PDA

Afficher la version complète : [archive islamie.fr] Où est passée la Baraka ou bénédiction ?



Pseudonym
01/05/2018, 22h26
es-selèmou 3aleykoum

Il y a 10 ans, Hafido, aujourd'hui inactif (et dont on souhaite le retour), publiait un sujet pour questionner les musulmans au sujet de la disparition de la bénédiction. Si la question posée était pertinente en 2008, elle l'est encore plus en 2018, où le temps passe si vite qu'il semble se volatiliser, où la Terre baigne dans l'opulence sans que nos appétits soient pour autant satisfaits. On publie ce sujet pour le relancer et finir de le traiter. Après avoir lu l'archive, vous êtes tous invités à participer plus bas.

http://web.archive.org/web/20081012084051/http://www.islamie.com:80/ou-est-passee-la-baraka-ou-benediction-t44378.html

En vrac, voici des causes de la quasi-disparition de la bénédiction spirituelle, humaine, matérielle :
- le retardement de l'âge du mariage qui diminue la fertilité musulmane globale et prive de la bénédiction liée à l'épouse (pieuse) et aux enfants ;
- l'invention de l'âge de l'adolescence qui déresponsabilise les jeunes adultes et leur fait prendre du retard dans la vie ;
- la généralisation de l'usure qui abouti à des richesses, artificiellement obtenues à partir d'un argent qui n'existe pas, et qui fait des créanciers les réels possesseurs de tous les biens ;
- le consumérisme qui, en poussant les individus à acheter ce dont ils n'ont pas besoin, crée de l'insatisfaction, même chez des gens gagnant 2 000 euros par mois ;
- l'obsolescence programmée qui réduit la durée de vie des appareils électroniques et oblige régulièrement racheter un même produit ;
- le dérèglement de l'horloge biologique, naturellement calée sur la lumière du soleil, par l'utilisation des lumières artificielles pour pouvoir se coucher tard, avec pour contrecoup de devoir se réveiller tard et ainsi louper la bénédiction contenue dans les heures matinales, connues pour être les plus productives ;
- le développement d'activités chronophages très faciles d'accès, de prix modique voire symbolique, au premier rang desquelles ont trouve les 3 T : la Télévision, le Téléphone et la Toile (lnternet).

UmmSawsane
03/05/2018, 15h56
Assalam alaykum,

Je rajouterai :

- Le sentiment que le temps à vive allure.

Pseudonym
03/05/2018, 18h19
es-selèmou 3aleykoum



Je rajouterai :
- Le sentiment que le temps à vive allure.


À mon avis, vous vouliez écrire "le sentiment que le temps a vive allure" ; ce qui voudrait dire, si je vous ai bien compris, que le sentiment que le temps file est en lui-même une raison de la disparition de la bénédiction. En fait, je ne comprends pas cette idée. Est-ce que vous pourriez la développer ?

UmmSawsane
06/05/2018, 15h37
Assalam alayum,

Oups, je suis allée trop vite en tapant.

Je voulais dire : "que le temps avance à vive allure". Il y a des semaines qui passent et elles semblent être des journées et les journées des heures. 2018 ?!! quoi déjà ... :( Tout va trop vite. Alors parfois, je m'interroge : "est-ce que j'ai ce sentiment parce que je fais plus de choses qu'avant ou bien parce que réellement il n'y a plus de bénédiction dans le temps".

distant
06/05/2018, 16h47
'Alaykoum Salam

effectivement, il s'agit d'un ressentiment général je pense;
cette notion dont tu parles est très importante, cela me rappel un cours de tafsir de sourate 'asr, dans lequel le shaykh expliquait que le 'asr' est ce temps déterminant qui nous ai donner pour effectuer nos actions;
et le faite qu' Allah:swt: fait un serment par le temps, cela montre son extrême importance.

pour ma part je dirais que pour gagner en bénédictions, deux maîtres-mots: organisation et discipline.
dont le point de départ de toutes réforme de son quotidien est la prière à son heure! soyons sensible à ce niveau là et je vous assure que le reste suivra.

je vous partage ce commentaire que j'avais lu sur le net et que je trouve très bien dit: "est-ce le temps qui passe trop vite, ou nous qui sommes trop lent pour adorer notre seigneur?"

