Résultats de 1 à 13 sur 13

Sujet : Le concept d'"adolescence" (difficile à gérer) en Islam

  1. #1
    Membre
    Inscrit
    September 2010
    Localisation
    Tunisie
    Messages
    135

    Le concept d'"adolescence" (difficile à gérer) en Islam

    Assalâmu 'alaykum


    Le concept "d'adolescence" existe-t-il en Islam ? Ce fait de penser que cette transition (délicate, certes) entre l'enfant et l'adulte est forcément source de conflit intérieur comme avec l'entourage, a-t-il décrit par les savants ?
    Ou bien est-ce "une maladie contemporaine" justement due à une sorte de colonisation mentale et éducative occidentale ?


    Perso, ayant suivi des jeunes filles/ado musulmanes après 2004 (sortant du circuit scolaire) et ayant parallèlement attentivement étudié les parcours d'enfants d'horizons divers instruits en famille, je me suis rendue compte que cette étape n'était pas toujours synonyme de difficultés, de sorte de "dédoublement de la personnalité" comme le disait si bien la soeur UmmSawsane sur ce fil : http://www.ummah.fr/showthread.php/4...=4889#post4889




    Au contraire, particulièrement les enfants instruits en famille du fait même de leur "extraction" de l'environnement scolaire (pression, pédagogies éducatives mal adaptées, MIXITE -et là ça mériterait une discussion à ce sujet uniquement !, etc.) avaient bien moins tendance à développer les symptômes de la fameuse "crise d'adolescence" que leurs pairs.
    Il y a même des mamans qui témoignent du fait qu'elles n'ont pas "senti" passer "la crise" tellement elles étaient proches de leurs enfants, filles et garçons confondus, et proches de leurs questionnements, angoisses passagères éventuelles, etc.
    La différence claire qui m'apparaissait avec des familles classiques est ce lien que les parents ont pu construire pendant plus de 10 ans, au quotidien, avec leur progéniture. Au delà de la proximité, se dégageait une confiance réciproque, une complicité, une connaissance de l'autre, des expériences communes répétées et, surtout, un amour profond.
    En lisant leurs témoignages et en étudiant leurs méthodes je n'ai pu m'empêcher de penser ce que nous, parents musulmans, arriverions à obtenir, par la grâce d'Allah, en nous occupant de nos enfants de cette manière.



    Bârakallâhu fîkum à celles et ceux qui pourront donner des éléments de réponse.

  2. #2
    Membre habitué Avatar de Avant l'Heure
    Inscrit
    June 2010
    Localisation
    Région parisienne. France
    Messages
    1 569
    Citation Envoyé par Fatoum Voir le message
    Assalâmu 'alaykum


    Le concept "d'adolescence" existe-t-il en Islam ? Ce fait de penser que cette transition (délicate, certes) entre l'enfant et l'adulte est forcément source de conflit intérieur comme avec l'entourage, a-t-il décrit par les savants ?
    Ou bien est-ce "une maladie contemporaine" justement due à une sorte de colonisation mentale et éducative occidentale ?


    Perso, ayant suivi des jeunes filles/ado musulmanes après 2004 (sortant du circuit scolaire) et ayant parallèlement attentivement étudié les parcours d'enfants d'horizons divers instruits en famille, je me suis rendue compte que cette étape n'était pas toujours synonyme de difficultés, de sorte de "dédoublement de la personnalité" comme le disait si bien la soeur UmmSawsane sur ce fil : http://www.ummah.fr/showthread.php/4...=4889#post4889




    Au contraire, particulièrement les enfants instruits en famille du fait même de leur "extraction" de l'environnement scolaire (pression, pédagogies éducatives mal adaptées, MIXITE -et là ça mériterait une discussion à ce sujet uniquement !, etc.) avaient bien moins tendance à développer les symptômes de la fameuse "crise d'adolescence" que leurs pairs.
    Il y a même des mamans qui témoignent du fait qu'elles n'ont pas "senti" passer "la crise" tellement elles étaient proches de leurs enfants, filles et garçons confondus, et proches de leurs questionnements, angoisses passagères éventuelles, etc.
    La différence claire qui m'apparaissait avec des familles classiques est ce lien que les parents ont pu construire pendant plus de 10 ans, au quotidien, avec leur progéniture. Au delà de la proximité, se dégageait une confiance réciproque, une complicité, une connaissance de l'autre, des expériences communes répétées et, surtout, un amour profond.
    En lisant leurs témoignages et en étudiant leurs méthodes je n'ai pu m'empêcher de penser ce que nous, parents musulmans, arriverions à obtenir, par la grâce d'Allah, en nous occupant de nos enfants de cette manière.



