es-selmou 3aleykoum

Petit texte morale, tir du site "Sajdine", o il faut attendre la dernire phrase pour savoir de qui il est question.

Bismillah,

Quelques mois avant ma naissance, mon pre rencontra un tranger qui tait nouveau dans notre petite ville. Au dbut, Papa tait fascin par ce charmant nouveau venu et l'invita bientt vivre dans notre famille. L'tranger a rapidement accept et tait parmi ceux qui m'ont accueilli ma naissance quelques mois plus tard. En grandissant je n'ai jamais contest sa place dans notre famille. Dans mon jeune esprit chaque membre avait une place spciale. Youssouf, 5 ans mon an tait mon modle, Samia, ma petite sur m'a donn l'occasion de jouer au grand-frre et de dvelopper l'art de taquiner. Mes parents taient des ducateurs complmentaires. Maman m'enseigna aimer Allah et mon pre, la manire de Lui obir.

Mais l'tranger tait notre compteur d'histoires. Il pouvait tisser les histoires les plus fascinantes. Des aventures, mystres et comdies taient nos conversations quotidiennes. Il pouvait tenir en haleine toute notre famille pendant des heures chaque soir.

Si je voulais connatre la politique, l'histoire ou la science, il savait tout. Il connaissait le pass et semblait comprendre le prsent. Les images qu'il dessinait, taient si relles que je pouvais en rire ou en pleurer, quand je les regardais. Il semblait comme l'ami de toute la famille. Il nous (papa, Youssouf et moi) a emmens "notre 1re ligue Nationale de Base-Ball". Il nous encourageait toujours regarder les films et mme s'arrangeait pour nous prsenter plusieurs personnages clbres.

C'tait un orateur infatigable. Papa ne faisait pas attention mais quelques fois maman se levait tranquillement pendant que nous tions pris par une des histoires venue de loin, et allait dans sa chambre lire le Coran. Je me demande si elle n'a jamais pri pour que l'tranger parte. Tu vois, mon pre dirigeait sa famille avec certains principes moraux. Mais l'tranger ne s'est jamais senti oblig de les respecter. Par exemple le blasphme nous tait interdit de la part de nos amis et des adultes. Mais notre visiteur d' ? avait l'habitude d'utiliser 4 mots qui me brlaient les oreilles et donnaient des convulsions papa. A ma connaissance il n'a jamais t affront. Mon papa ne buvait pas et n'a pas permis l'alcool la maison mme pour cuisiner. Mais l'tranger avait envie de nous exposer et de nous montrer d'autres manires de vivre. Il nous montrait la bire et d'autres boissons alcoolises, il nous montrait aussi que les cigarettes taient "cool", les cigares et les pipes distingus. Il parlait trop librement de sexe, ses commentaires taient quelquefois flagrants, quelquefois suggestifs et mme embarrassants. Je sais maintenant que ma 1r conception de la relation homme-femme tait influence par l'tranger.

Quand je regarde en arrire, je crois que, par la Misricorde d'Allah, l'tranger ne nous a pas plus influenc. Il s'opposait aux valeurs de mes parents. Il tait rarement grond et on ne lui a jamais demand de partir. Plus de 30 ans aprs l'tranger se dplaait avec la famille... Il n'intressait plus autant mon pre comme au dbut.

Mais si j'entrais dans la chambre de mes parents aujourd'hui, vous le verriez toujours assis dans un coin, attendant que quelqu'un l'coute parler et regarder ses images.

Vous me demandez son nom ?
Nous l'appelons tlvision...

Cela fait rflchir, n'est-ce pas ?