Pseudonym
19/07/2018, 20h55
es-selèmou 3aleykoum

Quand on lit les biographies du Messager (saw) et celles des savants, une chose frappe immédiatement : leur énorme productivité. Soixante-dix savants ont autorisé l'imam ech-Chafi3i à produire des décrets (fatawas) alors que celui-ci n'avait que 17 ans. Ici, ce n'est pas tant le fait d'être psychologiquement apte à prendre des décisions pour les autres qui est impressionnant, car on était adulte à 17 ans dans la France des années 60 ; c'est surtout le fait d'avoir eu le temps d'accumuler un savoir colossal entre sa naissance et sa dix-septième année. Ibn Taymiyya a vécu 10 vies quand il est mort à 65 ans. Ibn el-Qayyim a écrit un livre entre edh-dhor et el-3açr. Si Ibn Hazm nous impressionne par ses 150 livres laissés à la postérité, Ibn el-Jawzi nous coupe le souffle avec sa production scientifique riche de 2 000 livres selon son propre témoignage.

Donnez-nous vos recettes pour être productif.

Pseudonym
20/07/2018, 20h54
es-selèmou 3aleykoum

La bénédiction des heures n'est pas un concept abstrait purement métaphysique mais le résultat obtenu par des moyens concrets pour être rapide et efficace. Je teste en ce moment deux techniques : m'interdire tout divertissement avant une certaine heure de la journée et planifier chaque jour mon activité du lendemain. Pour le deuxième point, j'élabore la liste des tâches à réaliser, professionnelles et même ménagères, puis je les numérote pour leur attribuer un ordre de réalisation en estimant le temps nécessaire à chacune. Ça donne de bons résultats pour le moment ; mais la route sera encore longue avant de terrasser la procrastination. Attendons de voir ce que ça donne sur plusieurs semaines avant de crier "victoire". Troisième méthode que j'inaugure en ce moment même : me donner une limite de temps pour finir une tâche en m'aidant de la fonction "compte à rebours" de mon téléphone portable. Pour le message que je suis en train de rédiger sous vos yeux, je me suis donné 15 minutes. Il me reste moins de 8 minutes pour en finir la rédaction et la relecture. Encore 5 minutes pour tenir mes délais. C'est bon, je clique sur le bouton "envoyer une réponse rapide".

Pseudonym
20/07/2018, 21h08
Test réussi sous vos yeux ébahis. Chui trop content. Je viens de rédiger un message de 12 lignes bien soignées en 11 petites minutes, avant même la sonnerie ! J'avais encore une marge de 3 minutes ! Si je m'étais laissé aller à mon perfectionnisme habituel, j'aurais mis une bonne demi-heure pour rédiger ces 12 lignes, perdant un temps fou à reprendre les termes, à refaire les phrases, à fignoler les transitions entre les idées pour un résultat à peine meilleur. C'est la loi de Paréto, enseignée en économie d'entreprise, qui vient d'être confirmée : 20% des efforts fournissent 80% du résultat. Le perfectionnisme entraîne plus de perte de temps qu'autre chose. Vous allez donc tous prendre 15 minutes, 15 petites minutes, pour nous rédiger quelques lignes de science utiles ou de questions pertinentes qui feront redémarrer ce forum. Bon, ça, je sais que vous ne le ferez pas. Mais vous comprenez l'idée.

Pseudonym
20/07/2018, 21h16
Sans même utiliser le compte à rebours pour me mettre une pression, l'heure de publication des textes montre que le dernier message à été rédigé en quatorze minutes ! Wallahi, je ne savais pas qu'on pouvait être aussi rapide quand on diminuait ses exigences stylistiques, qui ne sont au fond que secondaires par rapport au sens. Je sens que je vais même m'autoriser à faire des fautes d'orthographes pour aller encore plus vite. Non, quand même pas. Faut que ça reste "classe" un minimum. C'est tout pour moi. Bonne soirée.

Ibn Nacer
21/07/2018, 16h14
السلام عليكم ورحمة الله وبركاته

Oui c'est vrai que le perfectionnisme peut s’avérer être handicapant dans certains cas.
Je pense aussi qu'un caractère perfectionniste favorise ou prédispose la personne aux toc... Par exemple le toc de vérification...

Tu vas peut-être mettre au point une technique pour être moins perfectionniste...