    Bârakallâhu fîkum à celles et ceux qui pourront donner des éléments de réponse.
    As salamu 'alaykum

    Juste un mot, qui pourra servir de point de départ et dès que je peux j'en dirai plus in cha Allah, si ca n'a pas été dit avant moi.

    Il faut distinguer 3 choses dans ce qui fait l'adolescence :

    1 - le niveau des idées influencé par les changements au niveau hormonal, social... Ce niveau provoque des émotions et des humeurs, comme la tristesse, la sensation de puissance, la sensation d'être incompris, surveillés...

    2 - le niveau de l'interprétation de ces idées et ces émotions. C'est le questionnement interne : est-ce que mes idées sont réelles, est ce qu'elles sont crédibles, est-ce que j'ai raison d'y croire, ma tristesse est-elle justifiée, est-ce que mon état est transitoire...

    3 - le niveau de l'action. Tout ce que font les ado.

    Si le premier niveau est sans doute irrépressible et commun à tous les adolescents du monde, les deux autres niveaux sont dépendant largement de l'éducation et de la manière dont les ado sont considérés par leurs proches. En gros on n'est pas seulement ado de son fait mais aussi du fait du regard et du comportement des autres. Et dans la méthodologie éducative prophétique, on voit qu'une part importante de l'éducation consiste à faire participer l'enfant à sa vie, le prendre pour compagnon, un compagnon sur qui on compte. On trouve souvent des hadith ou des jeunes sont seuls avec le prophète 'alayhi salam et il leur apprend des choses qu'on réserverait aux grands ici.

    On trouve cette parole de méthodologie chez des grands savants, sans doute à l'origine Sufyan Ath-Thawriyy ou peut-être 'Aliyy, radhuallahu 'anh, en tout cas une parole acceptée par les savants : Joue avec ton fils 7 ans, apprends lui le bon comportement et la bonne conduite 7 ans, et prend le pour compagnon 7 ans, puis lâche la bride.


    Wassalam

  3. #3
    Membre
    Inscrit
    September 2010
    Localisation
    Tunisie
    Messages
    135
    Assalâmu 'alaykum


    Bârakallâhu fîk pour ces éléments qui, en effet, éclairent beaucoup de choses sur le comportement des ados eux-mêmes et surtout sur ce que nous-mêmes les parents pouvons faire. "Prendre pour compagnon son enfant"... cette parole est magnifique subhannallâh. Quand je la compare aux méthodes d'éducation "actuelles" (peu importe le pays considéré) je connais peu de parents, à vrai dire aucun, qui considère son enfant comme un compagnon et lui accorde la confiance que l'enfant est en droit d'attendre avec ce statut.

    Concernant la dernière phrase, est-ce un hadith ?

  4. #4
    Citation Envoyé par Fatoum Voir le message
    Assalâmu 'alaykum


    Bârakallâhu fîk pour ces éléments qui, en effet, éclairent beaucoup de choses sur le comportement des ados eux-mêmes et surtout sur ce que nous-mêmes les parents pouvons faire. "Prendre pour compagnon son enfant"... cette parole est magnifique subhannallâh. Quand je la compare aux méthodes d'éducation "actuelles" (peu importe le pays considéré) je connais peu de parents, à vrai dire aucun, qui considère son enfant comme un compagnon et lui accorde la confiance que l'enfant est en droit d'attendre avec ce statut.

    Concernant la dernière phrase, est-ce un hadith ?

    السلام عليكم ورحمة الله وبركاته




    comme le frère avant l'heure a pris le soin de souligner ,non ce n'est pas un hadith mais une parole sage qui serait attribuée à Ali ibn abi talib ou soufyan athawri ou ummar ibn al khatab radhya Allahou 'anhoum wa ardahoum ,mais sans arguments ; toute fois ça reste une parole sage .

    wAllahou a'lam .

    la question a été posée à ibn jibrine rahimahou Allah et sa réponse était que ce n’était pas un hadith mais une sagesse ou une parole attribuée aux éducateurs dont le sens est juste .





