouvrage Raf'ou Al Ishtibâh,ndt.

  10. #10
    Membre actif
    Inscrit
    December 2011
    Messages
    225
    Assalâm alaykoum,

    Dans ce qui a précédé, nous avons vu le statut de l'acte et des acteurs d'une manière général. Il reste à préciser que parfois, certaines personnes peuvent être excusées, malgré que l'acte en soit qualifié de Shirk Akbar, non pas en raison du fait qu'il soit possible de considérer une personne comme adoratrice d'Allah et adoratrice d'autre qu'Allah dans le même moment, ou encore que le Shirk et le Tawhid se soient réunis en cette même personne !

    Loin de la, mais tout simplement car dans certains cas bien restreint, le fait de croire que des preuves du Qor'an et la Sunnah affirme que telle ou telle chose soit une cause de bien ou pour repousser un mal, alors que ce n'est pas le cas, empêche de qualifier la personne en particulier d'avoir réellement commis du Shirk. Car la réelle cause légale pour laquelle cet acte a reçu le statut de Shirk est absente.

    De ce fait, nous continuons à qualifier l'acte de Shirk dans l'absolu en vue de mettre en garde les gens. Mais nous ne pouvons en qualifier l'auteur car ce dernier n'en n'a pas réellement été coupable. Et ce en raison de l'absence d'un facteur donné, sans lequel le Manât ne peut se former. Et que nous verrons in chaa Allah dans les prochaines citations.

    Et ici, on ne parle pas des cas de Shirk explicite, mais bien des actes et paroles qui dans une grande généralité des cas peuvent être du Shirk Akbar, mais qui dans d'autres minimes ne le sont pas.

    Dans ce cas, s'il nous apparaît avec évidence, que l'individu qui en est coupable, présente les critères des cas minimes, nous statuerons en conséquence.

    Et ce dans le seul cas, ou il nous apparaît que cette personne est réellement excusée.

    Plus de détails viendront ultérieurement in chaâ Allah, je tenais simplement à faire cette remarque qui me semble importante.

    Et Allah Demeure Le Plus Savant

  11. #11
    Membre actif
    Inscrit
    December 2011
    Messages
    225
    Assalâm alaykoum,

    Un frère qu'Allah le Récompense m'a signalé une erreur dans l'une des citations du post 5.

    Voici la citation d'origine :

    Car il ne se lançait dans une action qu'après qu'il lui soit clairement apparu que c'était une obéissance à Allah .Et il su préalablement que l'obéissance religieuse est une cause pour obtenir le bien, et que le shaytan n'incite pas au mal.
    La correction :

    Car il ne se lançait dans une action qu'après qu'il lui soit clairement apparu que c'était une obéissance à Allah . Et il su préalablement que l'obéissance religieuse est une cause pour obtenir le bien, et que le shaytan n'incite pas au bien.

  12. #12
    Membre récent
    Inscrit
    August 2014
    Messages
    23
    Assalaamu 'alaykum wa raHmatu Llahi wa baarakatuh,

    DjazaakAllahu khayran pour cette explication très détaillée sur le présage.

    Par la grâce d'Allah ta'ala, elle me fut très utile pour comprendre ce sujet parfois trop peu étudié en profondeur.

    A la suite de cela j'aimerais poser une question, qui pourrait peut-être à prime abord n'avoir aucun rapport avec le sujet initial :

    Y a-t-il un quelconque rapport entre les troubles obsessionnel compulsif (TOC) et le présage ?

    Bien que ceux-ci ne se basent sur aucun présage/superstition connu il arrive dans certains cas que ce qui en découle soit de même nature. Une personne peut se sentir dans un mal-être profond si elle n'a pas fait tel chose un tel nombre de fois, si elle ne touche pas tel objet, etc. ce qui m'a amené à cette interrogation.

    Excusez-moi si cela n'a aucun rapport.

  13. #13
    Membre récent
    Inscrit
    August 2014
    Messages
    23
    Assalaamu 'alaykum wa raHmatu Llahi wa baarakatuh,

    Plusieurs femmes ont vu leur enfant nouveau né tué par des chouettes, depuis celles-ci encourage automatiquement les autres femmes à rentré leurs enfants lorsqu'elles entendent le chant de la chouette. Ceci revient-il à une règle naturelle fondée sur l'observation de leur propre expérience ainsi qu'une règle naturelle fondée sur la physique que la chouette prendrait l'enfant nouveau-né pour une proie ?


    Et ce dans le cas, ou cela revient à une règle naturelle fondée sur la physique et l'observation, qui impliquent tous deux la certitude; ne serais-ce que sur la base de ce lien de causalité.

  14. #14
    Membre actif
    Inscrit
    December 2011
    Messages
    225
    Assalâm alaykoum,

    Fâ'ida / précieuse information et citation de l'imâm Al Qarâfi Rahimahou Allah :


    وكم من تفصيلٍ قد سُكِتَ عنه الدهرَ الطويل، وأجراه الله تعالى على قلبِ من شاء من عباده، في جميع العلوم العقليّات والنقليّات، ومن اشتغلَ بالعلوم وكثُر تحصيلُه لها اطّلع على شيءٍ كثير من ذلك


    Combien y a t il d'explications détaillées, dans toutes les sciences, rationnelles soient-elles ou textuelles, qui ont été gardés sous silence pendant très longtemps, et qu'Allah a inspiré à celui qu'Il aura Voulu parmi Ses serviteurs. Et toute personne s'étant consacrée à la science et qui en aura acquis une grande partie, aura forcément constaté ce point .

    Al Fouroûq 1-169 tiré de l'ouvrage " Al Foutiya Al Mo'asira " de Khâlid Al Mouzayyanî P 393.

    Cette citation a pour objectif de montrer que ce qui est nouveaux, à nos yeux, n'est pas forcément faux, mais peut être la pure vérité.

    Et pour qui, s'étonnerait des explications de l'imâm Al Mou'allimî Rahimahou Allah et ses semblables parmi les gens de sciences, qui ont l'art de la nuance et des détails, à une époque ou la mentalité binaire " S'il n'est pas le chef des croyants, qui est-il alors ?! Le chef des mécréants "(1) devint une norme..

    Qu'Allah nous Guide

    (1) En référence à l'une des raisons pour laquelle les Khawarijs ont exclus 'Ali ibn Abi Tâlib de l'Islam et qu'ils citèrent à Abdallah ibn Abbâs lors de leur fameux débat.
    هُم إخوةٌ سَكنُوا الفُؤادَ و بَلْسمٌ يَشْفي الحَزينَ
    Des frères qui habitèrent nos coeurs et les guérirent d'une profonde tristesse...http://www.youtube.com/watch?v=dhf9mv3ra1g

Tags pour ce sujet

Règles des messages

  • Vous ne pouvez pas créer de sujets
  • Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
  • Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
  • Vous ne pouvez pas éditer vos messages
  •  
  • Les BB codes sont Activés
  • Les Smileys sont Activés
  • Le BB code [IMG] est Activé
  • Le code [VIDEO] est Activé
  • Le code HTML est Désactivé