Pseudonym
21/07/2018, 23h06
es-selèmou 3aleykoum



Tu vas peut-être mettre au point une technique pour être moins perfectionniste...

Oui, avec le souvenir de loi de Paréto + le compte à rebours + le chronométrage des tâches en suivant l'expertise du psychologue Bruno Koeltz, auteur de "comment ne pas tout remettre au lendemain", que je m'apprête à relire. Explication. Ce psy affirme très justement que les procrastinateurs sont très peu productifs, non pas par fainéantise mais, entre autres, à cause de leur perfectionnisme et de leur difficulté à évaluer le temps que prend une tâche. C'est pourquoi il demande à ses lecteurs-patients de se chronométrer pendant qu'il sont en train de réaliser une tâche pour laquelle ils procrastinent habituellement ; tâche qu'ils ne devront pas réaliser parfaitement mais juste correctement, comme le font les gens "normaux". Une fois qu'on aura su le temps que prend cette tâche, on pourra la caser de manière réaliste dans notre emploi du temps. Car le procrastinateur à tendance à sous-estimer les délais ; c'est pourquoi il a l'impression qu'il lui reste encore du temps avant de s'y mettre alors qu'il est déjà en retard. Ce retard par sous-estimation des durées peut ensuite s'ajouter à un autre retard : celui qu'il se créera tout seul par son perfectionnisme. Aujourd'hui même, je me suis chronométré dans l'envoi des factures à mes clients ; tâche qui m'est rébarbative, donc que je reporte au lendemain autant que possible. J'ai ensuite divisé le temps qui m'a été nécessaire pour toutes les envoyer par le nombre de factures envoyées ; ce qui m'a donné le chiffre de 7 minutes en moyenne pour rédiger, envoyer, enregistrer, imprimer et classer une facture. Désormais, je sais que l'envoi de trois factures, sans perte de temps à vérifier et revérifier les informations qui y sont écrites, me prends environ 20 minutes. Pour éviter que cette tâche ne dépasse ces 20 minutes au-delà desquelles je bascule dans la perte de temps, je vais devoir lancer un compte à rebours à chaque fois que je m'y colle. Il me faut la pression de l'horloge, du sablier retourné. Car, oui, les procrastinateurs ont besoin, voire recherchent, la pression pour pouvoir travailler. C'est sous pression que je donne mes meilleurs résultats : concentration maximale, , zéro perte de temps dans les détails et impression de dominer mon sujet (quand j'ai les moyens techniques de le dominer).

Notez que ces informations ne concernent pas que les procrastinateurs mais tous ceux qui, parfois, sans raison valable, repoussent le démarrage d'une activité nécessaire et nuisent à leur rendement. Je conseille le livre de "Comment ne pas tout remettre au lendemain". Ne procrastinez pas son achat, ni sa lecture ni sa mise en pratique.

Pseudonym
23/07/2018, 21h53
es-selèmou 3aleykoum

Nouveau tuyau : la technique que j'appelle "le 5-15-30". Plutôt que de vouloir abattre tout le travail en une seule fois, il faut se fixer l'objectif d'y travailler 5 minutes, 5 petites minutes, puis y ajouter 15 minutes supplémentaires, puis y ajouter 30 minutes et alors choisir de s'arrêter ou profiter de cette énergie déployée, de cette troisième vitesse enclenchée, de l'élan pris pour passer la cinquième et finir tout le travail ou presque. Bruno Koeltz dit qu'il ne s'est pas donné l'objectif d'écrire immédiatement un livre, effrayant objectif impossible à tenir, mais de commencer à écrire un livre. Nuance. Il parle de "saucissonner" la tâche en plusieurs petites tâches. Chacune d'entre elle étant facile à faire, il n'y a pas ou très peu d'appréhension à l'idée de s'y mettre. Exemple parlant : il ne s'agit plus de rédiger pour ce soir une longue rédaction parfaite mais de commencer à rédiger pour ce soir une rédaction correcte. Juste 5 minutes, et si le cœur vous en dit, 15 minutes de plus. Y revenir plus tard jusqu'à la finir calmement, tranquillement. À condition d'en faire une habitude, de respecter les délais fixés, de retirer de l'espace de travail toutes les distractions, la technique marche bien.