    و السلام عليكم ورحمة الله وبركاته



    وما من كاتب إلا ستبقى كتابته وإن فنيت يـداه
    فلا تكتب بكفك غير شيء يسرك في القيامة أن تراه

  5. #5
    Membre habitué Avatar de Avant l'Heure
    Inscrit
    June 2010
    Localisation
    Région parisienne. France
    Messages
    1 569
    Citation Envoyé par Fatoum Voir le message
    Assalâmu 'alaykum


    Bârakallâhu fîk pour ces éléments qui, en effet, éclairent beaucoup de choses sur le comportement des ados eux-mêmes et surtout sur ce que nous-mêmes les parents pouvons faire. "Prendre pour compagnon son enfant"... cette parole est magnifique subhannallâh. Quand je la compare aux méthodes d'éducation "actuelles" (peu importe le pays considéré) je connais peu de parents, à vrai dire aucun, qui considère son enfant comme un compagnon et lui accorde la confiance que l'enfant est en droit d'attendre avec ce statut.

    Concernant la dernière phrase, est-ce un hadith ?
    As salamu 'alaykum oukhti

    Wa fik barakallah.

    Non ce n'est pas un hadith mais les paroles de ces gens sont inspirées de ce qu'ils connaissent du Prophète 'alayhi salam. C'est une parole non prophétique qui décrit la méthode prophétique. Le prophète 'alayhi salam jouait avec ses petits-enfants et les enfants en général, les cajolait, les embrassait, les éduquait et leur parlait comme à des compagnons.

  6. #6

    السلام عليكم ورحمة الله وبركاته




    peut-on l'espionner ? fouiller dans ces affaires ? dans ses poches ? suivre ses activités sur le net ? ses pages visitées ?

    et puis comment faire s'il a une mauvaise compagnie ?

    s'il ne prie plus ,alors qu'il le faisait à la mosquée quand il était petit et qu'on avait plus d'emprise sur lui !!


    notre responsabilité va jusqu'où pour son éducation devant Allah ?


    doit-on l’empêcher de veiller dehors de force ?

    baraka Allahu fikoum




    و السلام عليكم ورحمة الله وبركاته



    وما من كاتب إلا ستبقى كتابته وإن فنيت يـداه
    فلا تكتب بكفك غير شيء يسرك في القيامة أن تراه

  7. #7
    Membre
    Inscrit
    September 2010
    Localisation
    Tunisie
    Messages
    135
    Assalâmu 'alaykum


    Je repense à cette sage parole depuis sa découverte et je me dis qu'effectivement c'est ce que recherchent sûrement beaucoup d'ados alors que paradoxalement les parents donnent tout l'inverse !

    Les jeunes frères montrent (parfois de façon gauche) qu'ils veulent une proximité relationnelle et dans les échanges, qu'ils en ont "grand besoin" et les parents le traduisent à tort (?) par un besoin dirigé vers leurs pairs et leur accordent alors plus de "liberté", les laissent voir leurs amis, cousins (du même âge, avec la même conception des choses et la même vision du monde due à leur âge) pour, pensent-ils, leur permettre d'assouvir ce besoin.

    Et si c'était le père qui endossait ce rôle ? Et si c'était le père qui partait faire du sport avec son fils ? Et si c'était lui qui l'emmenait au resto un samedi soir de temps en temps ? Et s'il lui proposait d'échanger régulièrement autour de livres ou d'articles qu'ils liraient tous les 2 ?
    Et si c'était le père qui l'emmenait en week-end quelque part pour lui faire découvrir le monde ?

    Je ne connais pas ce type de père, mais je me dis que ce serait formidable.


    @ Abou Tourab :

    Et si le père dont tu parles, au lieu de commencer par l'attitude de "panique" que tu décris (fliquage, suivi, etc.) commençait par instaurer des sorties régulières avec lui "comme avec un ami"... ce fameux "compagnon" (c'est quoi un compagnon pour un père ?).
    Le fils "veille" dehors, c'est qu'il y trouve un intérêt qu'il ne trouve pas ailleurs (chez lui) ?

    Je ne suis pas psy, je donne des idées "comme ça"... j'espère que d'autres personnes plus compétentes auront des réponses à apporter, cela m'intéresse également.
    Dernière édition par Fatoum; 27/11/2011 à 13h33

  8. #8
    Membre récent
    Inscrit
    October 2011
    Messages
    29
    Assalam 'Alaykum,

    C'est tellement juste de faire de son enfant "son compagnon". Il faut s'amuser, passer du temps avec lui, communiquer avec son enfant, choisir "de façon non directe" ses fréquentations jusqu'à qu'il finisse par lui-même, délimiter le mal du bien. Avec l'aide d'Allah et l'intelligence du parent (qui sera à quel moment, il faut être rigide et à quel moment, il faut être doux), le jeune se responsabilisera. Il n'aura plus besoin d'une bouche pour lui dire d'aller prier, son coeur parlera de lui-même.

    Les bases et les limites se mettent dès le plus jeunes âges.

    Un jeune (même si il s'entend bien avec ses parents) voudra découvrir autre chose (un autre mode de penser) sans forcément que ce soit négatif, qu'en pensez-vous ?

  9. #9
    Membre Avatar de Reverentia
    Inscrit
    November 2010
    Localisation
    Région parisienne.
    Messages
    63
    Moi ce qui m'interpelle, c'est qu'il semblerait que l'adolescent traverse une crise parce qu’il est en deuil sur plusieurs plans , et le plus critiquable c'est ce qu'ils nomment le deuil de l'idéal parentale qu'il aurait besoin de "briser" pour devenir un individu à part entière.

    Je n'ai même pas besoin qu'on me le dise, je sais que c'est franchement discutable.

    D'une nous traversons tous des "crises" à chaque étape transitoire de notre évolution personnelle. Donc il faut s'attendre à ces crises à tout âge de la vie de nos enfants et de nous-même.

    Secondo le respect quasi révérenciel des parents qu'implique une éducation musulmane annihile à la source toute tentation de briser l'image parentale .
    ...ونفس وما سواها فألهمها فجورها وتقواها...

  10. #10
    Membre actif Avatar de Tâliba
    Inscrit
    September 2010
    Messages
    234
    As salam alaykum wa rahmatu'Llâhi wa barakatuh

    Tu as très bien fait d'utiliser le terme "concept" en parlant d'adolescence Fatoum, en tout cas, par expérience je constate que c'est loin d'être une étape aussi difficile à surmonter comme on nous le laisse souvent croire...

    Nous tentons d'accorder de l'attention à nos enfants, et en général il règne une bonne ambiance à la maison, ils se sentent en confiance, aimés, responsables...Cependant, j'ai du mal avec mon fils de 13 ans, il est...différent, très têtu, intellectuellement avancé et il me fait perdre rapidement patience, j'ai d'ailleurs à cause d'une grande fatigue cumulée, perdu cette flamme qui pousse à prendre le temps, écouter, parler, agir en fonction de ses sentiments etc...Du coup, j'ai ce que les pédagogues appelleraient bien volontiers un "ado difficile" car forcément, les conséquences de mon attitude à son égard m'offre un enfant qui n'écoute pas, embête continuellement les autres, transgresse sans hésiter les règles pourvu qu'il se fasse plaisir...Bref, j'ai tout à fait conscience que ce n'est pas du tout un problème lié à son âge mais tout simplement une réponse au manque d'attention et à la bonne compagnie "parentale" qu'il n'a pas.

    Analysons un peu ma fille de 15 ans en reprenant les points proposés par notre frère Avant l'Heure :

    1 - le niveau des idées influencé par les changements au niveau hormonal, social... Ce niveau provoque des émotions et des humeurs, comme la tristesse, la sensation de puissance, lasensation d'être incompris, surveillés...

    Passés trois jours sans avoir passé un peu de temps rien qu'avec elle et si pour garnir le tout, une colère venait à lui tomber dessus, elle n'hésitera pas à prendre son carnet et son stylo pour vider des lignes et des lignes d'émotions pas très roses.

    2 - le niveau de l'interprétation de ces idées et ces émotions. C'est le questionnement interne : est-ce que mes idées sont réelles, est ce qu'elles sont crédibles, est-ce que j'ai raison d'y croire, ma tristesse est-elle justifiée, est-ce que mon état est transitoire...

    Après réconciliation, elle en rigole, me dit souvent que shaytane inspire ses écrits lorsqu'elle est triste et en colère...Elle réalise très bien que toutes ses émotions sont passagères.

    3 - le niveau de l'action. Tout ce que font les ado.

    Elle étudie, cuisine, bouquine, "aime rigoler/vanner (un peu trop même), aime se faire de nouvelles amies, fait du ménage supplémentaire dans l'espoir d'alourdir un peu ses poches...bref, je ne vois chez elle qu'une jeune fille simple et facile à raisonner lorsqu'elle se sent mal. Encore avant hier nous avons évoqué une idée pour la rentrée prochaine et à notre grande surprise elle n'a pas du tout apprécié, des larmes ont coulées sans raisons apparentes et des remarques étaient lancées telles des projectiles ; nous étions mon mari et moi des spectateurs silencieusement étonnés. J'ai tout de suite capté la grosse crise hormonale et j'ai laissé couler. Plus tard j'ai tout fait pour la faire rire (sans grande difficulté), ensuite j'ai assouvi son nafs en lui proposant de lui préparer un burger maison pour l'école et enfin, nous avons toutes les deux repris la discussion qui avait suscité une telle émotion. Conclusion, elle ne sait pas elle même en quoi l'idée poserait problème et qu'au contraire...ce n'était pas une si mauvaise idée.

    Je suis persuadée que j'aurai eu à faire à une "ado en détresse" si je lui avait dit de se taire, qu'elle n'avait rien à dire et qu'elle pouvait aller dans sa chambre ruminer ses remarques !

    En gros je pense que plus nous sommes proches de nos enfants plus la vie avec eux est agréable et inversement.
    "En vérité, Allah ne modifie point l'état d'un peuple, tant que les [individus qui le composent] ne modifient pas ce qui est en eux-mêmes."

  11. #11
    Membre habitué Avatar de Avant l'Heure
    Inscrit
    June 2010
    Localisation
    Région parisienne. France
    Messages
    1 569
    As salamu 'alaykum

    Excellent témoignage, ma cha Allah la quwwata illa billah. Indispensable pour les parents qui ont moins d'expérience. On doit travailler en communauté. Barakallahu fik.

  12. #12
    Membre actif Avatar de Tâliba
    Inscrit
    September 2010
    Messages
    234

    السلام عليكم ورحمة الله وبركاته


    Citation Envoyé par Avant l'Heure Voir le message
    As salamu 'alaykum

    Excellent témoignage, ma cha Allah la quwwata illa billah. Indispensable pour les parents qui ont moins d'expérience. On doit travailler en communauté. Barakallahu fik.
    Wa fik baraka'Llâh. Je pense aussi que le partage de nos expériences est utile insha'a'Llâh.




    و السلام عليكم ورحمة الله وبركاته

    "En vérité, Allah ne modifie point l'état d'un peuple, tant que les [individus qui le composent] ne modifient pas ce qui est en eux-mêmes."

  13. #13
    Membre
    Inscrit
    September 2010
    Localisation
    Tunisie
    Messages
    135
    Assalâmu 'alaykum


    Bârakallâhu fîki Tâliba pour ton partage. J'ai lu cela il y a peu et j'ai pensé à toi... peut-être que chez vous cela se passe "bien" aussi parce que tu as su finement détecter ce dont ils ont besoin (notamment le façon de décrire ta fille montre que tu as de l'empathie pour eux et que tu connais leurs besoins actuels mâ châ-a-llâh).


    L’adolescent aime la nature : on le parqua dans des salles closes.

    L’adolescent aime voir son activité servir à quelque chose : on fit en sorte qu’elle n’eut aucun but.

    Il aime bouger : on l’obligea à se tenir immobile.

    Il aime manier des objets : on le mit en contact avec des idées.

    Il aime se servir de ses mains : on ne mit en jeu que son cerveau.

    Il aime parler : on le contraignit au silence.

    Il voudrait raisonner : on le fit mémoriser.

    Il voudrait chercher la science : on la lui sert toute faite.

    Il voudrait s’enthousiasmer : on inventa les punitions.

    Alors les adolescents apprirent ce qu’ils n’auraient jamais appris sans cela.

    Ils surent dissimuler, ils surent tricher, ils surent mentir.

    Adolphe Ferrières, fondateur de l‘école active. 1879-1960

Tags pour ce sujet

Règles des messages

  • Vous ne pouvez pas créer de sujets
  • Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
  • Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
  • Vous ne pouvez pas éditer vos messages
  •  
  • Les BB codes sont Activés
  • Les Smileys sont Activés
  • Le BB code [IMG] est Activé
  • Le code [VIDEO] est Activé
  • Le code HTML est Désactivé